Fakir (Amiens) - L’heure est grave : Meeting « C’est maintenant ou jamais »

Publié le par FSC

L’heure est grave : Meeting « C’est maintenant ou jamais »

Lundi 25 octobre à 19 h 30 Mairie de Longueau

 

Il a fallu les gaz lacrymos et les matraques pour dissoudre ce miracle, jeudi soir : disperser les centaines de salariés, de cheminots, d’enseignants, d’étudiants qui tenaient les ronds-points de la Zone industrielle. Désormais, sur Amiens, les cheminots se sentent bien seuls à leur deuxième semaine de grève. « Il faut tenir, c’est maintenant ou jamais ! », estiment-ils néanmoins. Et ils attendent que les profs à leur tour, les agents de la Ville, les ouvriers, les éboueurs, les chauffeurs de bus, les étudiants, etc. bloquent le pays avec eux. « Maintenant ou jamais ! » Parce que si les cheminots cèdent, les gars des raffineries lâcheront aussi – et le tapis rouge sera déroulé devant Sarkozy pour briser les acquis sociaux. Après les retraites, ils rogneront aussi sur nos congés payés, les 35 heures, la Sécu, les allocations chômage, etc.

Fakir approuve pleinement les cheminots dans cette analyse. Voilà pourquoi nous souhaitons leur apporter, avec vous, grâce à vous, un soutien financier, moral, et surtout militant massif. Alors, en ac­cord avec eux, fait avec eux, nous vous invitons à un grand meeting dans leur ville, à Longueau. Ve­nez nombreux, invitez vos co­pains, vos collè­gues, et c’est de là que partira, ce lundi soir, à Amiens, une solidarité entre professions. Le pouvoir et ses médias imposent un climat de résignation, de « tout revient dans l’ordre » : ne nous laissons pas étouffer. Au contraire, dans beaucoup d’esprits, le fruit est mûr : cueillons-le ensemble ! Faisons d’Amiens, nous le pouvons, un point de résistance dont nous serons fiers ! Venez lundi, et vous pourrez dire « J’y étais ! » Battons-nous ensemble, et ne ratons pas le coche !

Meeting avec

un gars de chez Total Grand-Quevilly (peut-être qu’il amènera de l’essence…) 

les cheminots en grève de Longueau et Amiens (déjà deux semaines sans salaire, chapeau – d’ailleurs, le chapeau tournera en soutien à l’entrée) 

Les copains bloqueurs de la zone industrielle (qui nous apporteront une douce odeur de pneu cramé),

Les enseignants, chauffeurs de bus, etc. qui vont bientôt entraîner leurs secteurs dans la ronde (ou alors, on va se fâcher)

Et un super-groupe de musique (en dix minutes, trois groupes ont déjà répondu présent !)

 

(Des navettes circuleront à partir de 18 h 30 entre la gare d’Amiens et la mairie de Longueau.)

Calendrier des luttes

Il ne s’agit pas de se réunir pour se réunir, de débattre pour débattre, mais d’inscrire ce rendez-vous dans un calendrier :

Samedi 13 h 30 – Préparation du meeting

Lors de cette réunion (à Fakir, 11, rue Henriette Dumuin, du côté des Halles), nous préparerons le meeting. Les aspects pratiques (sono, bouffe, buvette, etc.) mais aussi la diffusion des 10000 tracts préparés – avec répartition des lieux à couvrir. On a besoin de vous – qu’on montre dès maintenant, aux cheminots, qu’ils ne sont pas seuls avec Fakir à organiser cette solidarité.

Lundi 20 h 30 – Meeting qui va nous galvaniser

D’ores et déjà, nous aurons des propositions pour construire des luttes à Amiens dans la durée. Pour que soit menée, tous ensemble, une action forte, massive, marquante, la semaine prochaine : l’occupation de la Zone industrielle, ce n’était qu’un apéritif. Un bon début, mais nous encore manquions d’organisation : servons-leur maintenant le plat de résistance !

Jeudi 14 h 30 – Manifestation unitaire

Nous ne bouderons pas cette journée d’action décidée par l’intersyndicale : au contraire. C’est un moment propice, pour nous, pour diffuser nos idées par des tracts, par des prises de parole dans les sonos. Pour inviter les manifestants à franchir une étape, dans leurs boîtes ou à nos côtés. Pour qu’un nouveau secteur entre dans la bataille – et ne laisse pas les cheminots seuls. Pour préparer notre action.

Vendredi – Début de l’action…

…qui reste à décider, même si nous avons une petite idée. Tout se déroulera, bien sûr, dans la non-violence : c’est par le nombre, par la conviction qui nous anime, que à la fin c’est nous qu’on va gagner !

 Agenda pour samedi

5 h 30 – les cheminots donnent rendez-vous sur le parking d’Auchan pour une action mystère.

13 h 30 – réunion à Fakir pour la préparation du meeting – et de la semaine à venir.

17 h 30 – les cheminots (increvables) donnent rendez-vous sur le parking de Carrefour.

A la fin, c’est nous qu’on va gagner…

mais maintenant, faut qu’on se bouge vraiment les fesses !

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article