Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce que les communistes russes disent

Publié le par FSC

Une appréciation du récent plenum du KPRF d'une grande lucidité et qui fait litière de l'accusation sur un supposé alignement sur la politique et les orientations du pouvoir oligarchique actuel de la Russie, y compris en matière de politique internationale.

L'intervention de Guennadi Ziouganov au cours de ce plenum (EXTRAITS) :

Intertitres de notre cru

Texte repris du blog de Danielle Bleitrach à partir d'une traduction de Marianne Dunlop.

 

__________________________

 

 
[L'enchaînement des faits  la responsabilité majeure des USA et de l'OTAN]

 

 

 

“…Il y a eu un coup d’État en Ukraine en 2014. Les États-Unis ont déclaré publiquement qu’ils y avaient investi 5 milliards de dollars. Les néo-nazis ont pris le pouvoir. Cela a provoqué une forte résistance dans le Donbass. Un référendum y a été organisé en mai 2014. 87% ont voté pour l’indépendance. Les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk sont apparues comme une initiative incarnée par les masses populaires. Les néo-nazis ont recouru à la terreur. Pendant 8 ans de bombardements, 14 000 civils de la DNR et de la LNR ont été tués.

Après l’invasion de l’URSS par Hitler, des divisions SS ont été formées en Ukraine occidentale. Les nationalistes locaux dirigés par Stepan Bandera ont assassiné des partisans et brûlé en masse des enfants, des femmes et des personnes âgées en Ukraine même et au Belarus. De 1945 à 1953, la terreur antisoviétique en Ukraine occidentale s’est poursuivie avec le soutien des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Environ 50 000 habitants ont été exterminés. En 1991, les adeptes de la racaille banderiste ont eu les mains libres ; en 2014, ils ont obtenu les pleins pouvoirs.

Les sentiments anti-russes, antisémites et anti-polonais sont encore forts chez les néo-nazis qui dirigent l’Ukraine. Bandera, Melnik, Shukhevich et leurs associés sont héroïsés. Les Banderovites d’aujourd’hui, comme les storm troopers d’Hitler, servent de peloton de choc au grand capital. La seule différence est que l’équipe de Zelensky, ayant établi une alliance de classe avec l’oligarchie locale, s’abstient de tout débordement antisémite. Pendant ce temps, les nazis radicaux contrôlent le pouvoir, le faisant chanter avec la menace d’un coup d’État.

Une idéologie nazie a été imposée à l’Ukraine. Le jour de la Victoire sur le Fascisme a été interdit de célébration. Les monuments à Lénine, les héros antifascistes et les figures de notre culture commune ont été détruits. Les bourreaux sanglants sont proclamés héros. Leurs symboles sont reconnus par l’État. Des marches sont organisées en leur honneur. Des rues et des places portent leur nom.

Le KPRF définit l’État ukrainien actuel comme une alliance du grand capital, de la haute bureaucratie et de fascistes purs et simples. Ses activités sont sous le contrôle politique et financier total des milieux impérialistes américains.

Le conflit en Ukraine est directement causé par les actions de l’OTAN. Le KPRF a immédiatement défini son attitude à l’égard de l’opération militaire spéciale. Elle revêt un caractère anti-fasciste pour la Russie et libérateur pour le peuple ukrainien. La situation dans le Donbass est complétée par un soulèvement de libération nationale de la population russe.



Dans le même temps, la Russie se bat pour éliminer une menace militaire aiguë. L’Ukraine a été transformée en fer de lance de l’OTAN. Le Pentagone a déployé plus de 30 laboratoires pour développer des armes bactériologiques, travaillant sur les bactéries de la peste, du choléra, du covid-19 et d’autres maladies mortelles. Elle était sur le point d’installer sur son sol des missiles américains. Le régime de Bandera a commencé à préparer la fabrication d’une bombe atomique. Kiev a concentré 150 000 soldats contre le Donbass, installé des fortifications et levé des armes. Les néonazis avaient pour objectif de s’emparer du Donbass et de la Crimée.

Moscou a invité les pays de l’OTAN à s’entendre sur les questions de sécurité. Washington a éludé. Ainsi, le conflit militaire en Ukraine n’a pas été un choix de la Russie. En fait, l’OTAN se bat contre notre pays par l’entremise des soldats ukrainiens et au prix de leur vie.

L’affirmation selon laquelle Moscou avait prévu de s’emparer de l’Ukraine à l’avance dans l’intérêt de ses oligarques ne repose pas sur des faits. Au printemps 2014, les autorités russes n’ont pas soutenu un référendum sur la formation de la DNR et de la LNR. Et l’accord de Minsk-2 signifiait que le Donbass continuait à faire partie de l’Ukraine.

 

[ L'oligarchie russe ]

 

L’oligarchie russe est compradore par nature. Elle est liée par le sang au capital mondial. Elle n’est pas pressée de soutenir l’opération spéciale, même maintenant que l’Occident impose des sanctions, saisit leurs palais et leurs yachts, gèle leurs comptes bancaires. Et cela ne faisait nullement partie des plans des riches de Russie. Le KPRF n’a aucune sympathie pour ceux qui ont pillé la Russie et qui sont maintenant privés de leur butin. Mais cette “expropriation” ne se fait pas en faveur des travailleurs. C’est simplement que les principaux pilleurs du monde deviennent encore plus riches.

Un certain nombre de groupes de classes sociales dans notre pays se sont opposés à l’opération spéciale en Ukraine. Tout d’abord, il s’agit du grand capital monopolistique et de ses représentants cosmopolites dans l’environnement libéral, y compris les services de l’information et une partie du show-business.

Un large éventail de forces patriotiques – idéologiquement diverses, mais le plus souvent anti-oligarchiques – a soutenu la SVO. Les volontaires qui sacrifient leur vie méprisent les intérêts des nouveaux riches. Les personnes qui prélèvent de l’argent sur le budget de leur famille pour acheter des gilets pare-balles pour nos soldats ne sont pas des agents du grand capital. Les communistes qui envoient des convois d’aide humanitaire au Donbass sont les premiers adversaires du capitalisme. Toutes ces personnes sont désireuses de contribuer à la lutte contre le fascisme – le rejeton maléfique du capital monopolistique.

Le KPRF est critique à l’égard de la politique étrangère des dirigeants russes. Nous avons lancé des campagnes anti-OTAN lorsque le gouvernement a accepté des exercices conjoints dans la région de Nijni Novgorod et une base aérienne près d’Oulianovsk. Nous avons toujours condamné la faible attention des autorités à l’égard de la CEI et fustigé la position de M. Zourabov [ambassadeur russe en Ukraine en 2025 au moment des discussions sur les accords de Minsk] sur l’Ukraine. Nous avons déploré le ralentissement du “pivot vers l’Est”, demandé de ne pas oublier nos alliés et été les premiers à déclarer que les russophobes et les associés de Tikhonovskaya [ opposante au président biélorusse ] n’avaient aucune chance de renverser Loukachenko.

C’est le KPRF qui a demandé avec insistance la reconnaissance de la DNR et de la LNR et qui a initialement soutenu les aspirations de leur population à se rattacher à la Russie. Nous avons toujours su que ce n’était pas seulement l’armée russe qui combattait les Banderistes, mais aussi les unités de volontaires, où il y avait une importante strate ouvrière.

En huit ans, le KPRF a envoyé 103 convois d’aide humanitaire dans les républiques du Donbass. Plus de 12 000 enfants ont été emmenés en vacances ou en traitement médical dans la région de Moscou. Des centaines de communistes se sont engagés dans des combats armés avec les nazis. V.I. Kashin, K.K. Taisaev, N.V. Kolomeitsev et d’autres camarades ont joué un rôle important dans la coordination de ce grand travail.

[ Pas de solidarité de classe avec le pouvoir et lutte pour le socialisme ]

 



L’impératif historique a contraint les autorités russes à emprunter la voie préconisée par le KPRF. L’initiative de notre parti de reconnaître la DNR et la LNR a été soutenue par la Douma d’État et le président du pays. Mais nous le disons fermement : la “question ukrainienne” n’est pas devenue une raison pour le KPRF de se solidariser avec le groupe au pouvoir. Nous pensons que le peuple travailleur de Russie ne fera que souffrir si les résultats de la lutte contre le fascisme sont utilisés par le gouvernement pour renforcer le régime bourgeois, pour justifier l’oppression et pour maintenir son modèle économique défectueux. C’est une boue capable de nous aspirer et de nous entraîner au point de ne plus pouvoir en sortir.

La “concorde de classe” entre le KPRF et la faction au pouvoir n’est pas advenue et n’adviendra pas. Le parti continue à lutter pour le socialisme. Le cap socio-économique du gouvernement n’a pas fondamentalement changé. Les plaies budgétaires inspirées par Koudrine-Silouanov n’ont pas disparu. Les autorités persécutent les communistes et nos partisans. Les votes des électeurs sont volés au parti communiste afin de les donner à d’autres.

Nous déclarons explicitement que le KPRF est fier de son rôle de principale force patriotique en Russie. Nous considérons qu’il est de notre devoir civique et international de défendre les intérêts des Russes, des Ukrainiens et de tous les peuples de nos territoires. Le parti communiste s’oppose tout autant aux tentatives de mystification que de négation du rôle du peuple russe dans la formation d’une communauté russe multinationale.
 

[ Le contexte international ]

 

 

Alors que les politiciens occidentaux donnent l’image arrogante de la “communauté mondiale” en soutenant les néonazis, la grande majorité des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine adoptent une position différente. Ils savent de première main ce qu’est le colonialisme. Ils considèrent les événements en Ukraine à travers le prisme de la lutte contre le terrorisme. Selon eux, la Russie rompt l’ordre mondial injuste, imposé par Washington. Des pays représentant 60% de la population mondiale sympathisent avec la position de la Russie ou sont directement à ses côtés dans la lutte antifasciste.

Les communistes ont toutes les raisons d’avancer à l’avant-garde de la lutte contre le fascisme, la force de frappe des puissances réactionnaires. Aujourd’hui, notre plénum pourrait proposer une initiative visant à convoquer un Forum antifasciste international et charger le Présidium du Comité central du KPRF d’y travailler en détail…”

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article