Grève du nettoyage dans les transports

Publié le par FSC

 

RATP : victoire pour les agents de nettoyage d’Onet du dépôt de Pierrefitte, en grève depuis une semaine

Victoire pour les agents de nettoyage d'ONET responsables du dépôt RATP de Pierrefitte ! En grève depuis une semaine, ils ont obtenu des primes et une amélioration de leurs conditions de travail.

Grève du nettoyage dans les transports

« Nettoyage, esclavage ! », « Onet malhonnête ! » : lundi après-midi se tenait l’assemblée générale des grévistes d’Onet Transport Service, des agents de nettoyage responsables, entre autres, des abris bus et Tramway de la RATP ainsi que des locaux de repos des chauffeurs en fin de ligne. Depuis le lundi 21 février, les agents de nettoyage du dépôt de Pierrefitte (93), étaient en grève reconductible pour leurs salaires et conditions de travail.

Après avoir occupé les locaux de la Direction Régionale du sous-traitant à Suresnes lundi matin et être parvenus à un accord avec la direction, les 53 grévistes (sur les 80 employés du dépôt) ont voté à l’unanimité la fin du mouvement. Ils ont notamment obtenu une prime mensuelle entre 50 et 70 euros, une prime exceptionnelle de 100 euros et un accord sur des journées de grève. Le protocole de fin de conflit prévoit aussi une clause de revoyure sur les conditions de travail.

Depuis des semaines, la direction du sous-traitant Onet refusait toute discussion avec les grévistes, et il aura bien fallu cette occupation pour amener les revendications des salariés sur la table et qu’elles soient entendues ! Treizième mois, primes de paniers repas et contre le froid, majoration du travail de nuit, des dimanches et les jours fériés : les revendications des grévistes n’étaient finalement qu’un appel à la dignité et au refus de la précarité.

Si la grève portait en premier lieu sur les questions salariales, les améliorations des conditions de travail se sont vite ajoutées aux revendications. Les travailleurs ne sont pas dupes, ces conditions de travail invivables et indignes sont inhérentes au fonctionnement des sous-traitants. Cette grève s’inscrit dans une lutte contre le développement de la sous-traitance dans les secteurs publics et privés, pour accéder aux mêmes droits que les autres travailleurs des transports.

D’où l’importance de cette victoire. Les négociations ne sont pas terminées : les délégations syndicales vont encore discuter du protocole de fin de conflit, notamment avec une clause de revoyure sur les conditions de travail.

« Il faut qu’ils comprennent qu’on est déterminés, [...] c’est nous les travailleurs de la première ligne » Salim, délégué syndical CGT Pierrefitte

Après deux ans de crise sanitaire, ces travailleurs et travailleuses de la première ligne, les plus nécessaires au fonctionnement de la société, se retrouvent toujours plus précarisés par l’inflation et la crise économique, que les patrons font mine d’ignorer. Si la grève d’Onet se révèle victorieuse, ce n’est en rien par la bonne volonté du patronat, mais bien par la lutte de ces agents, conscients de l’importance de leur travail pour le bon fonctionnement des transports, empruntés chaque jour par les usagers. Ils ont arraché la dignité qui leur revient : totale solidarité !

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article