GRECE : APPEL DU PAME POUR LA GREVE GENERALE DU 5 MAI

Publié le par FSC

logo_PAME.png

A LA TEMPETE ANTI-OUVRIERE DU GOUVERNEMENT, DU FMI, DE L'U.E. ET DU PATRONAT, NOUS REPONDONS AVEC L'ESCALADE DE LA LUTTE - AVEC UNE VAGUE DE GRÈVES.

PARTICIPONS TOUS ENSEMBLE A LA GRÈVE GENERALE ET PANHELLENIQUE DU 5 MAI 2010

A tous les travailleurs et jeunes,


Par l'escalade de la lutte, avec votre participation à la grève générale du 5 mai et aux manifestations du PAME (à Athènes, à la place d'Omonoia à 11h du matin), terrorisons les terroristes du gouvernement, de l'Union européenne, du FMI et des employeurs du grand capital.

Toutes ces forces sont responsables de la crise ; elles vivent de façon parasite, elles s'enrichissent de notre travail. Au nom de la crise, en l'utilisant, elles essaient de casser tout les droits et les acquis des ouvriers pour s'assurer pendant longtemps une main d'œuvre servile et bon marché.


Elles n'hésitent pas à utiliser le mensonge et le chantage pour nous convaincre que le sauvetage de leurs profits et de leur propriété est la seule issue et notre devoir patriotique et qu'au contraire la défense de nos conquêtes, de nos droits, de notre vie et de la vie de nos enfants est une trahison nationale !


Ce qui est en jeu aujourd'hui n'est pas de savoir si nous allons perdre une journée de salaire ou même un mois, même si nous en avons besoin. Car les rapaces du gouvernement, la direction de ND (parti néolibéral), le Laos, le FMI, l'U.E. et les employeurs du grand capital vont nous faire payer beaucoup plus : ils exigent que nous acceptions volontairement les chaînes sur nos mains et sur nos pieds, que nous détruisions notre avenir et celui de nos enfants pour leur recherche du profit.


Les luttes perdues n'existent pas. Notre vie et l'avenir de nos enfants seront perdus si nous ne luttons pas.


REBELLION GÉNÉRALE


TOUS
ENSEMBLE DANS LA LUTTE


Avec un slogan, d'une seule voix

AUCUN SACRIFICE – EXIGEONS QUE LA PLOUTOCRATIE PAYE LA CRISE

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article