Le retrait de MIchèle PICARD dans la 4ème circonscription du Rhône

Publié le par FSC

Compte-tenu de l'importance de ce qui s'est joué et qui se joue dans cette circonscription et son enjeu national nous relayons le communiqué des communistes locaux qui donnent les raisons de ce retrait :

 

https://levenissian.fr/Malgre-l-accord-national-tout-faire-pour-battre-la-droite

 

Malgré l’accord national, tout faire pour battre la droite et l’extrême-droite !

Communiqué de presse de la section PCF Vénissieux

Lundi 16 mai 2022

Depuis plusieurs jours maintenant, la 14e circonscription est le théâtre d’un déchaînement médiatique qui n’aide pas à saisir les véritables enjeux politiques.

A quelques jours du dépôt des candidatures, les communistes sont confrontés à des décisions importantes. Michèle Picard a annoncé sa candidature dès le début de l’année, et a créé une dynamique de campagne soutenue par de nombreux citoyens. Cette candidature reste à ce jour la plus efficace pour unir la gauche populaire de combats et d’actions, gagner la circonscription contre la droite et l’extrême-droite.

A l’issue des élections présidentielles, la France insoumise a conclu des accords concernant les élections législatives séparément avec EELV, le PS et le PCF, dans le cadre de la NUPES. L’accord conclu entre la FI et le PCF est particulièrement coûteux puisque il n’attribue que 50 circonscriptions au PCF dont au maximum 15 gagnables et interdit toute candidature PCF dans plus de 500 circonscriptions.

La France insoumise s’est réservé la 14e circonscription du Rhône, sur laquelle se situe la plus importante ville dirigée par un maire PCF hors région parisienne, Michèle Picard, qui a battu deux fois en 2020 les représentants de Macron et du RN dans le cadre de larges rassemblements à gauche.

Jean-Luc Mélenchon a voulu imposer un parachutage, comme à Villeurbanne, faisant fi des réalités locales, ce que nous avons contesté. De plus, son premier candidat, Taha Bouhafs portait une ligne politique contredisant les valeurs de gauche. Ce sont finalement des signalements au sein de la FI pour harcèlement et violences sexuelles, qui ont conduit à son éviction par la France insoumise, quelques jours après son investiture.

La reconnaissance par la Nupes de la candidature de Michèle Picard aurait permis une sortie par le haut de ce mauvais feuilleton dont nous nous serions bien passés. Mais Jean-Luc Mélenchon ne veut pas laisser cette circonscription aux communistes qui y ont pourtant un ancrage historique. La France insoumise impose donc la candidature d’Idir Boumertit, bien qu’il ait précédemment annoncé qu’il ne serait pas candidat pour privilégier ses engagements locaux. Nous travaillons en bonne intelligence depuis plusieurs années avec la France insoumise et Idir Boumertit dans la majorité municipale. Pour autant, nous continuons à penser que Michèle Picard était la meilleure candidate sur la circonscription dans le cadre de la coalition de la gauche.

La consultation organisée du 13 au 15 mai a permis l’expression de très nombreux communistes et soutiens de Michèle Picard. Elle confirme l’engagement très large et l’incompréhension devant l’entêtement de Jean-luc Mélenchon à refuser la candidature de Michèle Picard, se privant d’une députée légitime, résolument engagée sur les enjeux et combats de la circonscription. Sa décision s’impose par le haut, loin des réalités de terrains, dans le cadre d’un accord national excluant toute candidature locale puisqu’elle serait privée du soutien même de son parti.

Nous prenons en compte l’espoir populaire d’une forte opposition à Macron, voire d’une majorité pour des mesures urgentes favorables aux familles dont la vie est difficile. Nous savons qu’il n’y a pas de place pour un affrontement entre les forces de gauche sur la circonscription, sans favoriser la droite et l’extrême droite. La gauche à ce jour est trop faible pour se le permettre. La décision nationale divise la gauche dans la 14e circonscription. Nous refusons de tomber dans son piège. Nous prenons en compte aussi l’essentiel, notre ville et la capacité de la majorité municipale à travailler ensemble pour répondre au besoins des Vénissians, tout comme dans la métropole.

L’ensemble de ces éléments nous conduisent, dans un esprit de responsabilité, à retirer la candidature de Michèle Picard et de son suppléant Guillaume Dumoulin.

Nous remercions tous ceux qui se sont engagés à nos côtés pour la candidature de Michèle Picard et qui disent leur déception de ce retrait. Ensemble, nous continuerons à agir pour une vie meilleure, pour les grandes réformes nationales nécessaires, pour les moyens des communes afin de répondre aux besoins des habitants. Dans cet intense début de campagne, nous avons tous ensemble gagné en force et conviction. Affronter le capitalisme pour une politique de transformation sociale, économique et démocratique, quel que soit le résultat des législatives, exige une mobilisation toujours plus forte et organisée des citoyens dans l’entreprise comme dans les quartiers. La guerre est menaçante et seul un immense rassemblement populaire contraindra les gouvernements à arrêter cette folle course vers la destruction de l’humanité. L’heure n’est pas au regret mais à faire gagner le peuple dans les urnes comme dans les luttes, Nous sommes au travail pour cela.

Le collectif de section PCF Vénissieux


https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/legislatives-2022-la-communiste-michele-picard-retire-sa-candidature-a-venissieux-2543292.html

 
Législatives 2022 : La communiste Michèle Picard retire sa candidature à Vénissieux

Publié le 16/05/2022 à 12h27

Écrit par Alexandra Marie Ertiani

© PIERRE AUGROS / MAXPPP

C'est un nouveau rebondissement dans la 14e circonscription du Rhône : Michèle Picard maire de Vénissieux annonce le retrait de sa candidature en faveur du candidat NUPES Idir Boumertit.

La maire PCF de Vénissieux, Michèle Picard a décidé de retirer sa candidature aux élections législatives de juin 2022. 

Annoncé dans un communiqué ce retrait intervient après de nombreux rebondissements. 

Michèle Picard avait en effet décidé de se maintenir malgré les accords nationaux entre le PCF et la France Insoumise principalement en raison du choix Taha Bouhafs comme candidat. 

"A l’annonce d’un parachutage médiatisé et clivant, ne pouvant que diviser, nous avions décidé de maintenir notre candidature, la plus efficace pour battre la droite et l’extrême-droite" justifie-t-elle dans un communiqué. 

"Je suis dans le camp de la gauche pour battre la droite et l’extrême droite"

Depuis, Taha Bouhafs a retiré sa candidature et fait l'objet d'une enquête interne pour agression sexuelle. Idir Boumertit, jusqu'à présent directeur de campagne de Taha Bouhafs et quatrième adjoint de Michèle Picard a pris le relai et a été investit par la NUPES. Une décision que Michèle Picard affirme avoir accepté : 

"Je suis dans le camp de la gauche pour battre la droite et l’extrême droite. C’est pourquoi, avec Guillaume Dumoulin, nous retirons notre candidature à l’élection législative dans la 14ème circonscription du Rhône. Idir Boumertit sera donc le candidat de la NUPES"

Le parti communiste de Vénissieux assume le choix de Michèle Picard, mais avec une certaine amertume, exprimée elle aussi par voie de communiqué : "La reconnaissance par la Nupes de la candidature de Michèle Picard aurait permis une sortie par le haut de ce mauvais feuilleton dont nous nous serions bien passés. Mais Jean-Luc Mélenchon ne veut pas laisser cette circonscription aux communistes qui y ont pourtant un ancrage historique." 

SI la bataille des gauches n'aura finalement pas lieu à Vénissieux sur le terrain des législatives, les conflits persistent pour le leadership d'une des communes qui a le moins voté en France à l'élection présidentielle avec 41,78% d'abstention. 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Je ne connais pas la maire de Vénissieux ni son adjoint, mais ça ne me semble pas correct. L'accord national ne suffit pas. Une réponse publique de LFI sur ce blog me semble nécessaire, pour être honnête.
Répondre