Déclaration préfecture CGT Arcelor-Mittal Florange (9 mars)

Publié le par FSC

 

Monsieur le Préfet et le Sous Préfet.

 

 

Le syndicat CGT s’est réuni ce 8 mars 2012 pour débattre sur le protocole d’accord de fin de conflit suite à l’action engagée par les Organisations Syndicales CGT, CFDT, CGC, FO  du site de Florange pour le maintien de la filière liquide et du Packaging.

Ce protocole d’accord a été établi par les pouvoirs publics et la direction de Florange….

Les représentants CGT et les salariés ont dénoncés l’attitude de la direction !

Aujourd’hui sur le marché, les besoins de nos produits sont importants, les clients sont en difficultés suite à notre mouvement et Monsieur Renaudin le prouve en menaçant les Organisations Syndicales d’envoyer les forces de l’ordre.

Les brames importées de Russie, du Mexique prouvent le besoin du redémarrage de notre filière liquide. C’est bien le groupe ArcelorMittal qui engage la casse industrielle sur notre territoire.

 

Ø    + 7% en 2011 et les prévisions pour 2012 toujours à la hausse !

 

Les représentants CGT à l’unanimité ont dénoncé l’attitude de la direction qui refuse de s’engager par écrit au maintien des activités de la filière liquide et du Packaging !

Monsieur le Sous Préfet, dans le protocole d’accord qui a été rédigé, rien ne vient conforter notre sentiment que le groupe ArcelorMittal veut maintenir une activité sidérurgique en Lorraine.

En prônant ce discourt et cette politique, le groupe ArcelorMittal veut s’orienter vers une disparition de la sidérurgie Lorraine qui s’inscrit pour la CGT de Florange, dans des orientations européennes de régression de notre production nationale et vers la perte de l’autosuffisance européenne de l’acier.

Comment la CGT peut-elle signer un document qui n’engage pas la direction dans une véritable modernisation et fiabilisation de nos outils de production Amont et Aval. Pour preuve aucun engagement écrit concernant des investissements pour la Filière Liquide et du redémarrage des Usines à Chaud !

Déjà des salariés sont confrontés aux licenciements, chez nos 160 sous traitants, fournisseurs et intérimaires.

Que l’on arrête de pointer du doigt le manque de « compétitivité industrielle » des salariés. Les résultats financiers du groupe ArcelorMittal, les gains de productivité réalisés depuis des années, sont suffisamment connus, pour s’abstenir d’apporter réponse à ce type d’arguments. 

 

 

Monsieur le Préfet et le Sous Préfet.

 

Casser l’outil de production sidérurgique Lorrain ne peut qu’engranger très rapidement un sous-développement industriel dans la région ne permettant plus de répondre au développement des demandes et des besoins.

La CGT d’ArcelorMittal site de Florange ne s’aligne pas sur de tels reculs industriels et de telles politiques de suppressions d’emplois. Nous refusons ces choix d’abandon de nos atouts économiques dans un secteur considéré pourtant comme stratégique.

Quels commerces, quels services publics, quels hôpitaux et quelles activités pourront survivre sur le territoire avec un tissu industriel démantelé ?

 

Tout abandon industriel est IRREVERSIBLE !

 

Ø Ce n’est pas de cette façon, Monsieur le Préfet et Sous Préfet, que nous relancerons la croissance économique en Lorraine.

Ø  Ce n’est pas de cette manière, Monsieur le Préfet et Sous Préfet, que les entreprises vont investir et embaucher.

 

Nous ne voulons pas de ce schéma d’austérité industriel et social qui se dessine, qui précarise, qui étrangle toute l’économie de notre région et bien au-delà.

Nous revendiquons une véritable politique de relance industrielle, de modernisation de nos outils, pour l’emploi et le pouvoir d’achat.

 

La CGT est le défenseur de la Sidérurgie !!!

 

C’est pourquoi Monsieur le Préfet et Sous Préfet, elle ne signera pas ce protocole d’accord …..

 

 

Yves FABBRI

Secrétaire du Syndicat CGT

Des sites de Florange et environs

Production

Acier/An - M/tonnes

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Monde

 

1351

1329

1211

1414

1520

1530

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article