Appel de l'union nationale CGT-Educ'action

Publié le par FSC

 


La CGT Educ'action se félicite du succès des grèves et des manifestations de la journée du 7 septembre (plus de 2,7 millions de manifestants) contre une réforme injuste, régressive et inégalitaire (85 % des « efforts » porteraient sur les salariés). 
Pourtant le gouvernement reste sourd aux revendications exprimées et appelle les députés à tenir bon et à voter le report de l'âge légal de 60 à 62 ans. 
Pour la CGT Educ'action, le retrait s'impose. Il faut une autre réforme basée sur une autre
répartition des richesses qui permettrait de faire perdurer et d'améliorer le système par répartition.
Augmenter les salaires (1% d'augmentation des salaires représente 1 milliard d'euros de recettes pour la protection sociale), créer de l'emploi dans la Fonction publique et les Services Publics (hôpitaux, enseignement, énergie…) et le secteur privé (un million d'emplois en plus, c'est 5 milliards d'euros de rentrées de cotisations supplémentaires) sont des solutions balayées d'un revers de la main par le patronat, le gouvernement et une majorité des parlementaires. 
Pourtant de l'argent disponible il y en a dans un pays qui a le 5e PIB mondial (2152
milliards d'euros en 2009) 
  - Exonérations de cotisations patronales : 32 milliards d'euros, 
  - Bouclier fiscal 650 millions, 
  - Baisses d'impôts (qui ont surtout profité aux plus fortunés) sur 10 ans : 100 milliards d'euros, 
  - Dividendes des actionnaires en 2008 : 248 milliards. 
 

 

Il s'agit donc bien d'un choix de société : au détriment des intérêts de la population, le gouvernement poursuit sa politique forcenée de casse des acquis sociaux (issus du programme du Conseil National de la Résistance) et des services publics.
C'est évidemment le cas dans l'École : suppressions massives de postes (16 000 à la rentrée 2010, 16 000 prévus à la rentrée prochaine), suppression de la formation, réformes régressives. Cela a pour conséquence une aggravation des conditions de travail des personnels, notamment pour les professeurs stagiaires, et donc des conditions d'études des élèves (classes surchargées…). 
Pour imposer le retrait de la « réforme », nos revendications et donc un autre choix de société, l'amplification de la mobilisation est une nécessité ! 
                          
                             Nos revendications : EFFICACES ETJUSTES !
  - La retraite à 60 ans pour tous, c'est de l'emploi pour les jeunes,  
  - Retour aux 37,5 annuités pour tous public/privé, 
  - L'acquisition des droits à la retraite doit prendre en compte les années d'études et les périodes de précarité subies, 
  - Les pensions à 75% du meilleur salaire 
  - Pas de pensions inférieures au SMIC (1600 euros bruts comme départ des grilles de salaires), 
  - Actualisation des pensions indexées sur l'évolution des salaires, 
  - Augmentation générale des salaires 
  - Abrogation des lois Fillon et Balladur. 
 

 

La CGT-Educ'action s'inscrit dans les mobilisations décidées par l'intersyndicale les 15 et 23 septembre.
C'est pourquoi la CGT Educ'action appelle à rester mobilisés par la grève et la manifestation dès le 15 septembre, date prévue du vote à l'Assemblée nationale, dans l'unité la plus large possible. 
 

 

Mercredi 15 septembre
Rassemblement de lutte
12h30 - Place de la Concorde
à l'appel des organisations d'Île-de-France
CGT - CFE/CGC - CFDT - CFTC - FSU - Solidaires – UNSA
 
 

 

Par ces mobilisations et dans les assemblées générales, la CGT Educ'action appelle à préparer et réussir la grande journée de grève du 23 septembre et à discuter de la reconduction de la grève comme d'autres secteurs professionnels (des préavis existent) si le gouvernement et Sarkozy persistent dans leur acharnement.                            

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article