Air France reçoit 7 milliards d’euros et licencie 8000 salariés !

Publié le par FSC

 

jeudi 18 novembre 2021

par Pascal Montoya (CGT)

L’intervention de Pascal Montoya SG de la CGT Air France de Marseille Marignane lors du rassemblement à l’aéroport le 9 novembre à l’appel de l’UD 13.
L’entreprise Air France a reçu 7 milliards de prêts bancaires .
Il y-a plusieurs mois, la direction d’Air France a annoncé un plan de départs volontaires avec un PSE que ces direction d’entreprise osent appeler : un plan de sauvegarde de l’emploi.
Ce plan funeste qui prévoyait la suppression de 7600 emplois en équivalent temps plein , mais hélas le nombre de personnes impacté par les mesures de réduction d’emploi prise par la direction d’Air France sont bien plus importants, c’est à dire 8000 à 8500 suppressions de postes.
A ces chiffres il faut rajouter un grand nombre d’emplois indirects.

Notre cher PDG Air France KLM, Mr Ben Smith, ce parasite ultra-libéral, ce dépeceur de notre entreprise n’a pas fais dans la dentelle lorsqu’il s’agissait de sortir l’entreprise de l’ornière, au delà d’être dans la lignée de ses prédécesseurs pour espérer redresser Air France, ce néo libéral ne fait pas dans l’originalité en décidant de supprimer 13 000 emplois dans tous le groupe Air France.

Rappelons-nous que ce plan de destructions d’emplois massif inédit dans l’histoire de la compagnie Air France est issue d’un plan présenté en début d’année 2019.
Le plan initial était de 3600 suppressions d’emplois mais la crise sanitaire covid aura été l’accélérateur et amplificateur de ce plan opportuniste et fossoyeur d’entreprise.

Un accord APLD activité partielle longue durée a été signé sur une période de 2 ans jusqu’à fin 2022 , avec un taux moyen de 40 % activités partielles et une baisse conséquente de rémunérations des salariés.
Rappelons aussi que les prêts bancaires garantis par l’état ne sont pas une aide, mais une future dette qui servira de prétexte à la direction d’Air France pour mener une politique d’attrition avec suppressions d’emplois et modération salariale.

Il n’y a pas de fatalité cette pandémie révèle les conséquences néfastes pour l’intérêt général de la logique financière et du profit à court termes .
Le secteur de l’aviation civile en prenant compte la construction aéronautique contribue aujourd’hui significativement dans l’économie de la France à 4,1 % du PIB produit intérieur brut et 1 million 142milles emplois direct et indirect.

Le transport aérien participe également au positionnement de la France comme première destination touristique mondiale, sachant que le tourisme représentait au total 7,2 % du PIB national en 2017.

Le transport aérien est donc bien un secteur stratégique pour notre pays .
Les décisions structurantes sur son avenir sont des choix politiques, sa sortie de crise et son développement ne doivent pas être laissé entre les mains des actionnaires privés.

Nous sommes tous ici convaincus que dans les entreprises publiques ou privées tous les secteurs d’activités sont concernés par la précarisation et les destructions d’emplois.
La CGT Air France revendique la nationalisation de la compagnie Air France et de tous les aéroports français.

Ces entreprises publiques devraient constituer l’embryon d’un pole public du transport incluant l’aérien le ferré et le routier .
Actuellement alors que l’activité du transport aérien est en progression, les salariés Air France sont inquiets pour leur avenir avec un PSE qui menacent nos emplois.

Aucun investissement à l’horizon, aucune volonté d’ancrage sur l’activité court-courrier, aucune remise en question, juste une course effrénée au dumping social et ce sont toujours les mêmes qui subissent : les salarié(e)s.

Aucune perspective de dévellopement pour l’avenir des emplois Air France
uniquement de le régression.

Voila comment la direction d’Air France veut se débarrasser de nous .

Une véritable casse de nos métiers de nos emplois.

Chaque salarié a bien mesuré l’ampleur de cette régression sociale sur sa vie, tant professionnelle que personnelle .

Nous avons bien compris que la direction Air France continuera implacablement la réduction des effectifs si nous les arrêtons pas .

Face à l’attaque globale de la direction contre nos emplois il est indispensable de continuer à travailler à la construction d’une riposte globale des salariés et dans l’unité syndicale la plus large .

Les salariés n’accompagneront pas les destructions d’emplois de la direction car les fermetures de services et les restructurations ont toujours été synonymes de souffrance, de conditions de travail dégradées et dangereuses pour ceux qui restent.

Il faut une politique qui développe l’emploi et non pas les dividendes.
Il faut une politique qui mette en place un projet industriel ambitieux, au service de la population et du pays

La CGT Air France condamne l’utilisation de l’argent public pour mener une restructuration engendrant des suppressions d’emploi.

La CGT Air France exige que les 7 Mds € accordé par le gouvernement à la compagnie servent uniquement à préserver le périmètre d’activité de la compagnie et de fait préserver l’intégralité des emplois.

La CGT revendique le maintien du périmètre d’activité de l’entreprise et le maintien des emplois. La mobilisation des salariés par la grève et la manifestation partout dans l’entreprise est une nécessité pour éviter le démantèlement de l’entreprise et sauver notre modèle social.

La CGT revendique que toutes les activités du groupe Air France doivent être traitées par les salariés Air France y compris l’activité TRANSAVIA .

Mais nous allons nous défendre, résister et s’organiser pour l’avenir de nos familles et de nos enfants.
Nous combattrons sans relâche, ni de compromis, ces choix très néfastes de direction d’entreprise qui visent à détruire nos emplois.

La CGT a toujours tenu sa place sur ce terrain. Elle ne se dérobera pas .

Non les salariés du groupe Air France ne seront pas les sacrifiés de cette société capitaliste qui casse les valeurs de partage,de solidarité, qui met en concurrence les travailleurs, qui divisent la société, qui précarise l’avenir de nos enfants.
Les salariés avec leur organisation syndicale CGT ont bien compris qu’il fallait qu’ils s’organisent pour résister et faire reculer ces politiques libérales et antisociales menés par le medef et les gouvernements successifs complices.

Agissons tous ensemble contre la régression sociale

Mettons en débat dans nos services avec nos copines et copains de travail, la riposte.

. Notre organisation syndicale est prête à mener la lutte, avec les salariés(es), afin que cette casse de l’activité court-courrier n’aboutisse pas et que soit enfin mise en place une politique d’investissements et de développement favorable aux salarié(e)s d’Air France et à son groupe.

Si la direction ne fait pas cesser immédiatement ces pratiques désastreuses la CGT appellera tous les personnels à cesser le travail avec des initiatives répétitives, coordonnées et organisées.

Celles et ceux qui luttent peuvent perdre.
Celles et ceux qui renoncent à la lutte ont déjà perdu.

Vive les travailleurs en luttes

Vive la lutte exemplaire de nos camarades travailleurs de la centrale de Gardanne .

Vive la CGT Air France
Vive l’union locale CGTde Vitrolles
Vive l’UD CGT des bouches du rhone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article