Aubry : pour qui doutait encore

Publié le par FSC

Le Parti Socialiste confirme qu'il tentera de sauver la mise d'un Sarkozy "sur les jantes" pour attendre tranqiullement 2012. Ce n'est guère une surprise pour un parti dont les dirigeants sont à la tête du FMI (Strauss-Kahn), de l'OMC (Lamy), qui est un copilote de l'UE depuis son origine. En 2002, Chirac et Jospin signaient d'ailleurs du même stylo à Lisbonne le recul de l'âge de la retraite dans toute l'UE, avant que le PS ne fasse campagne commune avec l'UMP pour la constitution européenne en 2005 puis soutienne la constitution-bis adoptée par le Parlement dans le dos du peuple français.

 

On retrouve là la position de la fausse gauche politique et syndicale qui cogère, en bons "partenaires sociaux", l'offensive anti-sociale ordonnée par les grands groupes capitalistes, du PS à la Confédération Européenne des Syndicats, en passant par la CFDT et tous les directions syndicales françaises (précisons ausi que Joël Decaillon, CGT, est secrétaire général adjoint de la CES).

 

Pour gagner, les travailleurs et leurs luttes n'auront pas d'autre choix que de contourner cette fausse opposition.

 

FSC

Retraite : "il va falloir travailler plus longtemps" reconnait Martine Aubry

 

 

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20100630trib000525709/retraite-il-va-falloir-travailler-plus-longtemps-reconnait-martine-aubry.html

 

Lors d'un meeting à Roubaix pour défendre la réforme des retraites proposée par le PS, l'ancienne ministre des Affaires sociales a accusé la droite de caricature.

 

Le Parti socialiste ne défend pas le retour à l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans pour tout le monde, a fait valoir Martine Aubry mardi soir. Lors d'un meeting à Roubaix pour défendre la réforme des retraites proposée par le PS, l'ancienne ministre des Affaires sociales a accusé la droite de caricature.

Le gouvernement a décidé de reporter de 60 à 62 ans l'âge légal de la retraite mais le PS ne veut conserver le départ à 60 ans que pour ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont eu des emplois pénibles, a-t-elle fait valoir. "Nous allons vivre de plus en plus longtemps et donc il va falloir travailler plus longtemps: nous en sommes tous d'accord", a dit la maire de Lille aux journalistes, avant de le répéter à plusieurs reprises sur la scène du théâtre Pierre de Roubaix.

En janvier, Martine Aubry avait déclenché une polémique au sein du Parti socialiste en parlant de travailler plus longtemps. La droite avait salué une avancée estimant que la dirigeante socialiste reconnaissait la nécessité de repousser l'âge légal de départ à la retraite.

"Il va falloir travailler plus longtemps mais pas n'importe comment", a-t-elle insisté face à 200 personnes, salariés, retraités, fonctionnaires et syndicalistes. Elle a fait valoir que l'âge moyen de liquidation des droits à la retraite était aujourd'hui de plus de 61 ans. "Nous ne demandons pas le retour à 60 ans pour tout le monde: nous ne l'avons jamais demandé. Nous savons qu'il va falloir travailler plus longtemps mais nous voulons que ceux qui ont commencé à travailler tôt puissent partir à 60 ans", a défendu Martine Aubry qui se pose en championne de la "gauche crédible".

Elle a défendu une réforme "équilibrée" entre mesures d'âge et mesures financières, via une lourde taxation des revenus du capital. Face à la réforme du gouvernement, "il y a d'autres solutions et c'est ça que le président de la République ne supporte pas aujourd'hui", a estimé la dirigeante du PS."Il voudrait une opposition qui dit n'importe quoi, qui soit irréaliste mais les Français savent que nous savons gérer", a assuré Martine Aubry. "C'est ça la crédibilité".

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article