Action contre les atteintes au droit syndical

Publié le par FSC

 

Cher(e) camarade, 

 

En ces temps où la colère gronde et les exigences s’expriment de plus en plus ouvertement, le patronat n’hésite pas à utiliser le bâton pour taire toute contestation. Ne reculant devant aucune basses manœuvres, il utilise régulièrement son imagination débordante pour tenter de criminaliser l’action syndicale.

 

Cette fois, c’est pour « contrefaçon » que Mickaël Prince, délégué syndical CGT de TFE CHAULNES , va grimper, le 13 mars 2012, les marches du palais de justice d’Amiens pour « atteinte au droit d’auteur ». La CGT aurait repris, détourné et posté sur YouTube  une chanson de la multinationale qui vantait les joies de l’alcool. Le véritable objectif est de faire craquer le responsable syndical. Tous les motifs sont bons. A l’entretien pour le licenciement, on lui a expliqué qu’on en était là parce que Chaulnes, dans le groupe, est devenu « le village des irréductibles Gaulois ».

 

Cet acharnement est scandaleux et contraire aux principes démocratiques.

 

Nous ne pouvons laisser ce groupe piétiner les salariés qui revendiquent le droit de vivre et travailler dignement.

 

Avec la CGT de TFE Chaulnes, l’UD CGT de la Somme exige l’arrêt des poursuites judiciaires contre le délégué syndical Mickael Prince, la liberté d’expression, le respect et le développement du droit syndical.

 

Face à cette obstination, l’UD CGT de la Somme appelle les salariés, les syndiqués et les démocrates

à participer au rassemblement, autour d’un barbecue, devant le tribunal correctionnel d’Amiens

le mardi 13 mars 2012 à 12 h 30.

 

Ensemble mobilisons nous pour barrer la route aux forces de la répression.

 

L’UD CGT de la Somme

 

Commenter cet article