Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT : Du concret maintenant !

Publié le par FSC

Les électeurs ont mis fin aux exactions de Sarkozy, le fossoyeur de la retraite à 60 ans, celui qui disait « désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit », celui qui a augmenté le temps de travail et diminué la part des salaires dans les richesses produites, celui qui a aidé le capital à démanteler notre patrimoine industriel, etc.

La nouvelle phase qui démarre ne peut se concevoir comme positive pour le monde du travail que si le patronat se retrouve « contraint » de mener une politique qui soit contraire aux intérêts de ceux qui le commanditent, à savoir la bourgeoisie détentrice des moyens de production, des usines, etc.

Autrement dit, les salariés ne seront les gagnants de cette alternance politique que si, une fois encore, ils se mobilisent et imposent par le rapport de forces la satisfaction de leurs exigences, de leurs revendications.

Augmentez les salaires !

Voilà la plus urgente mesure à prendre pour un nouveau gouvernement qui doit et devra très vite faire son choix : être soit du coté des actionnaires, du monde la finance et de l’Europe des patrons telle celle que nous subissons depuis Maastricht, soit du coté des travailleurs, ceux qui se lèvent tôt pour créer les richesses nécessaires et répondre aux besoins de notre société !

Sans en rajouter, les enjeux qui sont devant nous sont importants, quand on voit ce qui se passe en Grèce, avec les conséquences terribles des plans d’austérité dictés par l’Europe libérale et le FMI et sa patronne Christine Lagarde, ce qui se passe au Portugal, en Espagne, au Royaume-Uni, etc.

D’autres exemples dans le monde démontrent qu’une autre politique est possible : Bolivie, Argentine, Venezuela..

Pour contraindre ce gouvernement à prendre la mesure des attentes du monde du travail, la première étape n’est-elle pas de doter notre Assemblée Nationale de députés dont le programme défend directement des mesures correspondantes à nos revendications ?

N’est-ce pas ensuite la mise en œuvre de débats « grandeur nature » avec les salariés, sur chaque lieu de travail, sur la nécessité de se mobiliser dans la perspective d’un « sommet social » prévu par Hollande dès juillet 2012, pour montrer que les orientations économiques et sociales en France ne se feront ni « sans » les salariés, et encore moins « contre » eux ?

N’est-ce pas l’organisation de plans de travail dans nos sites pour que chacun (re)devienne citoyen dans les entreprises, avec de réelles perspectives de mobilisation, d’actions de grève, pour peser sur les patrons, véritables décideurs de toutes les mesures, susceptibles de peser sur nos conditions de travail et de vie ?

Oui l’heure est à rassembler les salariés autour de l’esprit de résistance.

Les employeurs veulent accentuer désormais la pression sur les salariés que nous sommes, avec pour objectif de restaurer et augmenter leurs taux de marge, leurs profits, leurs bonus, etc.

Le monde du travail doit se mettre en ordre de bataille pour inverser la marche, faire cesser la montée des inégalités et l’explosion des grandes fortunes pendant que nous trimons pour engraisser quelques ultra-riches.

L’heure est à la concrétisation de nos revendications. Maintenant !

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article