PORTUGAL : l'hommage au premier homme de l'espace CONTRE le négationisme historique

Publié le par FSC

Et le reniement de tout ce qu'a apporté le " socialisme existant " à l'humanité sous les coups de boutoir de l'idéologie du capital et de ses chiens de garde n'est qu'un renoncement  ...

En particulier du côté de ceux qui continuent à se réclamer de la nécessité de la justice sociale, de l'égalité et de la transformation révolutionnaire de la société.

L'acharnement sur ce terrain de ceux qui défendent le capitalisme, la propriété privée, les profits du CAC 40  devrait suffire à nous prévenir de tout abandon !

___________________

REPRIS du site Histoire et Société

Taguspark réagit à la controverse sur le buste du cosmonaute Youri Gagarine à Oeiras
 
À Oeiras et à 15 minutes de l’aéroport international de Lisbonne, le Taguspark est situé dans un immense parc verdoyant avec vue unique sur la mer et le Tage. Oeiras grâce à la culture et l’art se veut une référence européenne en matière de qualité de vie sur le lieu de travail. La statue de Gagarine ou plutôt son socle a provoqué une forte polémique. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)


Patricia Naves

« INCROYABLE », une « honte », « manque de doigté », « blague ». Ce sont quelques-uns des adjectifs publiés sur les médias sociaux – beaucoup d’entre eux, sur le site de la Chambre d’Oeiras elle-même – en réaction au buste de l’hommage au cosmonaute Youri Gagarine, le premier humain à voyager dans l’espace.

A la cérémonie d’inauguration, qui a eu lieu dimanche dernier, le 17 octobre, étaient présents le conseiller Nuno Neto, l’ambassadeur de la Fédération de Russie, Mikhail L. Kamynin et le PDG de Taguspark, Eduardo Correia. Le buste, en bronze, est de A. D. Leónov, offert par la Fondation caritative internationale « Le dialogue des cultures – Le monde uni » et l’ambassade de la Fédération de Russie au Portugal. La statue rend hommage au 60e anniversaire du premier vol spatial habité par un être humain et fait maintenant partie de la collection MAU – Musée d’art urbain - en cours de développement dans le Tagepark.

Mais ce n’est pas le buste lui-même que beaucoup de gens critiquent; c’est plutôt son socle, avec une image associée au communisme, en forte importance.

En septembre dernier, lorsque le buste a été révélé – et même avant cette inauguration officielle – Taguspark a expliqué, cité par « New in Oeiras », sa décision.

« Cette œuvre d’art, dont nous sommes très fiers pour son importance historique et culturelle, est un hommage au premier être humain dans l’espace et à cet événement remarquable.

Pour cette raison, et parce que l’histoire doit être respectée, nous avons décidé d’inclure le drapeau de l’URSS à côté du buste de Youri Gagarine et de la fusée Vostok 1.

À une époque où beaucoup veulent effacer les faits de l’histoire, dans le Tage, nous donnons des signes clairs de respect pour la préservation de l’histoire, afin qu’à travers elle nous puissions apprendre et contribuer à un monde meilleur. C’est le respect de la rigueur de l’histoire qui nous a amenés à mettre dans le musée d’art urbain, dans cette pièce, le logo internationalement reconnu comme le symbole du communisme », a déclaré Eduardo Baptista Correia, PDG de Taguspark.

Cependant, c’est après l’inauguration officielle dimanche dernier que les critiques les plus fortes ont surgi, alors NiT a de nouveau interrogé Taguspark sur ce choix. En réponse, le bureau de communication de ce centre d’affaires commence par expliquer que le MAU (Musée d’Art Urbain) est un espace qui réunit culture et histoire et est « en plein développement » dans le Taguspark.

Cette nouvelle pièce, le buste de Youri Gagarine, est l’entité, la plus récente au MAU, joignant le buste de Nelson Mandela, de Clo Bourgard, à L’Écureuil, bordalo II, aux peintures murales graffiti dans les garages qui célèbrent différents concepts tels que les Découvertes ou Sophia de Mello Breyner Andresen, « entre autres œuvres de divers artistes portugais ». La même source ajoute que « l’objectif de Taguspark est d’avoir un musée disruptif, audacieux et urbain qui incarne les valeurs que la Cité du savoir a l’intention de transmettre à la communauté.

Sur le travail du buste « qui a motivé certains commentaires », Taguspark dit qu’il est important en premier lieu « de souligner que l’œuvre vise à honorer le premier cosmonaute de l’histoire de l’humanité, Youri Gagarine »; et que « Taguspark lui-même – Ville de la Connaissance a un lien avec le thème car il est dans un écosystème avec des entreprises dédiées à l’aéronautique ».

De plus, la pièce, rappelant la même source, est composée du buste du cosmonaute, à côté de la fusée Vostok 1. Le buste était une offre de la Fondation caritative internationale « Le dialogue des cultures – Le monde uni » et de l’ambassade de la Fédération de Russie au Portugal, à la municipalité d’Oeiras, souligne.

« Le musée d’art urbain du Tagepark a accepté de recevoir ce buste offert à la municipalité et, de sa propre initiative, l’a intégré dans une œuvre composée de la fusée Vostok 1 et avec un support qui comprend le symbole associé au communisme (la faucille et le marteau) qui est aussi le drapeau de l’ex-URSS », explique taguspark.

Il réitère : « La BAD respecte donc l’histoire, puisqu’elle ne peut pas être changée, c’est pourquoi la réalisation du premier Homme dans l’espace doit être contextualisée avec la mission spatiale de l’URSS, un régime communiste qui existait au XXe siècle. »

Enfin, l’entité affirme que l’œuvre du buste du cosmonaute Youri Gagarine exposée au Musée d’Art Urbain du Tage a également des panneaux où il est possible pour le visiteur d’accéder à un QR Code, d’obtenir plus d’informations sur l’histoire et ainsi se rendre compte que l’œuvre préserve la rigueur de l’histoire, révélant ce logo internationalement reconnu comme le symbole du communisme.

Cette référence est donc « intégrée dans un projet de partage des connaissances à travers l’art qu’est le Musée d’Art Urbain du Tagepark, comme cela se produit dans de nombreux projets culturels nationaux et internationaux ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article