Chérèque, égal à lui-même et à sa défense du Capital

Publié le par FSC

logo-FSC.jpg

 

Principal soutien syndical de toutes les régressions sociales depuis des années, Chérèque met en garde dans... Paris-Match : La réévaluation du Smic autour de 1.700 euros bruts (la revendication de nombreux syndicats CGT de base est 1600 euros nets !) est un objectif "inatteignable", qui "ne suffit pas à régler le problème d'achat". Concernant la CGT et FO  : "Ils ne croient même pas à ce qu'ils demandent ! Ils savent très bien que c'est inatteignable. L'évolution du Smic doit aussi être liée à la croissance". "Discuter d'un coup de pouce est utile mais cela ne suffit pas à régler le problème du pouvoir d'achat", a-t-il expliqué en plaidant pour "des aides aux entreprises et des contreparties sur les déroulements de carrière pour que les gens ne restent pas au Smic toute leur vie".

 

 

Chérèque fait bien partie de ceux que le PAME et la CGTP dénoncent en ces termes : "La  direction de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) porte également des responsabilités énormes dans la dégradation de la vie de la classe ouvrière en Europe, dans la situation que nous vivons aujourd'hu (...) par sa politique de conciliation avec le capital, par la politique de collaboration de classe avec les employeurs et les organisations impérialistes.
A travers le « dialogue social », la direction de la CES soutient la politique de compétitivité capitaliste, répand des illusions et désoriente la lutte ouvrière. (...) Ce sont les mêmes qui disent « OUI » à des formes flexibles de relations ou d’horaires de travail, au nom de la limitation du chômage. Elles cultivent le défaitisme. La logique qui sert les intérêts du Capital crée la déception, affecte négativement le mouvement syndical, paralyse et désoriente les syndicats."

 

FSC, 23/05

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article