Éducation nationale. SUD Éduc et la CGT Éduc appellent à la grève reconductible à partir du 31 janvier

Publié le par FSC

Disons qu'il est important que les enseignants apporte leur contribution au combat commun.

Autre chose que leur positionnement constitue la question centrale du mouvement !

 

______________

 

Ce jeudi, l’éducation nationale était massivement mobilisée dans le cadre de la mobilisation historique contre la réforme des retraites. Dans la foulée, SUD Éducation et la CGT Educ’action appellent à la grève reconductible à partir du 31 janvier.

vendredi 20 janvier

Ce jeudi, les personnels de l’éducation nationale étaient massivement mobilisés contre la réforme des retraites, avec près de 70% de grévistes dans le premier degré selon le Snuipp-FSU et 65% dans le secondaire selon le SNES-FSU. Dans certaines académies, des collèges n’ont pas ouvert leurs portes et les pics de grève ont atteint parfois 80% dans certains établissements. En Seine-Saint-Denis, c’est 300 écoles qui sont restées fermées.

A la suite de cette mobilisation massive, l’intersyndicale s’est réunie hier soir pour décider d’une nouvelle journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles le 31 janvier. Un appel à la suite duquel les directions syndicales de l’éducation se sont prononcées ce vendredi. Sud Education et la CGT Educ’action ont ainsi tous deux appelé à rejoindre la date du 31 décembre et à reconduire la grève à partir de cette date.

Des appels qui témoignent de la pression à la base pour un plan de bataille offensif. En ce sens, certaines Assemblées générales comme celle de Toulouse ou du Val d’Oise Est ont évoqué l’enjeu de rejoindre le calendrier des raffineurs, qui propose une stratégie crescendo pour mener jusqu’à la grève reconductible. A Brignoles, une intersyndicale éducation locale FSU - SUD - FO - CGT appelle de son côté à agir « pour la reconduction de la grève et la généralisation du mouvement ! »

Alors que de son côté, FO Éducation a appelé au 31 tout en invitant les personnels à « discuter de la reconductible là où c’est possible », les appels de SUD Educ et de la CGT Educ’action peuvent être des points d’appui pour construire un plan de bataille à la hauteur de la colère.

Cependant, pour que cette grève reconductible soit massive, il faudra la préparer dès la semaine prochaine à la base, avec des AGs dans les établissements et les villes qui permettent de discuter et préparer le départ en reconductible.

Comme le notait la semaine dernière Marion Dujardin, enseignante dans le 93 : « Un seul jour de grève ne suffira pas à faire plier le gouvernement et il y a, pour cela, une nécessité de se regrouper, de discuter, d’aller chercher ceux qui sont contre la réforme mais qui n’osent pas encore passer le cap de la grève. Les AGs permettent d’organiser des caisses de grève pour tenir dans la durée, de penser le calendrier et la manière de le rythmer ».

Pour gagner, cette auto-organisation devra par ailleurs aller de pair avec le lancement d’AGs interprofessionnelles, centrales pour construire la mobilisation aux côtés des autres secteurs qui appellent à la grève reconductible, tels que les raffineurs ou l’énergie, mais aussi pour étendre la mobilisation à l’ensemble des secteurs. Seule une grève reconductible large permettra de l’emporter face à Macron, et les profs ont un rôle central à jouer pour imposer cette stratégie !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article