HOMMAGE : Michel PINÇON ou l’art de démasquer l’oligarchie

Publié le par FSC

 

HOMMAGE : Michel PINÇON ou l’art de démasquer l’oligarchie
Hommage : Michel Pinçon ou l’art de démasquer l’oligarchie

Le 28 septembre 2022, Michel Pinçon, sociologue spécialiste de l’analyse critique de la grande bourgeoisie, s’est éteint à l’âge de 80 ans. L’Insoumission perd une de ses sources d’inspiration. L’une des missions de notre média est de démasquer le grand capital et mettre en lumière les ultra-riches. Ces derniers préfèreraient tellement pouvoir accumuler richesse et le pouvoir en toute discrétion. Michel Pinçon et sa femme, Monique Pinçon-Charlot, formaient le plus célèbre couple de sociologues français. Depuis longtemps, ils avaient compris l’importance de regarder et de donner à voir les pratiques de classe bourgeoise, pour mener à bien la lutte de classe qu’ils ont menée aux côtés des opprimés. Hommage.

Les riches ont des noms, des adresses, des goûts et une idéologie : il faut les nommer, les montrer

Le couple Pinçon-Charlot (puisque c’est sous cette dénomination que la plupart d’entre nous les avons découvert) se forme à Lille en 1965. Monique témoigne : « Ça a été un coup de foudre réciproque, entre deux boiteux qui avaient des névroses de classe inversées ». Elle est fille de magistrat, il vient d’une famille ouvrière. Leur camp sera celui des opprimés contre les dominants, les bourgeois, les capitalistes. Ils suivent les traces du sociologue Pierre Bourdieu. « Michel a toujours été habité par cette volonté de comprendre les injustices, qu’elles soient sociales, économiques, et surtout symboliques, celles dont il a le plus souffert lui-même » raconte Monique.

Michel et Monique Pinçon-Charlot ont remis au goût du jour l’étude des classes sociales. La plupart de leurs confrères, eux, théorisaient la fin de classes et la « moyennisation » de la société. Ils font partie des premiers à avoir eu cette intuition : les riches ont des noms, des adresses, des goûts et une idéologie. Ils ont UNE culture, ancrée dans un milieu social, une histoire et non pas le monopole de LA culture. Il faut les nommer, les montrer. Il faut connaître la cause de nos malheurs si l’on veut y mettre un terme.

Les ultra-riches n’aiment pas la lumière. Ou seulement lorsque ce sont eux qui décident de l’angle des projecteurs. Depuis Dans les beaux quartiers (PUF, 1989) en passant par Les Ghettos du gotha (Seuil, 2007) jusqu’à Notre vie chez les riches (La Découverte/Zones, 2021), le couple de sociologues a écrit ensemble 28 ouvrages. Voilà autant de cailloux dans les bottines en daim de l’oligarchie.

Leurs ouvrages des études sociologiques sérieuses, poussées, qui permettent de situer socialement et historiquement la grande bourgeoisie. Ils donnent des armes. Ils permettent de critiquer cette idée selon laquelle le goût des bourgeois serait LE bon goût. Leur culture serait LA haute culture, leurs valeurs seraient universelles, quand les autres gens n’auraient le droit qu’à des sous-cultures, des opinions relatives et surtout, surtout du mauvais goût.

De plus, les deux sociologues de l’oligarchie ont toujours cherché à innover dans la forme, avec des titres accrocheurs, allant jusqu’à proposer des guides touristiques. Ce, afin de sortir du style austère de l’étude sociologique et de donner à découvrir leurs analyses critiques à un cercle de lecteurs plus large. Leur travail est une source d’inspiration intarissable dans la bataille culturelle contre la caste capitaliste.

Michel Pinçon fait partie des précurseurs qui ont ouvert la voie que notre média s’applique à emprunter avec la fierté et la responsabilité d’appartenir à une telle lignée

Et peu importe que cela déplaise aux journalistes de LCI, l’insoumission restera fidèle à cette mission. Nous poursuivrons notre galerie de portraits sur les détenteurs du grand capital. Nous continuerons de nommer ces ultrariches qui accumulent tant de pouvoir. Ces invisibles d’en haut qui ont ce privilège suprême, dans une société où la vie privée de toutes les personnes publiques est dévoilée, de peser de tout leur poids sur la conduite des affaires du pays. En toute impunité, à l’abri des regards.

Ce lundi 4 octobre, à 11h au cimetière communcal de Bourg-la-Reine, auront lieu les funérailles de Michel Pinçon. L’Insoumission sera sur place pour rendre un dernier hommage à cette homme passé maître dans l’art de démasquer l’oligarchie.

Par Ulysse Kummer

Hommages du comité de rédaction de l’insoumission

Quand j’ai entendu leur nom pour la première fois en cours de SES en classe de terminale, j’ai su que je devais m’intéresser à leurs écrits. À contre-courant de leurs confrères théorisant la fin des classes sociales, Michel Pinçon et sa femme Monique ont rappelé qu’elles existaient toujours. Bel et bien. J’ai eu le privilège de les recevoir en conférence à la Sorbonne en 2018, lors de mes années à l’université. C’est là que j’ai mesuré leur célébrité au sein de ma génération. C’est à ce moment que mon admiration pour leurs travaux s’est confirmée une bonne fois pour toute.

Un de leurs derniers ouvrages s’intitule Les prédateurs au pouvoir. Michel Pinçon me l’a dédicacé à la fin de cette conférence. Il a écrit : « Pour Nadim. Pour que les prédateurs au pouvoir aient quelques ennemis. » Michel, merci pour tout ce que tu as enseigné. Nous continuerons ton combat, compte sur nous. Toutes mes pensées à sa femme, Monique Pinçon-Charlot.

Par Nadim Février

J’ai le cœur lourd. Je me souviens d’une journée de 2018. J’avais croisé Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot en gilets jaunes, place de la Bastille à Paris. Je me souviendrai toujours de l’humilité de celui qui a tant donné pour démasquer la grande bourgeoisie, bataille qu’on essaie modestement de poursuivre à l’insoumission. Un monument de la lutte des classes s’en va. Un homme qui s’est battu avec sa compagne, à un moment où l’immense majorité des intellectuels français avaient enterrés Marx. Ils ont participé tous les deux à ma formation intellectuelle, de Pierrot Bourdieu à Karlito Marx, à l’amour de la sociologie. Et en plus d’une humilité ! Toujours à mettre en avant celles et ceux qui ne se mettent jamais en avant. Les invisibles d’en bas comme ceux d’en haut. Très forte pensée pour tes proches Michel, ton combat continue.

Par Pierre Joigneaux

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article