GUADELOUPE : Chronique d’une grève générale annoncée - PREAVIS DE GREVE ILLIMITE

Publié le par FSC


Lu sur le Blog de Chien Créole :

GUADELOUPE : Chronique d’une grève générale annoncée (épisode 2) PREAVIS DE GREVE ILLIMITE

Augmentation

Mercredi 30 décembre, s’est tenu l’Observatoire des Prix. C’était la première rencontre entre les délégués du LKP et le nouveau préfet de la Guadeloupe, Jean-Luc Fabre. Comme on pouvait s’y attendre, ce dernier a décidé une augmentation de l’essence et du gazole, à hauteur de 4 centimes. La mesure est censée entrer en vigueur le 1er janvier 2010.

Des dés pipés

La dizaine de membres du LKP conviés à cette réunion au titre des syndicats ou associations qu’ils représentent ont fait connaître leur refus catégorique de cette décision. Ils ont balayé les arguments avancés par le préfet pour justifier la hausse. Selon lui, par exemple, la parité euro-dollar obligerait mécaniquement à augmenter le prix de l’essence. Pourtant le pétrole s’achète en dollars et l’euro n’a cessé de monter dernièrement face au billet vert, rendant la parité très avantageuse pour la France. Les délégués du LKP ont bien sûr redit le scandale absolu du cadeau de 94 millions d’euros concédé par le gouvernement à Total and cie. Mais comme le dira Elie Domota au sortir de la réunion, la décision était déjà prise.

Non-respect des engagements

La veille, en conférence de presse il expliquait : « C’est d’autant plus troublant que dans son allocution du 6 novembre, Nicolas Sarkozy annonce qu’il va renforcer et assurer l’indépendance des observatoires des prix. Et que constatons-nous aujourd’hui ? Rien n’a changé, c’est le préfet qui dirige l’observatoire des prix. Il convoque les gens qu’il veut pour qu’ils donnent un avis et ce, alors qu’il a déjà pris la décision d’augmenter l’essence. La deuxième chose que Sarkozy a dite c’est qu’il allait réformer l’administration des prix du carburant, or aujourd’hui, que constatons-nous ? Rien n’a été fait. (…) Nous sommes toujours dans l’opacité. »


Elie Domota et Jean-Marie Nomertin (photo FG - archive)

Le LKP dénonce le non-respect des accords 28, 29, 30, 31 et 90 du protocole du 4 mars, autant de points concernant la réforme de la structure des prix. Un projet de décret circule depuis septembre mais ne règle, d’après lui, en rien les problèmes soulevés.

Encore de belles promesses ?

La veille de la rencontre, Elie Domota revenait également sur l’agent qui a été volé pendant des années aux Guadeloupéens : « c’est très clair : aujourd’hui par exemple on nous dit que la taxe sur les huiles usées a été supprimée. Si vous la supprimez, c’est bien parce que vous nous voliez ! Aujourd’hui nous demandons à ce que cet argent soit mis dans un fond pour la formation professionnelle. Nous disons également que nous sommes favorables et que nous demandons que soit mis en place un véritable service public de distribution et d’approvisionnement en carburant. Et sur tous ces points aujourd’hui, on entend pas un mot. » Qu’à cela ne tienne, le LKP a eu son mot : André Armougon, directeur de la Sara, se serait déclaré, selon Jean-Marie Nomertin, favorable au remboursement de ces sommes. Les délégués, habitués aux promesses non tenues, ont pris l’information avec le sourire…

Assumer ses responsabilités

Critiquant là encore l’inconséquence des seules paroles, le porte-parole du LKP a appelé chacun a assumé ses responsabilités, revenant sur les propos tenus précédemment par les uns et les autres : « On a entendu le président du Conseil Général, le président du Conseil Régional, on a entendu une série de parlementaires et une série d’élus dire qu’ils ne sont pas d’accord avec l’augmentation de l’essence (…) parce que c’est toujours l’opacité, il n’y a rien de transparent dans la structuration du prix du de l’essence. Donc c’est pour ça, nous appelons à la mobilisation mais il faut que chacun assume ses responsabilités. Il ne s’agit pas simplement de dénoncer, de dire que c’est pas normal et de les laisser appliquer cette augmentation de l’essence. » Il précise encore : « Nous ne sommes pas contre le fait de payer le prix de l’essence mais nous voulons qu’ils respectent les engagements qu’ils ont pris, que ce soit fait dans la transparence, que nous sachions d’où vient l’essence, combien elle a coûté, combien on va la payer et comment ça s’est passé. Et surtout qu’ils arrêtent la profitation dans ce secteur parce que depuis toujours ils nous font croire que le pétrole vient de l’Europe du Nord, alors qu’il vient de Trinidad, des Îles vierges étatsuniennes ou du Venezuela, mais on nous le fait payer au prix fort. »

Un meeting avait lieu ce soir devant le Palais de la Mutualité, mais d’ores et déjà, un préavis de grève illimité a été déposé par les syndicats qui composent le LKP.

FRédéric Gircour

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article