8 mars 2011 : RÉSOLUTION DE L’UITBB-FSM

Publié le par FSC

RÉSOLUTION DE L’UITBB RESOLUTION

À L’OCCASION DU 8 MARS 2011

JOURNÉE INTERNATIONALE POUR LES DROITS DE LA FEMME

 

La Commission des femmes de l’UITBB adresse ses salutations chaleureuses et militantes aux femmes travailleuses partout dans le monde à l’occasion du 8 mars, Journée internationale pour les droits de la femme.

 

Nous rendons hommage aux femmes combattantes d’avant-garde de la classe ouvrière qui ont ouvert la voie à l’émancipation de la femme et nous ont légué un riche héritage, un enseignement qui a marqué à jamais le cours de l’humanité : Rien ne nous est donné, il faut tout arracher par la lutte organisée et collective.

 

Peu importe le nombre d’années qui passent, les changements de conditions, le message pérenne du 8 mars restera en vie et guidera toute personne éprise de démocratie et de progrès, récusant l’exploitation et l’injustice. 150 ans ont passé et l’exigence d’égalité et d’émancipation continue d’être d’actualité et impérieuse comme jamais par le passé et unit des millions de femmes à travers le monde.

 

Aujourd’hui, malgré le progrès réalisé et malgré la reconnaissance universelle de l’égalité hommes-femmes entérinée en tant que droit humain fondamental, la liste de discriminations et de problèmes auxquels sont confrontées les femmes et toute aussi longue qu’affligeante.

 

Le soi-disant nouvel ordre mondial a mis en évidence son incapacité à résoudre les problèmes complexes multi facette qui se posent à l’humanité. Qui plus est, la tentative d’imposer cet ordre a causé de nouvelles souffrances, exacerbé les problèmes internationaux et régionaux, affectant de manière plus aigue et extrême les groupes vulnérables, creusant le fossé entre riches et pauvres. Des phénomènes tel que la pauvreté, l’analphabétisme, le travail des enfants et le chômage ou encore la traite des femmes pour les exploiter sur le marché du travail ou dans la prostitution, la violence contre les femmes, connaissent une augmentation brutale. 

 

Des millions de travailleurs et de travailleuses descendent dans la rue pour résister et lutter contre les politiques appliquées pour server le système injuste qui place au centre de son attention les intérêts des multinationales et du grand capital.

 

Les femmes, en dépit des belles déclarations et des législations en vigueur, continuent d’être victimes de ces politiques. Les femmes représentent la majorité des milliards de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté. Sur la totalité d’analphabètes sur notre planète, les deux tiers sont des femmes. Sur les 120 millions d’enfants qui sont privés d’éducation primaire, près de 80 millions sont des jeunes filles. Près de 600 000 femmes meurent tous les ans de complications à l’accouchement en raison d’absence de soins médicaux adéquats. Approximativement 700 000 femmes dans le monde sont forcées tous les ans à la prostitution et la majorité des émigrants sont des femmes victimes de discriminations de toutes sortes.

 

Une femme sur quatre est victime de violence dans cette Europe qui se veut civilisée ... La majorité des chômeurs dans les États membres de l’UE sont des femmes, en outre parmi les femmes qui travaillent une sur trois a un emploi précaire à temps partiel.

 

Ces chiffres choquant, mais clairs, sont autant de raisons pour que nous continuions aujourd’hui et demain d’observer et de mettre en évidence la Journée des droits de la femme. Il y a toutes les raisons pour les femmes de lutter et d’exprimer une solidarité réciproque pour l’égalité et le progrès.

 

L’UITBB, grâce à l’activité de sa Commission des femmes poursuivra la lutte militante en contribuant à la promotion de l’égalité dans les secteurs qu’elle représente. L’engagement auquel elle a souscrit lors du 15e congrès tenu en décembre 2010 à Salvador de Bahia, guidera ses actions.

 

Dans cette perspective elle appelle les travailleurs, hommes et femmes à rejoindre en masse les rangs de l’Union Internationale des Syndicats et à lutter ensemble pour un avenir dans la paix et la justice sans discrimination et inégalité.

 

Voilà la meilleure façon de marquer la date anniversaire du 8 mars, mais aussi toutes les autres dates anniversaires de lutte de la classe ouvrière.

 

L’UITBB appelle tous ses affiliés à l’occasion du 8 mars 2011 à observer cette journée en organisant des réunions, séminaires, piquets à l’entrée des lieux de travail, et à soumettre cette résolution au gouvernement de leur pays en demandant l’égalité de traitement hommes/femmes dans tous les domaines de la vie au travail et de la société en générale.

 

Le secrétariat de l’UITBB

 

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article