Une vingtaine d’étudiants de l’EHESS en garde à vue : ce qu’il s’est passé

Publié le par FSC

Une répression du mouvement social et de la jeunesse, signe de fébrilité du pouvoir !

___________________

SOURCE : Le site Rapports de Force

étudiants ehess garde à vue

 

Dans un contexte de fort mouvement social contre la réforme des retraites, une vingtaine d’étudiants et étudiantes de l’EHESS (école des hautes études en sciences sociales) ont été placés en garde à vue ce lundi 23 janvier en début de soirée. La réponse de l’administration du campus, aussi répressive que rapide, interroge.

 

Dans un contexte de fort mouvement social contre la réforme des retraites, une vingtaine d’étudiants et étudiantes de l’EHESS (école des hautes études en sciences sociales) ont été placés en garde à vue ce lundi 23 janvier en début de soirée. « Ils et elles venaient de décider l’occupation d’un des bâtiments du campus : l’espace associatif, également appelé “cabane en bois”. Tous et toutes ont été embarqués et dispersés dans des commissariats différents », raconte Léda, étudiante à l’EHESS et syndicaliste chez Solidaires étudiant·es.

Pauline*, étudiante sur le campus Condorcet, à Aubervilliers, a pu assister à l’intégralité de la scène, qui s’est déroulée hier soir, à Aubervilliers. « A 20h15 on a vu les flics entrer dans la cabane en bois, qui était occupée par une vingtaine de personnes. Il y avait beaucoup de SUV garés, 3 fourgons et entre 10 et 20 policiers à l’intérieur du bâtiment. Ils ont mis entre 1h30 et 2h à les interpeller. Vers 22h15, les occupants ont été sortis deux par deux et emmenés dans les fourgons. La police n’a pas voulu nous dire où ils allaient. »

 

Une répression hors norme

 

Tant d’étudiants en garde à vue après une heure d’occupation à peine… La réponse, aussi répressive que rapide, de l’administration du campus, seule habilitée à déclencher l’intervention des policiers, interroge. « La salle de l’espace associatif est administrée par le présidence du campus Condorcet, pas de l’EHESS. Or c’est un nouveau campus public-privé, ce n’est pas géré comme une université mais comme une entreprise », explique Léda.

 

Manifestation des étudiants du campus Condorcet suite aux arrestations. Crédit : Victor Fernandez.

 

Depuis ce mardi matin, la présence policière reste forte sur le campus. Un rassemblement en soutien aux interpellés a été organisé par Solidaires étudiant·es, ce mardi 24 janvier à 14h30. Plus d’une centaine de personnes ont répondu à l’appel.

Mise au pied du mur, la présidence de l’EHESS, ainsi que celle du campus Condorcet, ont accepté de recevoir les étudiants – environ une centaine.  « Une enseignante a demandé au président du campus de s’engager par écrit à ce que les occupants ne soient pas poursuivis. Il a accepté mais a refusé de faire pression pour que les étudiants soient libérés », explique Léda, présente à la réunion.

Au terme d’une assemblée générale tendue entre étudiants, professeurs et présidences de l’EHESS et du campus, la direction a indiqué avoir contacté la préfecture de police de Paris, via le ministère de l’Enseignement supérieur. Elle a ainsi demandé à ce que la situation des personnes interpellées soit examinée au plus vite, « en particulier celle des étudiants de l’EHESS et du campus ». La situation est désormais entre les mains de la procureure de Bobigny.

Contactée, la présidence de l’EHESS nous déclare ne pas vouloir donner d’informations pour l’instant. De son côté le service de communication du campus Condorcet n’a pas répondu à notre demande d’interview.

 

Des assemblées générales sous pression

 

Depuis le début du mois de janvier, des assemblées étudiantes (AG) se tiennent sur le campus Condorcet. Elles sont notamment organisées par les étudiants de l’EHESS. Ce lundi à 16h30, l’une d’entre elles réunissait 45 personnes, dans une atmosphère déjà hostile. « Nous faisons nos AG devant la salle, sans pouvoir y rentrer, car l’administration nous ferme la porte à clefs », précise Léda.

Ce climat général, hostile à toute mobilisation étudiante, est loin d’être propre au campus d’Aubervilliers. A l’université de Strasbourg, la semaine dernière, les étudiants ont été délogés de leur université par les CRS lors d’une AG. Celle-ci faisait suite à la journée de mobilisation massive contre la réforme des retraites. Avec une vingtaine d’étudiants interpellés, cette fois-ci, un cap vient d’être franchi dans la répression des mouvements étudiants.

 

 

*Le prénom a été modifié à la demande de l’intéressée

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Je ne suis absolument pas surpris !<br /> Le "pupille de la nation" ( père Résistant "Mort pour la patrie ) ayant comme tuteur mon oncle INSPECTEUR DE POLICE ( et officier DST... ) à Toulouse que je suis, sortant du Commissariat Principal ( rue de l' Embouchure à Toulouse ) alors que je venais de signaler à un Officier Assermenté des agissements dangereux de la part de gérant d'un "salon de thé" ( License 1 ) commercialisant sa ns vergogne des alcools forts ( whiskies, rhums, cognacs etc...) et... recevant des prostittuées transportées par semi-remorques depuis des pays "de l' Est" du côté du Mirail je surpris des policiers en civil escortant des étudiants "interceptés" lors d'une manifestation en centre ville .<br /> Je n'hésita pas et interpelai ces "flics" exigeant qu'ils nous expliquent les motifs des interpellations :<br /> Pas de réponse !<br /> Alors à HAUTE ET INTELLIGIBLE VOIX j'alertai les camarades des ces quasi-adolescents :<br /> - Ne provoquez surtout par les policiers en uniforme .<br /> - Faites intervenir vos parents et surtout ceux des interpelés...<br /> - Si parmi eux il y a des responsables syndicaux : soyez priudengts à leur libération : il se peut que leurs "interrogateurs" aient fait et fassent pression sjur l'un d'eux afin d'en faire un INFORMATEUR !<br /> - Afin d'éviter tout problème de ce genre : demandez-leur de prendre distance ...<br /> <br /> Ceci dit je craignais être moi-même interpelé par la quinzaine de "flics" en uniforme et en civil qui gravitaient autour du groupe arrivant .<br /> Il n'en fut rien...<br /> <br /> Ce que j'en retiens : Nous nous devons, nous CITOYENS sans contrainte antérieure de réagir et contraindre les valets du pouvoir ( et non "serviteurs de l' Etat républicain ) à respecter la LEGALITE REPUBLICAINE !<br /> <br /> Lou DESTRABAT ce mercredi 25 janvier 2023.
Répondre