"On n’a jamais vu ça !" : les travailleurs d’Amazon France mènent une grève inédite pour les salaires

Publié le par FSC

REPRIS du site Unilever CGT Le Meux

SOURCE : Révolution permanente

« La direction nous propose 3% d’augmentation, on veut minimum 5% » nous explique Antoine Delorme, de la CGT Amazon à Châlons-sur-Saône. Ce mardi, face au refus de la direction d'augmenter décemment les salaires, la grève reprend de plus belle et s'étend à la totalité des sites français du géant de la vente en ligne.

Grève inédite

 

« La direction propose 3% d’augmentation, on veut minimum 5% » explique Antoine Delorme, Délégué Syndical CGT sur le site de Châlons-sur-Saône, que nous avons interviewé pour Révolution Permanente. Encore une fois, c’est dans le cadre de NAO (négociations annuelles obligatoires) où la direction propose des augmentations en dessous de l’inflation qu’un mouvement de grève inédit est lancé sur les sites d’Amazon France.

Comme nous l’écrivions, quelques sites s’étaient déjà mis en grève la semaine dernière suite aux premières réunions où les patrons avançaient le chiffre de 2%. Dans la réunion qui a suivi ces grèves, les dirigeants parlaient alors de 3%. Toujours pas assez selon l’intersyndicale rassemblant 5 syndicats (CGT, Sud, CFDT, CAT, CFE-CGC), qui a appelé à un nouveau mouvement de grève.

Cette fois, c’est l’ensemble des sites qui ont fait grève au même moment. Ce mardi, les 8 sites étaient donc touchés par des grèves, parfois avec barrage filtrant ralentissant l’entrée et la sortie des camions. « C’est complètement inédit chez Amazon. Pour nous c’est très important de se mobiliser ensemble. Quand un site bloque, la direction s’organise pour faire partir les livraisons depuis un autre site. C’est pour ça que si on répond tous ensemble on est plus fort » décrit Antoine Delorme. Alain Jeault, Délégué syndical central CGT, parle de 1200 grévistes.

Comme on l’a vu dans d’autres grèves récentes, beaucoup de salariés se mettent en grève pour la première fois. Sur le site de Chalon, ce sont environ 200 CDI sur environ 700 qui se sont mis en grève. Une proportion importante pour qui connaît les obstacles et les difficultés pour faire grève qui existent dans ce genre d’entreprise.

Parfois, ce sont les ouvriers eux-mêmes qui interpellent les élus pour faire grève. Antoine raconte qu’alors que la grève s’était stoppée sur une équipe, « des salariés d’une autre équipe nous ont sollicité pour relancer la grève ! ».
Quand on compare les bénéfices énormes d’Amazon, 33 milliards sur un an, et les augmentations proposées, on comprend l’envie de se battre des grévistes. Le mouvement de grève se répètera probablement selon Antoine, puisque la direction refuse d’aller jusqu’à 5%.

« De toute façon, c’est une question qui touche tout le monde aujourd’hui. Toi dans ta boîte comme moi dans la mienne, et au-delà. Et même dans d’autres pays. D’ailleurs je tiens à saluer nos collègues aux États-Unis qui ont créé le premier syndicat Amazon du pays ! Ce qu’ils ont fait, c’est une victoire pour l’ensemble des travailleurs ! »

Face à une inflation qui explose et des salaires qui ne suivent pas, la question salariale devient centrale dans le pays, et pourrait faire converger plusieurs colères. Si des liens commençaient à se créer entre ces différentes luttes, cela pourrait ouvrir de nouvelles perspectives pour le mouvement ouvrier, délaissé par l’atonie des directions syndicales ces deux dernières années.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article