9 octobre, 14 novembre : action pour les salaires, l'emploi industriel avec grèves et manifestations

Publié le par FSC

CGT Chimie

Ne lâchons rien, prenons en main nos affaires :

Disons STOP à la régression sociale de l’austérité aveugle et suicidaire décrétée dans le dos des salariés.
Exigeons une utilisation des richesses orientée vers le progrès social, la relance industrielle.

Ne lâchons rien, prenons en main nos affaires :

  • Disons STOP à la régression sociale de l’austérité aveugle et suicidaire décrétée dans le dos des salariés.
  • Exigeons une utilisation des richesses orientée vers le progrès social, la relance industrielle.

Le 9 octobre a été l’occasion d’exprimer, haut et fort, les attentes du monde du travail, de la population vers le patronat et le gouvernement.

Les peuples d’Espagne, du Portugal, de Grèce, d’Angleterre, etc… sont aussi engagés dans un bras de fer avec leurs dirigeants pour refuser de sacrifier leurs droits, leur avenir au nom d’une dette créée pour renflouer les caisses des banques et multinationales, leur permettre de continuer à enrichir leurs actionnaires

Le 14 novembre sera une nouvelle étape dans la construction de forces capables de changer les projets de régression sociale concoctés dans les ministères sous la plume du Medef.

D’une conférence dite « sociale », le gouvernement oriente ses actes politiques vers le patronat, ses demandes, tournant le dos au monde du travail.

Non, les travailleurs ne sont pas des coûts ! Leur travail génère des milliards de richesses détournées vers la rente des riches actionnaires.

Non, les fonds publics ne doivent plus être dilapidés par un Etat providence qui exonère les patrons de leurs impôts, de leurs responsabilités, des cotisations salariales, avec toujours plus d’aides financières prélevées sur l’argent de nos impôts.

Islande en Europe, Vénézuela en Amérique du Sud : deux pays où le courage politique a encore un sens. Deux pays qui ont nationalisé les banques pour le premier, le secteur du pétrole pour le second, afin que leurs peuples ne paient pas la facture des multinationales.

Oui, la France, 5ème pays par la richesse créée, a la capacité de relancer l’économie, la croissance, des projets industriels de reconquête, générant des millions d’emplois. Encore faut-il y avoir une volonté de le faire.

Il n’y aura pas de croissance avec l’austérité, la récession.

Assez des « politiques carpettes » sur lesquelles le Medef s’essuie les pieds quand ils ne les servent plus (un jour les bleus, un jour les roses).

Les salariés sont appelés à résister, à s’engager pour leur avenir, à se mobiliser collectivement, à agir avec la CGT pour crier, haut et fort, leurs exigences, leurs revendications :

  • Augmenter les salaires,
  • Revaloriser les classifications,
  • Créer des millions d’emplois

Par une autre utilisation des richesses permettant d’améliorer nos conditions de vie au travail.

Le 14 novembre,

avec grèves et manifestations,

entrons dans l’action

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article