En Ukraine, les États-Unis nous entraînent vers la guerre avec la Russie

Publié le par FSC

REPRIS du site Histoire et société :

Cet article republié par The Guardian a 8ans. John Pilger son auteur était un des rares (comme Marianne et moi) qui ont tenté d’alerter la gauche, les communistes, les peuples européens sur le rôle de Washington en Ukraine et en quoi son soutien aux néo-nazis du régime avait d’énormes implications pour le reste du monde. Non seulement ces voix qui alertaient ne furent pas entendues mais en ce qui nous concerne Marianne et moi, la direction de l’Humanité donna l’ordre à un de ses plumitifs de nous ridiculiser. Une censure sans faille fut organisée face à ces mises en garde et cela continue, l’affolement face à la guerre se contente de proclamer que Poutine est fou, pourtant si l’on veut une solution diplomatique il faudra bien arrêter la diabolisation et savoir qui a choisi la guerre et quand. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

This article is more than 8 years oldJohn PilgerLe rôle de Washington en Ukraine et son soutien aux néo-nazis du régime ont d’énormes implications pour le reste du monde.

Paquet de repas américain prêt à manger en Ukraine
Un militant pro-russe avec une douille d’obus et un paquet de repas fabriqué aux États-Unis qui est tombé d’un APC de l’armée ukrainienne lors d’une attaque contre un barrage routier le 3 mai à Andreevka, en Ukraine. Photographie : Scott Olson/Getty

Mar 13 Mai 2014

 

Tolérons-nous la menace d’une autre guerre mondiale en notre nom ? Pourquoi permettons-nous des mensonges qui justifient ce risque ? L’ampleur de notre endoctrinement, écrivait Harold Pinter, est un « acte d’hypnose brillant, voire spirituel et très réussi », comme si la vérité « ne s’était jamais produite même pendant qu’elle se produisait ».

Chaque année, l’historien américain William Blum publie son « résumé actualisé du bilan de la politique étrangère américaine » qui montre que, depuis 1945, les États-Unis ont tenté de renverser plus de 50 gouvernements, dont beaucoup ont été démocratiquement élus ; se sont gravement immiscés dans les élections dans 30 pays; ont bombardé les populations civiles de 30 pays; ont utilisé des armes chimiques et biologiques; et a tenté d’assassiner des dirigeants étrangers.

Dans de nombreux cas, la Grande-Bretagne a été un collaborateur. Le degré de souffrance humaine, sans parler de la criminalité, est peu reconnu en Occident, malgré la présence des communications les plus avancées au monde et du journalisme nominalement le plus libre. Que les victimes les plus nombreuses du terrorisme – « notre » terrorisme – soient des musulmans, est indicible. Ce djihadisme extrême, qui a conduit au 11/9, a été nourri comme une arme de la politique anglo-américaine (opération Cyclone en Afghanistan) est réprimé. En avril, le département d’État américain a noté qu’à la suite de la campagne de l’OTAN en 2011, « la Libye est devenue un refuge pour les terroristes ».

Le nom de « notre » ennemi a changé au fil des ans, du communisme à l’islamisme, mais en général, il s’agit de toute société indépendante de la puissance occidentale et occupant un territoire stratégiquement utile ou riche en ressources, ou offrant simplement une alternative à la domination américaine. Les dirigeants de ces nations obstructionnistes sont généralement violemment écartés, comme les démocrates Muhammad Mossedeq en Iran, Arbenz au Guatemala et Salvador Allende au Chili, ou ils sont assassinés comme Patrice Lumumba en République démocratique du Congo. Tous sont soumis à une campagne médiatique occidentale de dénigrement – pensez à Fidel Castro, Hugo Chávez, maintenant Vladimir Poutine.

Le rôle de Washington en Ukraine n’est différent que par ses implications pour le reste d’entre nous. Pour la première fois depuis les années Reagan, les États-Unis menacent d’amener le monde à la guerre. Avec l’Europe de l’Est et les Balkans maintenant des avant-postes militaires de l’OTAN, le dernier « État tampon » frontalier de la Russie – l’Ukraine – est déchiré par les forces fascistes déchaînées par les États-Unis et l’UE. Nous, en Occident, soutenons maintenant les néo-nazis dans un pays où les nazis ukrainiens ont soutenu Hitler.

Après avoir orchestré le coup d’État en février contre le gouvernement démocratiquement élu de Kiev, la saisie planifiée par Washington de la base navale historique et légitime en eau chaude de la Russie en Crimée a échoué. Les Russes se sont défendus, comme ils l’ont fait contre toutes les menaces et invasions de l’Occident pendant près d’un siècle.

Mais l’encerclement militaire de l’OTAN s’est accéléré, ainsi que les attaques orchestrées par les États-Unis contre les Russes ethniques en Ukraine. Si Poutine peut être incité à leur venir en aide, son rôle de « paria » pré-ordonné justifiera une guérilla dirigée par l’OTAN qui risque de déborder sur la Russie elle-même.

Au lieu de cela, Poutine a confondu le parti de la guerre en cherchant un arrangement avec Washington et l’UE, en retirant les troupes russes de la frontière ukrainienne et en exhortant les Russes ethniques de l’est de l’Ukraine à abandonner le référendum provocateur du week-end. Ces personnes russophones et bilingues – un tiers de la population ukrainienne – recherchent depuis longtemps une fédération démocratique qui reflète la diversité ethnique du pays et qui soit à la fois autonome de Kiev et indépendante de Moscou. La plupart ne sont ni des « séparatistes » ni des « rebelles », comme les appellent les médias occidentaux, mais des citoyens qui veulent vivre en sécurité dans leur patrie.

Comme les ruines de l’Irak et de l’Afghanistan, l’Ukraine a été transformée en un parc à thème de la CIA – géré personnellement par le directeur de la CIA John Brennan à Kiev, avec des dizaines d’« unités spéciales » de la CIA et du FBI mettant en place une « structure de sécurité » qui supervise les attaques sauvages contre ceux qui se sont opposés au coup d’État de février. Regardez les vidéos, lisez les rapports de témoins oculaires du massacre d’Odessa ce mois-ci. Des voyous fascistes en bus ont incendié le siège du syndicat, tuant 41 personnes piégées à l’intérieur. Regardez la police se tenir à côté.

Un médecin a décrit avoir essayé de sauver des gens, « mais j’ai été arrêté par des radicaux nazis pro-ukrainiens. L’un d’eux m’a repoussé grossièrement, promettant que bientôt moi et d’autres Juifs d’Odessa allions connaître le même sort. Ce qui s’est passé hier n’a même pas eu lieu pendant l’occupation fasciste dans ma ville pendant la Seconde Guerre mondiale. Je me demande pourquoi le monde entier garde le silence. » [voir note de bas de page]

Les Ukrainiens russophones se battent pour leur survie. Lorsque Poutine a annoncé le retrait des troupes russes de la frontière, le secrétaire à la Défense de la junte de Kiev, Andriy Parubiy – un membre fondateur du parti fasciste Svoboda – s’est vanté que les attaques contre les « insurgés » se poursuivraient. Dans le style orwellien, la propagande occidentale a inversé cela à Moscou « essayant d’orchestrer le conflit et la provocation », selon William Hague. Son cynisme s’accompagne des félicitations grotesques d’Obama à la junte putschiste pour sa « retenue remarquable » après le massacre d’Odessa. La junte, dit Obama, est « dûment élue ». Comme Henry Kissinger l’a dit un jour : « Ce n’est pas une question de ce qui est vrai qui compte, mais de ce qui est perçu comme vrai. »

Dans les médias américains, l’atrocité d’Odessa a été minimisée comme « trouble » et une « tragédie » dans laquelle des « nationalistes » (néo-nazis) ont attaqué des « séparatistes » (des personnes recueillant des signatures pour un référendum sur une Ukraine fédérale). Le Wall Street Journal de Rupert Murdoch a damné les victimes – « Incendie meurtrier en Ukraine probablement déclenché par les rebelles, selon le gouvernement ». La propagande en Allemagne a été une pure guerre froide, le Frankfurter Allgemeine Zeitung mettant en garde ses lecteurs contre la « guerre non déclarée » de la Russie. Pour les Allemands, c’est une ironie poignante que Poutine soit le seul dirigeant à condamner la montée du fascisme dans l’Europe du 21ème siècle.

Un truisme populaire est que « le monde a changé » après le 11/9. Mais qu’est-ce qui a changé ? Selon le grand lanceur d’alerte Daniel Ellsberg, un coup d’État silencieux a eu lieu à Washington et le militarisme rampant règne maintenant. Le Pentagone mène actuellement des « opérations spéciales » – des guerres secrètes – dans 124 pays. Chez nous, la pauvreté croissante et la perte de liberté sont le corollaire historique d’un état de guerre perpétuelle. Ajoutez le risque de guerre nucléaire, et la question est : pourquoi tolérons-nous cela ?

www.johnpilger.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article