50ème congrès de la CGT : Décision de la CE Fédération C.G.T des activités postales et de télécommunications du Cantal réunie le 14 février 2013

Publié le par FSC

 

Décision de la CE de la CGT Fapt du Cantal réunie le 14 février 2013.

 

Après débat, c’est à l’unanimité que le syndicat CGT Fapt du Cantal donne un mandat ferme à sa déléguée qui le représentera au 50èmecongrès de la CGT !

 

Notre décision est de voter contre le document d’orientation !

 

 

Cette décision repose autant sur le fond que la forme.

 

Sur la forme :

 

Nous considérons qu’un document d’orientation de notre CGT doit être débattu par le plus grand nombre de militant-e-s, d’adhérent-e-s.

 

Pour cela les CGTistes doivent se l’approprier !

 

En recevant le document moins de deux mois avant la date limite des propositions d’amendements, trop peu de militant-e-s pourront se l’approprier.

 

Par conséquent nous considérons que :

 

- ce trop bref délai écarte de la discussion de trop nombreux adhérent-e-s et il valorise et conforte la délégation des responsabilités et ceci malgré l’article I.45 :

L’offensive patronale permanente, la pression des directions et du quotidien ne nous enferment-elles pas dans un syndicalisme de réaction, confortant la délégation de pouvoir au travers le fonctionnement des instances représentatives ?

 

Sur le fond :

Depuis la charte d’Amiens, la CGT agit sur deux tableaux :

Le premier est l’action revendicatrice quotidienne : l’accroissement du mieux-être des salarié-e-s par la réalisation d’améliorations immédiates… la diminution des heures de travail… l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat… l’âge du départ à la retraite et le montant des pensions… Ce premier tableau fait de la CGT un syndicat de résistance !

 

Contrairement aux organisations syndicales réformistes, la CGT revendique la lutte des classes (bien que très insuffisamment dans ses documents d’orientation), qui oppose sur le terrain économique les salarié-e-s à toutes les formes d’exploitation et d’oppression, tant matérielles que morales, mises en œuvre par la classe dominante !!

 

L’unité syndicale à tout prix nous a conduit sur un terrain glissant, dans une logique du « toujours moins revendicatif» et qui nous a éloignés de la lutte de classes !

Nous devons être porteurs d’autres ambitions, d’autres perspectives !

L’orientation de la CGT doit être claire, précise et revendicatrice ! Pour cela nous avons besoin d’un document d’orientation qui va à l’essentiel, et non pas qui se contente de faire des constats. Ces constats bien souvent justes ne suffisent pas pour un document d’orientation qui doit être porteur d’espérance dans le combat syndical.

Notre document d’orientation doit clairement montrer que la CGT fait le choix du progrès social, en combattant les bas salaires, la flexibilité, la mise en concurrence des salarié-e-s, le chantage à l’emploi, la précarité, le chômage, … la soumission du Travail au Capital !

 

C’est avec cette clarté que nous reconstruirons un véritable syndicalisme de lutte de classes rassembleur autour des revendications des salarié-e-s !

Cette clarté, les salarié-e-s l’exigent !

 

 

Le second tableau de notre CGT est la préparation de l’émancipation intégrale de la classe dominée.

La CGT est un syndicat révolutionnaire et la révolution c’est la rupture ! La rupture avec l’ordre économique établi !

Nous devons libérer le salariat de sa soumission au patronat et cela passe par une réorganisation sociale intégrale… par l’expropriation des entreprises…

Ce sont de ces ambitions- là dont nous devons être porteurs pour les salarié-e-s.

 

Concernant le nécessaire renforcement, le document d’orientation laisse un voile pudique sur les principales raisons de la faiblesse du syndicalisme en France : la répression patronale et l’inculture syndicale des salariés.

 

 

 

Au niveau des statuts, notre CE regrette et dénonce le maintien de la représentativité différenciée entre actifs et retraités : chaque syndiqué CGT doit compter pour un (Bernard Thibault s’y déclarait favorable lors de son intervention au 9èmeCongrès de UCR de La Rochelle), d’autant que les mêmes statuts prévoient -fort justement-de porter les cotisations au 1% du salaire et des pensions de retraites !

 

Par conséquent notre décision est de voter contre le changement des statuts !

 

En ce qui concerne le rapport d’activité, notre CE s’abstient !

Publié dans CGT 50e CONGRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article