ONTRE LES DÉSERTS MÉDICAUX : NON, ON N’A PAS TOUT ESSAYÉ ! Une proposition de loi proposée par les députés PCF a été repoussée…

Publié le par FSC

REPRIS du site Commun Commune :

 

 

11,6 % de nos concitoyens n’ont pas de médecin généraliste traitant. Six millions de Français sont à plus de trente minutes d’un service d’urgences. Le gouvernement a supprimé le numerus clausus, mais ça ne peut suffire, toutes les études démontrant qu’il faudra au minimum dix ans pour que cela produise des effets.

Député communiste de Seine-Maritime, Sébastien Jumel a défendu le 2 décembre dernier une proposition de loi pour améliorer la couverture médicale dans les territoires

Ses principales propositions :

– Former des médecins non pas en fonction des moyens des facs de médecine, mais en fonction des besoins de chaque région.

– Généraliser le contrat d’engagement de service public : contre une bourse de 1 200 euros brut par mois pour financer les études, les médecins formés s’engagent ensuite à s’installer durant trois ans dans un désert médical. Cette mesure permettrait aussi de démocratiser l’accès aux études de médecine, qui ne sont pas à la portée de toutes les classes sociales.

– Mettre en place le conventionnement sélectif en n’aidant les médecins que lorsqu’ils s’installent dans les zones sous-denses, comme c’est le cas pour les infirmiers et les kinésithérapeutes.

– Flécher prioritairement les aides de l’État vers le soutien aux collectivités locales, pour créer des centres de santé avec des médecins salariés.

Cette proposition, soutenu par toute la gauche, a été repoussée.

 

LIEN  vers le TEXTE INTEGRAL :

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion-soc/l15b4711_rapport-fond#

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article