CGT Air France : L’entreprise c’est nous !

Publié le par FSC


Alors que les salariés d’Air France, massivement mobilisés, défendent leur droit de grève et cinquante
ans d’acquis sociaux, Monsieur Jean Claude Cros ex‐président du comité central d’entreprise voudrait
réviser notre héritage social avec les syndicats représentatifs qu’Air France contourne allègrement. La
CGT n’a pas encore saisi le rôle exacte de Monsieur CROS, peu nous importe d’ailleurs de comprendre
s’il a hérité d’une promotion ou d’une mise au placard, pour nous c’est bien la voix et l’esprit de la
nouvelle politique antisociale d’Air France.
L’objet du nouveau plan d’entreprise serait en résumé : dénonciation des accords et des acquis sociaux
pour augmenter la productivité, la rentabilité et imposer un modèle low‐cost pour les salariés qui
produisent les richesses de l’entreprise. Cherchez l’erreur !
Les références de la Direction sont légions : Lufthansa, British Airways, Ryan Air, Easy Jet…
Tout d’abord nous notons que l’Allemagne est encore à la mode, ce doit être une coïncidence !
Ensuite nous passerons brièvement sur le modèle social de British Airways qui a sous traité toute
l’escale de CDG et qui sort d’une bagarre massive avec les syndicats. Le président Directeur Général y a
d’ailleurs laissé sa tête...
Enfin nous n’accepterons pas d’être comparés aux compagnies low cost ou plus grave encore de devenir
des salariés low cost puisque nous savons que ce modèle n’est pas compatible avec les exigences de
sécurité préventive et de tolérance zéro qui caractérisent notre secteur d’activité. Nous composons une
chaine de sécurité qui ne permet aucun écart et surtout en matière de facteurs humains. Les conditions
de travail d’un bagagiste impacte la sécurité d’un équipage et des passagers et la pénibilité de nos
métiers justifie nos acquis sociaux.
Aux dires de Monsieur CROS, la prochaine décennie n’aurait pas vocation à être synonyme de progrès
social. En tant qu’acteurs responsables, nous devrions accepter des objectifs et une dette créés par un
système libéral à la botte des financiers. On imagine un tel argumentaire devant notre banquier pour
qu’il nous débloque un crédit, c’est aussi ça le cynisme de la fatalité et de l’austérité !
Pour ce qui relève de la manipulation et des dangereuses rumeurs, la direction nous prouve une
nouvelle fois qu’elle n’a pas de leçons à donner ! Ce courrier de l’ex‐DGRH relève de la provocation, de
la désinformation et de la déclaration de guerre. Qu’un si brillant homme en vienne à commenter des
SMS échangés entre salariés, nous trouvons cela pathétique. Mais au fait, comment les a‐t‐il reçus ?
Pour la CGT – Ugict, l’heure est à la mobilisation pour défendre nos droits fondamentaux et nos acquis
obtenus par les luttes. Du manutentionnaire à l’agent de maîtrise en passant par le cadre, chacun et
chacune a participé à lutter et à construire ces accords d’entreprise.
Nous sommes liés au quotidien par ces accords et il est de notre responsabilité à toutes et tous,
encore une fois de nous organiser collectivement pour les préserver et pour les améliorer. Car c’est
bien dans la résistance que le droit des salariés se gagne !

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article