2 MAI 2014 : le massacre d'Odessa ... que " nos " médias ignorent !

Publié le par FSC

SOURCE : Defned Democraty

image d'illustration

 

Odessa a imposé un couvre-feu de deux jours le jour anniversaire de l'incendie des manifestants anti-Maidan le 2 mai 2014, rapporte Joe Lauria.

Par Joe Lauria,  le 30 avril 2022

Les autorités de la ville portuaire ukrainienne d'Odessa ont instauré un couvre-feu de 24 heures du 1er au 3 mai pour empêcher les manifestations commémorant l'incendie vif le 2 mai 2014 de 48 personnes qui avaient rejeté le coup d'État soutenu par les États-Unis à Kiev plus tôt cette année-là.

La ville, qui est "(sous le contrôle des troupes ukrainiennes) a annoncé l'introduction d'un 'couvre-feu' dans la ville de 22h00 le 1er mai à 5h00 le 3 mai. Pendant la durée du 'couvre-feu', Odessans sont pas autorisés à quitter leur domicile », a déclaré le groupe Répression de la gauche et des dissidents en Ukraine dans un message de Telegram . "De toute évidence, cette décision des autorités est due au fait que le 2 mai est une date très importante pour les habitants d'Odessa."

Ce jour-là, il y a huit ans, des hooligans et des groupes d'extrême droite ont délibérément incendié un bâtiment syndical où des manifestants contre le coup d'État s'étaient réfugiés. La police n'est pas intervenue. Des séquences vidéo montrent au moins un policier et d'autres personnes tirant avec leurs armes sur le bâtiment. La foule applaudit alors que de nombreuses personnes piégées à l'intérieur ont sauté vers la mort.

Les événements de ce jour "n'ont pas encore fait l'objet d'une enquête par les forces de l'ordre ukrainiennes", a déclaré le groupe. Les appels lancés à l'époque par les Nations Unies et l'Union européenne pour que l'Ukraine enquête ont été ignorés. Trois enquêtes du gouvernement local ukrainien ont été bloquées par la rétention de documents secrets.

SUITE :

http://www.defenddemocracy.press/curfew-for-anniversary-of-odessa-massacre-that-sparked-rebellion/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article