Colombie : l'UITBB (FSM) lance un appel urgent à la solidarité

Publié le par FSC

Colombie: l'UITBB lance un appel urgent à la solidarité

Appel urgent de l’UITBB  à la solidarité syndicale avec les ouvriers de la briqueterie Ladrillera Candelaria sise dans la municipalité de Cali en Colombie.
candelaria
Travailleurs en grève de Ladrillera Candelaria LTD depuis le 12 mai 2010

Connaissant la situation colombienne où chaque année des dizaines de syndicalistes et de militants ouvriers sont assassinés par des paramilitaires au service de la classe qui gouverne le pays, il est urgent de manifester notre solidarité avec les ouvriers de la briqueterie Ladrillera Candelaria LTDA partis en grève au risque de leur sécurité et de leur vie, après le non payement de leurs salaires depuis trois mois. L'UITBB demande la prompte satisfaction des revendications des travailleurs, pleinement justifiées, y compris leurs droits sociaux et à l'emploi, ainsi que le respect des droits syndicaux, y compris le drout à la grève. Rien ne saurait justifier le démantèlement progressif d'une entreprise viable qui assure le pain quotidien de 70 travailleurs et leur familles.

Adressez vos messages de solidarité avec les travailleurs en grève à :

Dr. Omar Adolfo Figueroa,
Director Nacional de Estupefacientes DNE : correodne@dne.gov.co Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

avec copie à
SUTIMAC sutimac@etb.net.co Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
SUTIMAC CALI" sutimacali@hotmail.com Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
et au Secrétariat de l'UITBB : rguitbb@kaapeli.fi Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Les faits

70 ouvriers de la briqueterie Ladrillera Candellaria dans la muncipalité Cali en Colombie sont en grève depuis le 12 mai pour protester contre le retard de paiement de salaires (plus de trois mois) et autres atteintes graves au code du travail.

Comme le souligne Albeiro Ramirez représentant du personnel du syndicat d’entreprise SUTIMAC (Syndicat Unique des matériaux de construction de Colombie, affilié à l’UITBB et à la FSM), l’entreprise n’a pas versé de cotisation à la sécurité sociale pendant 18 mois, elle refuse de mettre à disposition des ouvriers les vêtements et outils de travail, elle a supprimé les allocations familiales il y a plus d’un an.

La briqueterie Ladrillera Candelaria était une entreprise de production de briques en argile prospère pendant 20 ans jusqu’au jour où elle fût placée sous séquestre en avril 2004 par la DNE (l’Administration nationale de lutte contre les stupéfiants) dépendant du ministère de l'Intérieur et de la Justice de Colombie, suite à un procès pour trafic de stupéfiants et que la DNE nommât José Luis Muñoz Sinesterra comme administrateur.

Pour le dirigeant du  Sutimac, Albeiro Ramirez, la mission du nouvel administrateur était claire : liquider l’entreprise alors même qu’elle est rentable, et qu’elle n’a aucune difficulté à écouler toute sa production de 2 400 tonnes par mois de briques réputées pour leur qualité.

Les 70 briqueteurs dont l’emploi est menacé et qui risquent de se trouver sans revenu et sans possibilité de retrouver un emploi ont même demandé que l’entreprise leur soit confiée sous bail, une proposition qui a été rejetée par le directeur gérant.

« Notre seule alternative est de continuer la grève jusqu’à-ce que la DNE trouve une solution. À ce jour nous avons vécu grâce à des aides et des économies, mais celles-ci sont maintenant épuisées. Nous n’avons pas pu payer nos loyers, nous avons des dettes, raison pour laquelle nous en appelons d’urgence à la solidarité du mouvement syndical afin qu’il nous aide à persévérer dans notre juste combat. » disent les grévistes par la voix de leur représentant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article