Le Numérique, une révolution au profit de qui ?

Publié le par FSC

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Lorsqu en 1966 j ai ete embauche a la Cram du centre ( caisse des retraites de la sécurité sociale) nous etions 1200 salariés, ces effectifs sont demeures stables jusqu en 1983, année de la mise en place du plan informatique ( création d un centre informatique par région, dotation d un ordinateur par agent création de fichiers informatises nationaux etc...) devant les craintes pour l emploi formulees par les syndicats le ministre et les caisses nationales tenaient des propos rassurants du style : l informatique est un progrès incontournable qui va améliorer les conditions de travail du personnel et le service rendu des assurés... Aujourdh ui il n y a plus que 500 salariés dans cette CRAM rebaptisée CARSAT, de nombreux agents sont au bord du burn out et les délais de mise en paiement des retraites sont rallonges, soit tout le contraire de ce que devait apporter l informartisation des services puis la numérisation...
Il ne s agit pas d etre contre le progrès technologique mais celui ci doit etre un outil au service de l homme alors qu il est utilisé avant tout comme un moyen de diminuer les coûts de production et pou externaliser des missions du service public pour aller vers leur privatisation.
Les outils Informatiques et numériques auraient du servir a vraiment améliorer les conditions de travail des personnels, a réduire le temps de travail, a redeployer les missions de ce personnel par exemple vers des tâches sociales, d accueil, de renseignements et de prévention.
Répondre