automobile: manifestation nationale en septembre à Paris

Publié le par FSC

  

 

  Il y a urgence d’une manifestation nationale à Paris! 

    Le 7 juillet 2011, ils étaient 1 millier  de travailleurs de  la région Nord/Pas de Calais travaillant en grande majorité pour l’automobile qui se sont rassemblés à Valenciennes. Cette manifestation organisée par la région CGT métallurgie faisait suite aux annonces de fermeture de sites de production chez Peugeot et particulièrement à Sevelnord  dans le Valenciennois. Un document de la direction Peugeot sur ce sujet avait été saisi par les militants CGT et rendu public. 

  Cette manifestation a vu la participation d’élus politiques qui se sont retrouvés à côté de celles et ceux qui luttent pour le maintien de l’industrie et de tous ces emplois dans le Nord/Pas de Calais.

    Pour ces dirigeants politiques, cette promenade de santé avait aussi pour but de se préparer à lancer la campagne des élections présidentielles et législatives de 2012 en évitant d’aborder des sujets qui peuvent les indisposer telle que l’Union Européenne et sa stratégie de casse industrielle et sociale où l’automobile en France est en ligne de mire  au nom de la réduction des coûts et toutes les conséquences de délocalisations actuelles et à venir.

   Vouloir défendre l’industrie Française et ses emplois sans dénoncer et combattre la stratégie de l’Union européenne qui détruit les peuples comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal la France ect…., c’est tromper la classe ouvrière. 

     La population du Nord/Pas de Calais ne pourra jamais oublier la disparition du Textile, le Charbon, la Sidérurgie par le fameux plan d’Avignon. L’Automobile ne peut subir le même sort de destruction massive et ne sera pas sacrifié sur l’autel de la construction européenne pour les besoins du capital.  

     Peugeot, Renault dans leur politique d’externalisation des sites de productions vers les pays à bas coûts frappent de plein fouet l’ensemble des équipementiers, sous-traitants dans le Nord/Pas de Calais ainsi qu’au plan national.

  Cette situation convient totalement aux dirigeants politiques de droite comme de gauche qui soutiennent sans détour la politique de l’Union Européenne et le dictat de Bruxelles ayant pour résultat de nouvelles suppressions d’emplois dans l’industrie automobile.

Pour leurrer les salariés, une nouvelle fois nous avons droit à des rencontres bilatérales entre l’état et les dirigeants de groupes automobiles français comme dernièrement le PDG de Peugeot. Hier, ce fût Carlos Ghosn. Ils tiennent les mêmes discours pour rassurer ceux et celles qui travaillent pour l’automobile et s’octroyer des subventions en continuant de détruire le tissu industriel en France.

    Pour ces dirigeants, la seule question qui est posée, c’est d’endormir les travailleurs entre 2011 et 2012 (élection présidentielle oblige) après on accéléré le démantèlement au nom de l’Europe du capital.  

    Pour le Front syndical de classe, cela mérite d’en débattre pour continuer à construire le rapport de force car les enjeux pour l’automobile sont énormes. Des milliers d’emplois sont sur la sellette à court et moyen terme.

     Maintenir notre tissu industriel et tous ces emplois en France en créant des convergences mutuellement avantageuses pour les besoins des peuples tant au niveau européen qu’international et la seule solution pour sortir de la crise du capitalisme.

C’est possible, mais la seule solution est bien la mobilisation au niveau national et de l’urgence d’une manifestation nationale à Paris dès la rentrée de septembre. 

 

 

 

 

Commenter cet article