CGT PTT Cantal : Lettre ouverte à Monsieur le Président du groupe la POSTE

Publié le par FSC

SYNDICAT DEPARTEMENTAL DU CANTAL

10, rue Jean de Bonnefon - BP 58 - 15017 Aurillac CEDEX

' : 04.71.48.37.78, e mail : cgtptt.cantal@wanadoo.fr, FAX : 04.71.48.23.56

 

 

 

                                               à Aurillac le 20 mai 2010

 

 

M. Le Président du

Groupe La Poste

rue de Vaugirard

75000-Paris

 

 

Lettre ouverte à  Monsieur le Président du groupe la POSTE

 

 

 

                                                             Monsieur le Président,

 

Le 04 mai 2010 un de nos collègues d’AURILLAC  PPDC a mis fin à ses jours.

 

Devant cet événement dramatique on peut se poser la question de savoir pourquoi il en est arrivé à cette extrémité ?

 

Tous les agents de la POSTE du CANTAL et des autres départements subissent des

réorganisations permanentes avec une « pseudo » négociation qui se révèle jour après jour de pure forme.

 

Pour notre collègue (Jean-Pierre BARBET) une première réorganisation en 2007 le prive  de

 « sa tournée » ; c’est pour lui le premier choc.

 

En octobre 2009,nouvelle réorganisation avec « facteurs d’avenir » et une nouvelle fois perte

de sa tournée. C’est le début de l’engrenage avec une dépression sévère qui entraîne une longue

hospitalisation.

 

A la fin de cette hospitalisation, il reste très fragile et ne se remet pas.

Il faut noter que sa hiérarchie est restée sourde malgré nos nombreuses interventions directes et au sein des CHS-CT (le 01/12/2009); elle n’a jamais pris au sérieux nos déclarations…

 

Le 03 mai 2010, il reprend son service mais il constate une nouvelle fois que son travail est totalement différent de celui qu’il connaît le mieux, à savoir le métier de « facteur » qu’il effectuait de façon irréprochable.

 

C’est le dernier  choc qui le pousse au geste ultime du 04 mai 2010.

 

Le  « mal vivre » et le « désespoir » sont monnaies courantes à la POSTE du CANTAL et les échanges de courrier entre le Directeur de la D.O.T.C Auvergne et notre syndicat sur ce drame prouve la totale méconnaissance du « terrain » par nos responsables. 

 

Le courrier du fils de notre collègue confirme que notre analyse est la bonne et l’accusation de non-respect qui nous est faite par C.LEFEVRE est infondée.

 

Nous savons, parce que nous sommes proches du terrain, que d’autres drames sont potentiellement prévisibles.

 

 

La situation à l’Enseigne n’est pas meilleure car la transformation de nombreux bureaux en A.P.C ou Relais Poste met sur la touche de nombreux postiers, cadres et agents, qui n’ont aucune visibilité sur leur avenir.

 

Les restructurations ne tiennent pas compte de la spécificité des zones rurales où la POSTE est le dernier lien social existant avec la population. Les agents, mis de côté, se sentent rejetés par l’Entreprise et vivent un vrai calvaire.

 

Il ne faudra pas s’étonner si nous assistons à  de nouveaux drames …

 

Le management totalement irrespectueux de l’être Humain doit tous nous interroger car il est en totale contradiction avec le modèle  social que préconise la POSTE  dans le Forum « hors série » d’Avril 2010 et qui stipule :

 

« Notre modèle social qui met la qualité de vie au travail au cœur de nos préoccupations : Qualité contractuelle des emplois,santé et sécurité au travail, respect et considération des personnes, développement des compétences et meilleure employabilité, égalité des chances , participation aux résultats de l’Entreprise ».

 

Cette déclaration doit être respectée, c’est pourquoi, afin d’éviter une évolution à la « France Télécom » que nous vous demandons de prendre toutes les mesures  utiles pour enrayer la dérive actuelle et redonner la priorité à l’Etre Humain.    

 

 

 

 

Nous  vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre parfaite considération.

 

 

 

Pour la CGT Fapt                                                              

 

Jean-François VASSE

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article