FSU 28 : 31 janvier grève et Manifestation Nationale

Publié le par FSC

BONJOUR,

Le gouvernement multiplie les mauvais coups contre notre protection sociale solidaire et contre les services publics, en particulier contre celui de l’éducation. Les vœux présidentiels au monde de l’éducation, empreints de démagogie, tracent les contours d’une école libérale et remettent en cause notre identité professionnelle. Ce discours s’accompagne d’une logique budgétaire d’austérité où, une fois de plus, les suppressions de postes sont légion. L’Etat, garant de l’égalité républicaine, n’assure plus son rôle dans le domaine de l’éducation. En 30 ans, le financement de l’Etat est passé de 61% à 54 % dans les dépenses d’éducation alors que, dans le même temps, les dépenses des collectivités territoriales sont passées de 14% à 25 %. Cette orientation de désengagement remet en cause le droit à l’éducation pour tous.

Dans notre académie pour la rentrée 2012, les suppressions s’élèvent à 437 postes. Au vu des premiers éléments, notre département subirait une suppression d’environ 84 postes. C’est donc un vaste plan social qui est programmé alors que le chômage des jeunes continue de progresser. Pourtant, nous accueillerons des élèves supplémentaires à la rentrée prochaine. Pour répondre aux besoins, seuls les recours à la précarité et aux heures supplémentaires sont utilisés pour faire survivre provisoirement les établissements. Nous connaissons les conséquences de ces suppressions de postes : aggravation de la dégradation des conditions de travail des personnels et des conditions de scolarisations des élèves.

Concernant l’évaluation des enseignants, nous continuons à demander le retrait du projet d’évaluation Chatel et l’ouverture de négociations sur nos revendications. De plus, il n’y plus de formation des personnels, le gel du point d’indice bloque notre pouvoir d’achat (pourtant, lors de sa campagne présidentielle en 2007, N. Sarkozy avait promis une revalorisation du métier) et la remise en cause de nos statuts est permanente. Ces attaques cyniques sur notre temps de travail sont insupportables et inacceptables.

Nous ne pouvons pas laisser le gouvernement pratiquer la liquidation organisée, méthodique, du service public laïque d’éducation !!! C’est pourquoi la FSU 28 appelle tous les personnels à se mettre en grève et à aller manifester, dans le cadre d’une manifestation nationale à Paris, le mardi 31 janvier.

La FSU 28 vous adresse ses meilleurs veux et continuera de porter les revendications des personnels pour que l’année 2012 soit l’année des changements impulsés par le mouvement social.

LE MARDI 31 JANVIER, à PARIS,
 
MANIFESTATION  Nationale
14 H  Place Edmond Rostand

 

-        Pour rendre à l’école son ambition de faire réussir tous les élèves,

-        Pour dénoncer et refuser le véritable plan social qui frappe l’Education Nationale
(pour la rentrée 2012,  84 postes dans notre département, 32 postes supprimés (dont 24 postes d'enseignants) dans les écoles, 18,2 ETP , supprimés dans les collèges, 18,95 ETP Pour les lycée Pro et 15,6 ETP lycées)
Pour le retrait du projet d'évaluation des enseignants


Inscrivez-vous, dès maintenant

Ø  par mel fsu28@fsu.fr  

Ø  par tel 02.37.21.23.96

Ø  Par fax 02.37.21.39.89

Ø  Par courrier à : FSU 28, 3 rue Louis Blériot, 28 300 Champhol

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article