Le choix de l'abstention le 24 avril : explication de non-vote

Publié le par FSC

Le point de vue de Gilles Questiaux.

Je compléterait par la remarque suivante : au-delà du refus de ce choix funeste et des aléas électoraux liés aussi à l'encadrement institutionnel monarchique de la cinquième république, ce qui reste du front républicain contre l'extrême droite et la possible "victoire de Macron"  comporte un autre risque.

Laisser perdurer dans l'esprit de tous ceux qui aspirent à de profonds changements en faveur de " ceux d'en bas ",  échaudés/ulcérés par les trahisons des alternances droite-gauche et la brutalité de classe du macronisme de droite-et-de-gauche, sensibles à l'idée qu'on a tout essayé sauf le lepenisme, donc laisser perdurer faute de l'épreuve décisive de l'exercice du pouvoir que ce dernier continue de représenter l'alternative à l'aggravation prévisible de la situation populaire.

____________________

Celle-ci n'est pas Marine Le Pen

Le choix de l’abstention le 24 avril.

Il est motivé par le fait que les deux candidatures en lice ne sont pas satisfaisantes et qu’il n’y a pas contrairement à ce qu’on tente de faire croire dans les deux camps urgence de choisir entre les deux.

Marine Le Pen n’est pas comparable à Adolf Hitler, et pas vraiment, à l’intention de certains qui veulent voter pour elle, à Eva Peron. C’est dans le pire des cas, Orban, et Orban c’est la droite libérale et antisociale même si c’est bien mieux que son opposition de gauche vendue à l’UE, et que Macron sur des questions essentielles comme celle de la guerre en Ukraine.

Macron est un candidat anti ouvrier et violemment hostile à la souveraineté populaire, mais dans la droite ligne des deux précédents présidents ; il y a des indices sérieux qu’en cas de victoire MLP malgré son discours de gauche par certains aspects se rallie à cette politique du capital qui n’est pas modifiable par la seule voie électorale. Comme le fit Chirac en 1995.

Voter Macon, c’est voter contre les ouvriers.

Voter Marine Le Pen, c’est effectivement voter avec les ouvriers qui font massivement ce choix.

Mais voter pour les ouvriers, ce n’est pas une option proposée dans cette élection.

Les deux candidats représentent des menaces pour les libertés publiques, et celles provenant de Macron sont confirmées par sa pratique des cinq dernières années, et surtout par la féroce répression contre les Gilets Jaunes.

Il est vrai que s’abstenir est en fait favoriser le candidat arrivé en tête au premier tour, Macron en l’occurrence. Certains pensent que l’élection de MLP pourrait sans rien apporter en soi de positif créer une station politique intéressante, notamment parce qu’elle pourrait bien avoir de grandes difficultés pour trouver une majorité parlementaire. Il est sur qu’en cas de succès de MLP les élections législatives seront un troisième tour, mais il est à mon avis assez peu probable qu’il puisse inverser le rapport de force du 10 avril. Tout cela aboutirait sans doute à une coalition avec la droite plus traditionnelle.

L’expérience des succès électoraux des candidats d’extrême droite dans d’autres pays et non des moindres montrent que s’ils n’ont pas ressuscité le Troisième Reich, ils n’ont pas non plus créé de situation utilisable par les forces représentantes de la classe ouvrière.

L’extrême droite au pouvoir contribue au final à renforcer le communautarisme ce qui est logique car ce n’est en fait rien d’autre qu’un communautarisme de la majorité autochtone, qui à ce titre est d’ailleurs un peu moins illégitime que les autres, mais reste une parfaite impasse.

A propos du Troisième Reich soit dit en passant ce n'est pas MLP c’est l’UE et l’OTAN qui l’ont ressuscité en Ukraine.

Dans le milieux militants qui recrutent chez les musulmans ou les travailleurs étranger on sent une forme de panique à l’idée d’un victoire de MLP, ainsi que dans la petite bourgeoisie issue de l’immigration qui cherche à s’en faire le porte parole.

Mais si on peut estimer sans trop de risque de se tromper que MLP mènera une politique marginalement plus défavorable aux étrangers, Macron mènera sans doute une politique encore plus défavorable aux travailleurs.

Alors à mon avis l’intérêt bine compris des travailleurs immigrés qu’ils puissent voter ou non est de ne soutenir ni l’un ni l’autre.

Je pense qu’il faut prendre une position d’ouverture en sachant que si la rage et la haine de classe contre Macron sont assez puissantes pour provoquer sa défaite, il est inutile et contre-productif de s’y opposer. Mais qu’il n’est pas utile non plus d’encourager l’idée que l’extrême droite porte en elle une alternative crédible au capitalisme.

MLP ressort d’une tradition politique extrêmement anticommuniste, il serait donc bien curieux que des communistes votent pour elle . Même si un anticommunisme tout aussi virulent et actuellement bien plus nuisible s’est développé à l’extrême gauche.

Au reste l’importance du vote individuel ne doit pas être surrestimée. Les élections sont un dispositif de légitimation du contrôle politique bourgeois.

Les pauvres sont invités par les riches à choisir parmi eux leurs chefs ;

 

GQ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
D accord avec cette position, MLP et Macron, c est bonnet brun, brun bonnet... Abstention, poursuites et développement des luttes et préparation des législatives pour envoyer à l assemblée le maximum de députés anti capitalistes
Répondre