FSU 74 : POUR UNE FSU COMBATIVE

Publié le par FSC


 

LA SITUATION GÉNÉRALE

Le texte Action, au Conseil Délibératif Fédéral National, adopté par 85 voix sur 102 se traduit par un éparpillement des actions qui vont de la pétition par internet, la carte pétition en passant par des colloques et des assises sur la formation professionnelle…Ces actions pour justes qu’elles soient ne sauraient répondre à la gravité de la situation.

La seule action de grève n’interviendra que le 24 novembre « pour un système éducatif qui assure la réussite de tous les jeunes, contre les suppressions de postes, pour l’augmentation des recrutements aux concours, pour une autre réforme de la formation des enseignants… ». Le premier et le quatrième points sont ambigus dans leur formulation, le combat contre les suppressions de poste est au cœur de nos revendications mais nous savons tous que le 24 novembre le vote du budget sera très avancé voire bouclé et qu’une grève d’une seule journée n’a guère de chance de faire reculer le gouvernement.

Cette journée devrait être élargie à toute la Fonction Publique. On peut donc s’interroger sur les causes de l’absence d’action d’envergure en septembre ou octobre et le choix du 24 novembre qui coincide avec l’élection interne de la FSU.

Au dernier Conseil Délibératif Fédéral Départemental (15 présents appartenant aux SNES, SNUIPP, SNEP, SNUEP, SNPES-PJJ) il n’y a pas eu de réponses convaincantes d’U.A. sur cette question.

 

ACTION RETRAITES

Dans le cadre de la préparation du Congrès la section FSU des retraités 74 avait organisé une assemblée générale : 25 participants c’est beaucoup plus que les assemblées locales de la FSU. Plusieurs décisions ont été prises :

 

  • Réunion sur le bassin de Cluses sur le thème du droit à la santé après l’expérience positive de

Thonon.

 

  • Après l’intervention d’élus Mgen et de plusieurs retraités sur les dysfonctionnements à la Mgen dans les centres de traitement, la rupture du lien avec les mutualistes, le soutien de la direction à la loi Bachelot, les augmen-tations de cotisation pénalisantes pour les retraités…il a été décidé d’un courrier collectif de l’assemblée de retraités à la section MGEN 74.

 

  • Il a été décidé d’un courrier, repris au niveau fédéral, aux parlementaires et aux directeurs des services publics.

 

  • Il a été décidé d’un message de soutien aux postiers en grève.

 

L’après midi s’est déroulée une manifestation intersyndicale de retraités pour la défense du pouvoir d’achat et de la protection sociale dans le cadre de la journée nationale. Environ 200 personnes (moins que l’an passé) au sein de laquelle la FSU était bien représentée mais FO et l’UNSA absents.

 

GREVE POLE EMPLOI

Le Pôle Emploi est né de la fusion de l’ANPE et des ASSEDIC. Cette fusion a pour ambition de faire une économie de moyens et de lier indemnisation et recherche d’emploi pour aboutir à moins de demandeurs d’emploi reconnus.

L’ensemble des syndicats du Pôle Emploi avait appelé à une journée de grève et en premier lieu le SNUTEFI -FSU. Au niveau régional le taux de grévistes a été de 28.72 % avec 23 sites fermés, au niveau national le taux de grévistes était de 35 %.

Au-delà de la revendication en termes de moyens, des conditions de travail se pose le

problème de la fusion de deux organismes aux missions différentes et de l’objectif de cette fusion.

 

LES ÉLECTIONS POUR LE RENOUVELLEMENT DU CDFD

Ces élections ont lieu tous les 3 ans…Autant dire qu’elles sont importantes car pendant 3 ans le rapport de force au sein de la FSU tant départementale que nationale sera fixé. Ceux qui ont actuellement la majorité poursuivront la même politique que ces 3 dernières années vis-à-vis du gouvernement et prendront des décisions sur l’avenir de la FSU que nous refusons (exemple : adhésion à la Confédération Européenne des Syndicats).

Au niveau départemental les moyens mis à disposition sont inégaux : la tendance majoritaire Unité Action a seul accès aux fichiers des syndiqués. Chaque liste publiera un texte d’orientation et une liste de candidats dans le prochain POUR 74.

Cette circulaire, payée par nos propres moyens, est notre principal outil de communication, faites la connaître.

Normalement les élections devraient débuter le 5 Novembre et s’étaler jusqu’au 26 novembre.

Au dernier Conseil Délibératif Fédéral Départemental les relations ont été plus tendues avec Unité Action.

Le vote sur les rapports d’activité permettra, au même titre que le vote sur les listes des candidats au CDFD de montrer que nous ne nous satisfaisons pas de la situation actuelle.

 

 

 

Cette circulaire est à disposition de tout syndiqué de la FSU qui le souhaite.


 

 

 

 

 

LISTE « POUR UNE FSU COMBATIVE  »

D’où vient votre liste ?

La liste «Unité pour une FSU Combative» a été fondée en 2003 suite à la grève contre la réforme des retraites et la décentralisation des personnels TOS. Nous avons poursuivi l’expérience sous l’intitulé « Pour une Fsu Combative ».

 

Que pensez –vous des tendances nationales ?

Nous ne sommes pas opposés à l’existence des tendances.

Nous sommes contre le monopole des tendances qui prive les militants de la FSU hors tendance de toute expression et participation aux décisions.

Conformément à notre engagement nous avons publié une circulaire (16 numéros depuis 2004) informant nos collègues de la vie de la section départementale.

 

Quelle est votre attitude vis-à-vis de la majorité sortante Unité Action ?

Nous faisons le choix de pratiquer, comme au long de ces trois dernières années, une opposition constructive en participant à tous les Conseils Délibératifs Fédéraux Départementaux (qui souffrent de l’absentéisme de trop d’élus), à toutes les actions syndicales afin que la FSU oppose une riposte ferme aux attaques dont les personnels font l’objet de la part du gouvernement et de la hiérarchie. Par exemple c’est nous qui avons proposé le texte adopté par la FSU 74 contre la loi hôpital, patients, santé, territoires.

Nous sommes opposés à la politique de la direction nationale de la FSU qui a gâché volontairement la mobilisation de janvier et mars 2009. Dans le département Unité Action est liée par la discipline de tendance et se contente de motions pieuses mais inefficaces vers le national.

 

Pourquoi êtes-vous opposés à l’adhésion de la FSU à la Confédération Européenne des Syndicats ?

La Confédération Européenne des Syndicats est liée à l’Union Européenne qui, au nom de la concurrence libre et non faussée, préconise la destruction des services publics. L’adhésion de la CGT l’a amené à en rabattre sur les revendications. Notre fédération adopte déjà une attitude frileuse, l’adhésion à la CES, comme à la CSI, ne peut que conforter cette évolution négative.

 

Que pensez-vous du rôle de la FSU ? Quelles améliorations préconisez-vous ?

Nous nous engageons à favoriser l’expression de tous les syndicats au sein de la section départementale, notamment ceux dont les effectifs sont limités parce qu’ils couvrent un champ spécifique.

La FSU ne peut se contenter de rester la première fédération de la fonction publique d’état, elle a vocation à contribuer à la réunification syndicale. Le SNES, dans son congrès, a adopté un projet de rapprochement avec la CGT mais la FSU doit mener le débat avec l’ensemble des syndiqués et pas seulement dans l’appareil Unité Action.

 

Quel est le sens d’un vote « Pour une Fsu Combative » ?

Voter pour notre liste c’est voter pour une Fsu combative, qui joue pleinement son rôle revendicatif pour la défense de tous les personnels, des services publics et de l’école publique et laïque. Pour une Fsu qui agisse pour organiser une vaste action interprofessionnelle nationale qui peut, seule, stopper l’offensive, sans précédent, du gouvernement sarkozyste contre les droits sociaux de tous les salariés.

Publié dans FSU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article