Déclaration de la CGT CHS VINATIER

Publié le par FSC

 

 

 

Il faut absolument une victoire des salariés contre les capitalistes, le Medef,

Le gouvernement et l’union Européenne dont les textes, les accords servent à nous exploiter encore plus. 

 

 

 

 

 

1/ Dégradation continue des conditions de travail et des salaires

Le travail du dimanche généralisé, les heures supplémentaires imposées ou qui s’imposent pour boucler la fin de mois même si ce n’est pas la bonne solution, le code du travail dévitalisé, les organisations de travail non respectées par manque d’effectif mais aussi par simple souci de rentabilité…

2/ financement public pour des profits privés

C’est par exemple, la privatisation des autoroutes que sans doute beaucoup ont empruntés cet été, les milliards donnés aux banques alors qu’actuellement elles annoncent  bénéfices records, toujours l’exonération « de charges » pour les entreprises, les dépenses militaires dont les milliards sont captés par Dassault, Lagardère et compagnie .

3/ Casse des acquis sociaux et des garanties collectives que les travailleurs ont mis des décennies de luttes à arracher

C’est la sécurité Sociale, la retraite…

4/Casse de la fonction publique par la refonte des statuts et la suppression de 10e de milliers de postes.

5/ Démentellement des services publics

Les hôpitaux à travers la loi Hôpital Patients Santé Territoire, la poste, l’éducation nationale les ASSEDICS, l’ANPE…

6/ Délocalisation et casse industrielle

Les entreprises avec la complicité du gouvernement ferment, font des plans sociaux ou plutôt anti- sociaux au nom du profit, de la concurrence. L’objectif n’étant que d’alléger la masse salariale.

Et l’on ose demander aux salariés d’être responsable, de ne pas mettre en danger par leur lutte l’avenir de l’entreprise.

ECT…ECT

 

 

 

Les conséquences 

C’est des centaines de milliers de travailleurs de toute catégorie jetés au chômage.

Une population de + en + plus démunie de services publics de proximité.

Une précarité dans l’emploi, dans l’accès aux soins et aux services publics.

Un pouvoir d’achat et des salaires en chute libre qui jettent de nombreuses familles dans la pauvreté.

Des salariés, une population pauvre et obligée d’accepter le travail du dimanche, les heures supplémentaire, les emplois sans statut ni conventions collectives, globalement d’accepter les petits boulots pour ne pas crever et pour gagner « 3 ronds » de plus.

 

Les propositions que nous faisons aux salariés

-La lutte collective solidaire est la seule solution.

-La délation n’arrange que les directions d’établissements et d’entreprises.

-S’opposer collectivement aux menaces même lorsque ce n’est qu’un, une collègue qui est visé.

-Soutenir les militants qui luttent et qui tentent d’organiser la résistance en entrant dans le             mouvement d’action et de lutte, en y amenant son mot, sa réflexion.

 

Réflexion

N’en doutons pas, ils ont peur, les nantis,  celle et ceux qui font passer les lois  contre lesquelles nous combattons depuis des années de cette prise de responsabilité des salariés de la population, de leur mobilisation.

Ils ont peur de ce que nous continuons et persistons à appeler, la lutte de classe et de masse.

N’en déplaise peut-être à certains, la lutte de classe, en France, en Europe ou dans le monde n’est pas une invention, elle est un fait, une nécessité, elle empêche l’exploitation, l’écrasement et elle est plus que jamais d’actualité.

 

 

 

 

 

Oui les salariés peuvent organiser la grève générale dans ce pays…

Parce que c’est nous qui produisons, qui assurons les services…

Nous pouvons bloquer le pays et gagner nos revendications.

 

 

 

   Le vendredi 21 Août 2009

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article