Pandora Papers : un contre-feu de la CIA face à Wikileaks ?

Publié le par FSC

On est ravi de voir Elise Lucet et Cash investigation mettre à nu les turpitudes d'un Strauss-Kahn.

La mise en valeur du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) est cependant muette sur le financement de ce consortium qui comme le révèle l'article qui suit est surprenant s'agissant de la lutte contre la corruption et l'évasion fiscale :

L'ICIJ, groupe derrière #PandoraPapers qui ont ignoré tous les politiciens US, est financé par :
– Fondation Ford (paravent CIA)
– la Norvège (OTAN)
– l'Open Society (Soros, actif CIA)
– Omidyar, oligarque Big Tech allié des révolutions de couleur US

Et travaille avec Amazon. pic.twitter.com/4XQbF9UmEA

 

 

_____________________________

SOURCE : Le Cri des Peuples

https://lecridespeuples.fr/2021/10/06/pandora-papers-un-contre-feu-de-la-cia-face-a-wikileaks/

La CIA pourrait-elle être à l’origine de la fuite des Pandora Papers, étant donné leur curieux manque de concentration sur les ressortissants américains ?

Par Kit Klarenberg, le 4 octobre 2021

Kit Klarenberg est un journaliste d’investigation qui explore le rôle des services de renseignement dans le façonnement de la politique et des perceptions.

Source : rt.com

Traduction : lecridespeuples.fr

Salués comme apportant un nouvel éclairage sur les arrangements financiers complexes de l’élite mondiale, les Pandora Papers posent de nombreuses questions – notamment où sont les évadés fiscaux Américains ? Les auteurs de ces « fuites » ne veulent-ils pas mordre la main cachée qui les nourrit ?

Le 3 octobre, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), basé à Washington, a annoncé la fuite de près de trois téraoctets de données compromettantes sur l’utilisation d’arrangements financiers offshore par des célébrités, des fraudeurs, des trafiquants de drogue, des membres de familles royales et des chefs religieux. dans le monde entier.

L’ICIJ a dirigé ce qu’elle a appelé « la plus grande collaboration journalistique au monde », impliquant plus de 600 journalistes de 150 médias dans 117 pays, pour passer au peigne fin la mine de 12 millions de documents, surnommés les « Pandora Papers ».

Entre autres choses, les données révèlent l’utilisation de paradis fiscaux et financiers « pour acheter des biens immobiliers, des yachts, des jets et des assurances-vie ; leur utilisation pour faire des investissements et transférer de l’argent entre des comptes bancaires ; de la planification successorale et autres questions de succession ; et l’évasion fiscale grâce à des stratagèmes financiers complexes. Certains documents seraient également liés à des « crimes financiers, y compris le blanchiment d’argent ».

Alors que la publication d’articles évoquant le contenu de la bombe que constituent ces documents n’en est qu’à ses débuts, le Consortium promet que les dossiers contiennent « une quantité sans précédent d’informations sur les prétendus propriétaires effectifs d’entités enregistrées dans les îles Vierges britanniques, les Seychelles, Hong Kong, Belize, Panama, le Dakota du Sud et d’autres juridictions secrètes », avec plus de 330 politiciens et 130 milliardaires Forbes nommés.

 

 

Malgré le volume énorme de données fuitées, de nombreux critiques ont souligné que les cartes de l’ICIJ indiquant où ces « élites et escrocs » sont originaires et/ou résident sont fortement orientées vers la Russie et l’Amérique latine – par exemple, pas un seul politicien corrompu nommé n’est basé aux États-Unis. L’organisation elle-même note que les pays les plus représentés dans les dossiers sont l’Argentine, le Brésil, la Chine, la Russie et le Royaume-Uni – ce qui semble étrange, si l’on considère que le Consortium a identifié plus d’un milliard de dollars détenus dans des trusts basés aux États-Unis, des instruments clés pour l’évasion fiscale, la fraude et le blanchiment d’argent.

Là encore, les précédentes publications à succès de l’ICIJ et de l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), son principal collaborateur, ont contenu des omissions tout aussi incongrues. Par exemple, en mars 2019, ce dernier a révélé au public la « Troika Laundromat », à travers laquelle des politiciens, des oligarques et des criminels russes auraient canalisé des milliards de dollars.

 

 

L’OCCRP a publié de nombreux rapports sur la connivence et des informations détaillées sur les millions de dollars blanchis via les principales institutions financières occidentales dans le processus, notamment la Deutsche Bank et JPMorgan Chase. Cependant, pas une seule fois HSBC n’a été mentionné – bien que la Troïka ait ouvertement annoncé cette banque comme son « agent partenaire » et que le chef de l’équipe de données de l’OCCRP de l’époque, Friedrich Lindenberg, ait reconnu publiquement que HSBC était « incroyablement important » dans « tous » les montages corrompus de la Troïka.

La raison de cet oubli extraordinaire n’a jamais été suffisamment expliquée, bien qu’une réponse possible pourrait être que les partenaires de l’OCCRP sur l’histoire étaient la BBC et The Guardian. La BBC était dirigée par Rona Fairhead de 2014 à 2017, qui occupait également le poste de Directrice non exécutif de HSBC entre 2004 et 2016. De son côté, le Guardian entretient depuis longtemps une relation commerciale lucrative avec la banque, ce qui est certainement vital pour maintenir allumées les lumières vacillantes de cette publication en berne.

 

 

L’enquête des Panama Papers d’avril 2016, menée conjointement par l’ICIJ et l’OCCRP, a révélé comment les services du cabinet d’avocats offshore panaméen Mossack Fonseca avaient été exploités par des particuliers fortunés et des agents publics pour de la fraude, de l’évasion fiscale et afin de contourner les sanctions internationales. Les reportages de ces deux officines et la couverture médiatique qui en a résulté se sont fortement concentrés sur des personnalités de premier plan telles que le Premier ministre britannique de l’époque, David Cameron, qui a tiré profit d’un trust basé au Panama établi par son père.

L’un des principaux promoteurs du contenu le plus criard des Panama Papers était le milliardaire Bill Browder. Ce que le fraudeur condamné, et en fait un grand nombre de médias qui ont publié ses commentaires sur la fuite, ont systématiquement omis de reconnaître, c’est qu’il est lui-même nommédans les papiers de Mossack Fonseca, lié à un grand nombre de sociétés écrans à Chypre utilisées pour isoler ses clients de l’impôt sur les immenses bénéfices qu’il a accumulés pour eux en investissant en Russie au cours des tumultueuses années 90, et déguiser la propriété de somptueuses propriétés qu’il possède à l’étranger.

 

 

Comme Browder a témoigné, il entretient une relation intime avec l’OCCRP, l’ayant engagé dans sa croisade mondiale contre la Russie depuis son interdiction sans cérémonie d’entrer dans le pays en 2005. En outre, de nombreux autres médias grand public, dont Bloomberg et le Financial Times, qu’il a également utilisé comme pions dans son blitz de propagande russophobe, auraient refusé de publier des articles sur ses transactions financières douteuses.

Une telle réticence évidente à mordre la main qui nourrit pourrait bien expliquer pourquoi les Pandora Papers semblent en grande partie silencieux sur les transactions à l’étranger des riches ressortissants américains et des individus basés aux États-Unis.

Prenez par exemple les fortunes du fondateur d’eBay Pierre Omidyar et de l’investisseur George Soros, qui totaliseraient respectivement au moins 11,6 milliards de dollars et 7,5 milliards de dollars : aucune information les impliquant dans un quelconque stratagème douteux n’a encore été découverte. Ce n’est peut-être pas une coïncidence si ces deux milliardaires financent l’ICIJ et l’OCCRP via leurs entreprises « philanthropiques » très controversées Luminate et Open Society.

La liste des mécènes de l’OCCRP offre d’autres motifs d’inquiétude : parmi eux se trouvent le National Endowment for Democracy et l’Agence des États-Unis pour le développement international, qui servent tous deux ouvertement à promouvoir les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis et ont été impliqués dans de nombreuses opérations militaires et de renseignement de déstabilisation et de renversement de gouvernements étrangers « ennemis » depuis leur création. De plus, cependant, il y a des indications inquiétantes que l’OCCRP lui-même a été créé par Washington dans ce but précis.

 

 

En juin, une conférence de presse de la Maison Blanche a été convoquée sur le thème de « la lutte contre la corruption ». Au cours de la procédure, un « haut responsable de l’administration » anonyme a annoncé que le gouvernement américain placerait « le problème de la lutte contre la corruption au centre de sa politique étrangère » et souhaitait « donner la priorité à ce travail à tous les niveaux ».

Ils ont poursuivi en indiquant que les dimensions précises de cette campagne anti-corruption « [restaient] à voir », mais il était prévu que « des éléments de la communauté du renseignement », y compris le directeur du renseignement national et de la Central Intelligence Agency (CIA), seraient des acteurs clés en son sein.

 

 

 

 

Leurs activités compléteraient les efforts actuels et continus des États-Unis pour « identifier la corruption là où elle se produit et apporter des réponses politiques appropriées », en « [renforçant] d’autres acteurs » tels que « des journalistes d’investigation et des ONG d’investigation » qui reçoivent déjà le soutien de Washington.

« Nous examinerons ce que nous pouvons faire de plus sur ce front… Il existe des lignes d’assistance qui ont lancé des organisations de journalisme [d’investigation] », ont-ils déclaré. « Ce qui me vient le plus immédiatement à l’esprit, c’est l’OCCRP, ainsi que l’aide étrangère qui va aux ONG. »

Image

Ces mots éclairants, complètement ignorés à l’époque par les médias occidentaux, ont acquis une résonance encore plus inquiétante à la lumière des récents développements. En effet, ils semblent établir un modèle pour précisément ce qui s’est passé, avec l’aimable autorisation de l’OCCRP, l’organisation même qui a été « lancée » et soutenue financièrement jusqu’à ce jour.

De leur côté, les médias se contentent de déclarer que l’ICIJ « a obtenu » les documents, leur source ultime n’étant pas précisée. De ce fait, il est tout à fait raisonnable de se demander : la CIA est-elle derrière la publication des Pandora Papers ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article