CGT Selecta: L'inspection du Travail refuse le licenciement de nos délégués !

Publié le par FSC

C'est officiel : nos délégués syndicaux viennent de recevoir un courrier de l'Inspection du Travail de Paris qui statut par le refus d'accorder à la direction de Selecta l'autorisation de licencier nos deux délégués syndicaux CGT.
 
Bien que nous étions sûr de notre bon droit dans cette affaire et du caractère abusif et discriminatoire des accusations portées contre nos délégués, ces courriers font pousser à tous nos syndiqués un ouf ! de soulagement.
 
Nos pensées vont aussi aux familles de nos délégués qui ont passé des moments difficiles, entre doute et stress, tout au long de cet été.
 
Nous n'allons pas reproduire l'ensemble de ce courrier sur le blog mais il nous semble important d'en citer publiquement des extraits pour le moins édifiants sur cette "affaire" qui confirme l'analyse de la CGT face aux tromperies de la direction :
 
- Sur le fond, l'inspectrice relève que la matérialité des faits (insultes envers la hierarchie) n'est pas établie car "les auteurs de la lettre à l'employeur (les fameux "témoins spontanés" NDLR) indiquent ne pas savoir précisément quels propos doivent être attribués à l'un ou l'autre des représentants du personnel" et "qu'aucun des deux témoins n'est en mesure de préciser à quel moment les échanges avec les représentants auraient déviés pour aboutir aux propos évoqués"...
Ce qui en dit long sur la fiabilité des "preuves" sur lesquelles prétendait s'appuyer la direction pour flanquer à la porte sans ménagement nos délégués syndicaux...
 
 Mais le plus interressant c'est que l'inspectrice considère quant à la forme que notre délégué "est un représentant du personnel actif qui s'est heurté à plusieurs reprises dans le cadre de ses mandats à sa hiérarchie" et donc que "le lien avec le mandat ne peut être écarté". Vu le contexte social à Selecta et la lutte acharnée que nos délégués et l'ensemble de la CGT mènent face à la direction pour défendre les intérêts des salariés, il n'a pas échappé à l'inspection que cette demande d'autorisation de licenciement cousue de fil blanc était liée à l'activité de représentation du personnel de nos délégués !
C'est vrai que la manoeuvre crevait les yeux, mais nous ne cacherons pas notre satisfaction que cela soit officiellement dit !
 
 Après le classement sans suite de la plainte déposée par notre directeur régional et ce refus de l'inspection, nous appellons donc la direction à ne pas pousser le ridicule plus loin encore en multipliant les recours jusqu'au ministère du Travail, voire jusqu'à la cour pénale internationale de La Haye, et à prendre acte du flop retentissant de cette procédure à l'encontre de nos délégués.
Que la direction comprenne enfin que l'on ne fera pas taire si facilement la CGT et qu'elle ferait mieux d'entendre les délégués CGT, qui relayent la colère légitime des salariés de Selecta, plutôt que d'essayer de les virer comme des malpropres !
 
Par CGT Selecta

Commenter cet article