Un pape qui n'est pas en odeur de sainteté en ce moment ... en occident

Publié le par FSC

REPRIS du site Histoire et société

Les critiques du pape à l’égard de l’OTAN ont provoqué des remous en Occident.
 

Heureusement qu’il y a eu une phrase de lavrov hors de son contexte pour alimenter nos cancaneuses rédactions de presse parce que si elles n’avaient eu que les propos du pape à se mettre sous la dent, ces commères auraient été désappointées. Décidemment ce pape va mal finir s’il continue à prendre au sérieux une parole de paix et de justice sociale qui était dans le mythe originel de la religion qui prétendit libérer les esclaves et se répandit à ce titre dans tout le bassin méditerranéen jusqu’à ce que Constantin le GRAND se l’approprie en tant que religion d’ETAT en interdisant les dissidences. Ne nous faisons pas d’illusion sur l’appareil mais apprécions les interventions quand elles vont dans le sens de l’intérêt de tous (note de danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop pour histoireetsociete)

https://vz.ru/news/2022/5/3/1156784.html

Le politologue américain Malek Dudakov a commenté les critiques du pape François à l’égard de l’OTAN, notant que son discours a provoqué des remous en Occident.

3 mai 2022, 21:22
Photo : Haring/Pool/Spaziani/Global Look Press
Texte : Dmitry Zubarev

“François a noté que “les aboiements de l’OTAN aux portes de la Russie” avaient largement déclenché la crise ukrainienne. Et il a remis en question la nécessité des livraisons d’armes à l’Ukraine – suggérant que l’on prenne exemple sur les ouvriers génois qui ont refusé de charger des armes occidentales destinées au Yémen [le pape fait ici référence à un convoi transportant des armes vers le Yémen, que les dockers ont choisi d’arrêter, «il y a deux ou trois ans», NdT]. Sa phrase est une reprise de la vieille expression “les chiens aboyant aux portes du paradis”, rarement utilisée en anglais mais que l’on retrouve dans d’autres langues européennes”, a déclaré le politologue sur son canal Telegram.

En termes de sémantique, des significations profondes peuvent être trouvées ici, a-t-il dit. Mais son discours a également des implications politiques.

“François est la boussole morale pour les 1,2 milliard de catholiques dans le monde – y compris ceux d’Afrique et d’Amérique latine qui restent neutres dans la crise ukrainienne. Mais il joue également un rôle important pour l’équilibre politique actuel du pouvoir à Washington. En effet, Biden est le deuxième président catholique de l’histoire des États-Unis. Il y a tout juste six mois, il a rencontré François au Vatican. Biden ne se lasse pas de répéter que le pape est la source de tout ce qu’il a appris sur la foi au cours de sa vie. Et maintenant, cette source critique directement les politiques de son administration”, a écrit M. Dudakov.

Il a fait remarquer qu’il y a beaucoup d’autres catholiques parmi l’élite du parti démocrate. Prenez, par exemple, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui se fait un plaisir de rencontrer le souverain pontife.

“Ses déclarations inattendues ont surpris Pelosi alors qu’elle venait de terminer une visite, une “séance photo” à Kiev. La déclaration actuelle de François a déjà provoqué un tollé parmi les prêtres catholiques des États-Unis – et principalement d’obédience libérale. Elle met également dans l’embarras l’ensemble de l’establishment occidental, qui subit des pertes non seulement sur le champ de bataille ou dans la confrontation des sanctions, mais aussi maintenant dans la longue guerre de l’information contre la Russie”, a ajouté le politologue.

Auparavant, le pape François avait concédé que l’OTAN jouait un rôle négatif dans l’escalade de la crise ukrainienne. ” L’aboiement [de l’OTAN] à la porte de la Russie a probablement entraîné une réaction du Kremlin. La colère, je ne sais pas si elle a été provoquée, mais elle y a probablement contribué”, a déclaré le pontife lors d’une conversation avec le rédacteur en chef du Corriere della Sera, Luciano Fontana.

François a également exprimé son désir de visiter la capitale russe avant son voyage à Kiev.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article