Contre la loi Fioraso : semaine de mobilisations (25 février - 2 mars)

Publié le par FSC

Collectif indépendance des chercheurs

La presse nous apprend le gel par le gouvernement de plus de 300 millions sur le budget consacré à la recherche et à l'enseignement supérieur, voir par exemple :

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202581572554-budget-comment-bercy-a-gele-2-milliards-de-credits-540892.php

Moins attendu, l'Enseignement supérieur et la recherche subit une ponction de 250 millions d'euros (et même 330 millions pour la mission Recherche, en prenant en compte des dépenses de recherche gelées d'autres ministères).

(fin de l'extrait)

Il est plus que jamais urgent de se mobiliser contre cette politique gouvernementale. L'assemblée générale de l'enseignement supérieur et de la recherche réunie le lundi 18 février à Paris a adopté la motion qui suit concernant le projet de loi en cours :

MOTION UNIQUE votée à l’Assemblée Générale des étudiants et des personnels de l’ESR le 18 février 2013

L’actuel projet de loi ne répond absolument pas aux attentes et aux besoins de la communauté de l’ESR et de la société.

Pire encore il entérine et aggrave les logiques à l’œuvre dans la loi LRU et dans le pacte pour la recherche.

Aucune solution, aucune amélioration ne sera possible sans une nouvelle loi d’orientation et de programmation qui revienne sur l’ensemble des dispositifs mis en place par la loi LRU et le pacte pour la recherche, responsables de la paupérisation des universités et des organismes de recherche, de l’explosion de la précarité, de la fragilisation des diplômes nationaux, de la détérioration des conditions d’études, d’enseignement et de recherche

Nous demandons donc l’abandon du projet de loi Fioraso.

L’AG réunie le lundi 18 février à l’université Denis Diderot Paris VII appelle
- à un rassemblement unitaire demain 19 février devant le MESR rue Descartes (Paris, 5e ar.) à 14h dans le cadre de la tenue du CNESER
- à des AG de mobilisation étudiants/membres du personnel
- à une semaine de manifestations et mobilisation dans les facs et les labos du 25 février au 2 mars (avec notamment la participation à la manifestation sur l’école le 28 février)
- à l’organisation d’une prochaine AG nationale le samedi 2 mars.

(fin de la motion)


Voir les articles d'Indépendance des Chercheurs :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/18/imposante-ag-contre-la-loi-fioraso.html

Imposante AG à Paris contre la loi Fioraso

Le lundi 18 février 2013, le succès de l'assemblée générale tenue à Paris contre le projet de loi de Geneviève Fioraso sur l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) a largement dépassé les espoirs de ses organisateurs. Il en a émergé, notamment, un net rejet du projet de loi actuel, de la LRU (Loi n°2007-1199 relative aux libertés et responsabilités des universités) et du Pacte pour la Recherche comme nous l'avions plaidé dans notre article de ce jour « ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré (I) ». L'assemblée générale (AG) a rassemblé plus de 400 personnes et convoqué pour demain une manifestation à 14h devant le Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), rue Descartes à Paris. En effet, le CNESER examine lundi et mardi le projet de loi de Geneviève Fioraso. L'AG appelle également à une série d'actions la semaine prochaine. Au même moment, le Courrier International écrit « Union Européenne - Libéralisation de la distribution d’eau en Europe », à propos du processus de privatisation et de marchandisation de l'eau à l'échelle de l'Union Européenne auquel s'oppose Right 2 Water. L'attaque en règle contre l'éducation et la recherche publiques est-elle fondamentalement différente de la politique de privatisation de biens aussi vitaux et stratégiques que l'eau ? Partout, le patrimoine public et les services publics sont systématiquement démolis, et peu importe l'étiquette politique affichée par chaque gouvernement. Telle est notamment la politique de l'Union Européenne et de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) évoquée dans nos articles « Hollande, Ayrault et la mondialisation » (I) , (II) et (III) ou, s'agissant du numérique, dans « Enseignement supérieur et numérique : les dangers » (I), (II) et (III). Fort heureusement, la volonté de résistance des personnels de l'ESR en France paraît évidente malgré les difficiles circonstances évoquées dans nos articles « CNRS, loi Fioraso : un communiqué intersyndical » et « Loi Fioraso et usage de la langue française dans les universités ». Poursuivre et renforcer les mobilisations en cours est un besoin impératif pour la survie des services publics de la recherche et des universités. Le soutien citoyen à ce mouvement est indispensable pour préserver l'intérêt général face à l'offensive gouvernementale.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/18/imposante-ag-contre-la-loi-fioraso.html ]


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/18/esr.html

ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré (I)

Le lundi 18 février 2013, Actualitté écrit « Projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche : en discussion au Cneser ». En effet, le projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) de Geneviève Fioraso doit être examiné lundi et mardi par le Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER). Ceci, malgré le fait que les élections des représentants étudiants au CNESER ont été invalidées il y a plus deux mois, comme le rappelle l'Union Nationale des Etudiants de France (UNEF), et alors que les nouvelles élections n'ont toujours pas eu lieu. Un article du collectif de chercheurs et universitaires Tu quoque Hollandi dans Mediapart intitulé « Enseignement supérieur et recherche: en finir avec les plans sur les Comet » souligne, comme nous l'avons également fait sur ce blog, que le projet de loi de Geneviève Fioraso « parachève les réformes du quinquennat Sarkozy ». Peut-on valablement s'en étonner de nos jours ? Le Parti Socialiste poursuit la politique qu'il avait entreprise il y a trois décennies, et notamment après l'accession de Jacques Delors à la présidence européenne. En clair : privatisations, participation active à la mondialisation du capitalisme, délocalisations, casse sociale et institutionelle... Acte Unique Européen, création de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) que dirige actuellement le « socialiste » français Pascal Lamy, processus de Bologne et stratégie de Lisbonne adoptés sous la « gauche plurielle » de Lionel Jospin... A propos des mobilisations prévues ce lundi, l'Humanité emploie le titre « Lundi 18 février à Paris : rassemblement contre la loi LRU 2.0 ». En effet, comme nous l'avons également souligné dans nos articles récents  « CNRS, loi Fioraso : un communiqué intersyndical », « Loi Fioraso et usage de la langue française dans les universités » ou encore dans la série sur le numérique « Enseignement supérieur et numérique : les dangers » (I), (II) et (III), le projet de loi de Geneviève Fioraso n'est qu'une suite aggravée de la Loi n°2007-1199 relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) de Valérie Pécresse. C'est pourquoi il paraît indispensable de demander d'urgence le retrait de ce projet de loi imposé. Sur cette revendication logique et fondée, les convergences parmi les personnels de l'ESR sont plus vastes qu'on ne pourrait le penser. C'est notamment pourquoi ils nous a semblé opportun de diffuser ici la prise de position claire et détaillée de la Fédération de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture, Enseignement Supérieur, de la CGT (FERC Sup CGT) qui, comme notre collectif, demande explicitement l'abandon du projet de loi. Ajoutons qu'ensemble avec le retrait du projet de loi Fioraso, l'abrogation de la LRU constitue également une revendication légitime et très largement assumée. Elle a été à la base des précédents mouvements dans les universités et la recherche. Les deux retraits (abandon de l'actuel projet de loi ESR et abrogation de la LRU) sont en réalité indissociables.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/18/esr.html ]

 

Pour ne plus recevoir nos messages, prière d'adresser un courrier électronique avec le titre "désabonnement" ou "désinscription" à l'adresse indep_chercheurs@yahoo.fr

Si en revanche vous avez apprécié le contenu de nos articles, nous ne pouvons que vous encourager à rediffuser autour de vous cette lettre d'information. Merci d'avance.


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

SAID 13/05/2020 16:43

Bonjour chères frères et sœurs

Je m'appelle Delarue Vanessa

Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidable.

Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escrocs je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tombé sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et même au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un intervalle de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grasse à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a ra-pellé au boulot et j'ai même refuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème, vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse

E-email : said.marabout@outlook.fr

Ou vous pouvez l'appelez directement sur son numéro portable 00229 98 98 29 82

Ou sur son Whatsapp: 00229 98 98 29 82