Grève au Pays Basque : succès pour les uns, échec pour les autres

Publié le par FSC

Pays Basque

Grève : succès pour les uns, échec pour les autres
p005_ph1.jpg

 

28/01/2011

Giuliano CAVATERRA

Bilan extrêmement contrasté pour la troisième grève générale en Pays Basque Sud en moins d'un an. D'un côté, les syndicats organisateurs parlent d'un succès, de l'autre patronat et gouvernements, d'un échec.

Pour ce qui est des services publics, des services minimums importants avaient été imposés par les gouvernements de la Communauté autonome basque (Cab) et de la communauté forale de Navarre, allant jusqu'à 100 % pour les services d'urgence. Selon le gouvernement de la Cab, la grève aurait été suivie à 21 % dans l'administration, tandis que dans le privé il y aurait eu 13 % de grévistes en Araba, 16 % en Bizkaia et 30 % en Gipuzkoa. Pour cette dernière province, l'organisation patronale Confebask annonce un chiffre de 28 % de grévistes tandis que, pour les syndicats, la grève y aurait été quasi totale.

Le mouvement a été particulièrement suivi dans l'industrie avec 61 % des entreprises de plus de 50 travailleurs, soit plus de 300, qui auraient été fermées dans la Cab, selon les syndicats. Elle a été aussi importante à EITB (radio-télévision publique) et à Eusko Tren (transports ferroviaires de la Cab).

En Navarre aussi, bataille de chiffres entre gouvernement foral et patronat d'une part, et syndicats de l'autre. Pour ceux-ci, la grève aurait été «totale» dans certaines entreprises industrielles, avec une incidence très forte en Sakana et dans le nord de la province (la zone bascophone), et significative en Iruñeria.

Contrairement à ce qu'annonçait hier le gouvernement de la Cab, la journée n'a pas été d'une «absolue normalité». La police a chargé à de nombreuses reprises et très durement les manifestants, et a procédé à de nombreuses arrestations pour «atteinte à l'autorité» ou «désordres publics». Un jeune homme qui distribuait des tracts au Carrefour de Sestao aurait été frappé au sol et inculpé pour «désordre». De nombreux témoignages ont fait état de violences policières selon les syndicats. Le syndicat LAB a demandé la démission du conseiller à l'Intérieur du gouvernement de la Cab, Rodolfo Ares, car «on ne peut matraquer les travailleurs comme on est en train de le faire», s'est indigné la secrétaire générale du syndicat, Ainhoa Etxaide.

Hier soir, les représentants des organisations ELA, LAB, STEE-EILAS, EHNE et Hiru, ayant convoqué la grève, ont dénoncé l'«échec du soi disant dialogue social, qui ne sert qu'à couvrir les politiques gouvernementales» qui seraient selon ces syndicats «décidées par la banque et le pouvoir économique». Les syndicalistes ont salué la réponse «exemplaire» des travailleurs basques «aux attaques des intérêts économiques et patronaux».

Dans de nombreux autres points de l'Etat espagnol, grèves et manifestations ont eu lieu à l'appel de syndicats nationalistes ou anarchistes, mais sans le soutien des deux principales centrales UGT et CCOO, fortement décriées pour leur peu de réaction face aux plans d'austérité du gouvernement Zapatero.

On apprenait d'ailleurs hier également qu'un pré-accord avait été trouvé entre patronat, gouvernement et ces deux syndicats sur le départ à la retraite à 67 ans.

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Youri Domènech 02/02/2011 17:15


Parallèlement à la grève du Pays Basque, où les syndicats basques convoquants forme la majorité syndicale, en Galice, la Confédération Intersyndicale Galicienne avait appelé également à une grève
générale de 24 heures, en solitaire. Les 2 centrales majoritaires Comisiones et UGT, non seulement ne se sont pas jointes à la Grève, mais l'ont boicottée (surtout Comisiones a été spécialement
béligérante)et ont poursuivi leur mise en scène (la négociation)qui a abouti le même jour de la grève à l'accord d'un nouveau pacte social.
La grève en Galice a connu un grand succès dans les secteurs industriels (métallurgie, automobile e construction navale, bâtiment, etc), les services de voirie et transports en commun. Je vous
laisse une vidéo de notre syndicat avec la manifestation de Vigo qui a rassemblé environ 40.000 personnes, le meeting et l'Internationale finale:
http://folgaxeral.galizacig.com/?p=637