Historique de la création des SUD

Publié le par FSC

Bonjour,
 
Je viens de parcourir les différents sites du  Front Syndical de Classe, Collectif Syndical Classe .
Sur l' histoire du syndicalisme, il manque un volet concernant la création des SUD;
 
Pour faire un rapide résumé :
 
En 1988, c' est la grève des conducteurs de camions de la Poste, baptisée "camions jaunes" avec les syndicats CGT, CFDT, FO,
CFTC, grève de plusieurs semaines avec occupation des Centres de Tri qui aboutit à l' exclusion de militant-e-s et adhérent-e-s de
la CFDT.Se crée alors aussi SUD Santé - Sociaux
Celles ci et ceux ci se regroupent alors dans un syndicat "Solidaires Unitaires et Démocratique" (SUD). D' autres syndicats
CFDT font de même, le "Groupe des 10", avec le Syndicat Unifié des Impôts (SNUI), le Syndicat National des Journalistes (SNJ),
s' étant créé en1981 transformé ensuite en Union Syndicale Nationale Solidaires 
 
D' autres Syndicats SUD se créent.
 
En 1995, grève interprofessionnelle contre le Plan JUPPE. La secréatire nationale de la CFDT Nicole NOTAT et l' ensemble de la Confédération soutiennent se plan.
Les cheminots CFDT, déjà dans la contestation de la Confédération, quittent alors pour une grande partie la CFDT et créent
SUD Rail.
130 procès de la Direction, soutenue par certaines Fédérations ont lieu, pratiquement tous donnent raison à Sud Rail.
Début mars 1996, des candidat-e-s se présentent dans les 25 Régions et sont Elus en DP et CE.
La Fédération SUD RAail ne cesse de grandir, rejointe en 2003 et 2004 par une grande partie de CFDT qui abandonnent
"la lutte interne CFDT en lutte"
L' Union Syndicale Solidaires n' est pas une Confédération mais une Union Nationale et ne siège pas dans les instances
nationales et Gouvernementales car toujours "non jugée représentative"
Une Union Syndicale qui se construit dans les LUTTES
 
En avril 2008, les Confédérations CGT et CFDT signent avec le Patronat et le Gouvernement "l' accord sur la représentativité"
 qui élimine les organisations syndicales qui font moins de 10% aux élections. Une LOI votée au mois d' août parachève cette signature, ce qui fait qu' à la SNCF, les fédérations FO, CFTC et CGC "disparaissent", la CFDT se sauve en "se pacsant" avec la
FGAAC (syndicat autonome des Conducteurs) Ils ont fait 12% à eux 2 !
Restent donc à la SNCF : CGT, UNSA, SUD et CFDTFGAAC comme "représentatifs".
 
L' Union Syndicale Solidaires regroupe 97 Unions Dépârtementales (avec l' Outre Mer), 42 Fédérations ou syndicats nationaux,
le dernier en date le syndicat national des sans - papiers, précaires, sans emploi.
Le nombre d' adhérent-e-s avoisine les 100 000. 
 
Voilà résumée l' histoire des SUD et de Solidaires
Pour d' autres informations :
 
Le site national Solidaires : www.solidaires.org
:
Le site de Sud Rail : www.sudrail.fr 
 
Livre : "qu'est ce que Solidaires ?" L' Information citoyenne l' Archipel de septembre 2007
 
Sur la Savoie, des contacts sont en cours pour créer le Front Syndical de Classe.
Distribution de tracts les 1er mai ' la lutte de classe n' est pas morte" lors de la manifestation à Chambéry qui a rassemblé 2 000 personnes
Un 2ème tract de plusieurs pages est en cours sur : "qu' est ce que le FSC ? les luttes en cours, les statuts de l' Association et comment adhérer individuellement et collectivement ?"
 
Pour les FSC, Gérard ETELLIN, retraité, militant à Sud Rail et Solidaires Savoie

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 16/05/2010 20:52


La division : à mettre à l'actif de Sud

AMIENS Goodyear : l'élu CGT stoppe sa grève de la faim
Installé sous une tente, Vincent Louchet a perdu plusieurs kilos.

Installé sous une tente, Vincent Louchet a perdu plusieurs kilos.

Le ministère du Travail a décidé une nouvelle enquête. Vincent Louchet, l'élu CGT au de Goodyear, a donc décidé d'arrêter vendredi soir sa grève de la faim.

Il l'avait débuté le 6 mai pour protester contre son licenciement pour faute grave, conséquence d'une bagarre début janvier avec un délégué du syndicat SUD au restaurant d'entreprise du fabricant
de pneumatiques.

La CGT avait lancé le week-end dernier une pétition et déposé un préavis de grève. Le syndicat Sud-chimie a expliqué de son côté regretter « cette situation qui pollue encore un peu plus la
négociation et l'ambiance dans l'usine ».


Jacques Leroux 13/05/2010 03:37


Que voici un texte très hagiographique et peu historique. Certes Sud se crée aux PTT dans la période qui fait suite à la suite de la grève des camions jaunes, mais surtout parce que, déçus du
positionnement de la CFDT sur la loi Quilès, et ne voulant pas rejoindre la CGT par anti-communisme, des militants de la CFDT divorcent à l'amiable de la CFDT. Au départ quelques syndicats
parisiens de la CFDT se désaffilient pour créer Sud à la veille des élections professionnelles de 1990 dans les PTT. Cela se fait avec la bénédiction de la LCR qui mobilise alors ses militants pour
élargir la base de Sud. Les élections professionnelles ayant été catastrophiques aux PTT pour la CFDT (très nette progression de la CGT au détriment de la CFDT, qui marque la condamnation des
salariés de son accompagnement à la liquidation de l'administration des PTT par le gouvernement socialiste, la séparation des Postes et des Télécommunications, première étape de la privatisation),
d'autres syndicats CFDT se désaffilient de leur fédération pour rejoindre Sud; ce sera le cas du syndicat CFDT de la Seine-Maritime, devenu Sud dans la deuxième vague, qui fournira d'ailleurs un
futur secrétaire général à Sud PTT en la personne de René Ollier, et un représentant syndical Sud au CCE de France Telecom en la personne de Christian Pigeon. Au delà du fait que la création des
Sud renforce l'idée que le syndicalisme est un objet de consommation et de concurrence, voire l'affirmation qu'une opinion ne peut pas vivre dans une organisation syndicale unique et justifie donc
sa démultiplication, la création des Sud accélère l'émiettement syndical (on disait "division syndicale" autrefois) qui affaiblit globalement le salariat. Il n'a pas empêché la privatisation de
France Telecom, pas plus qu'il n'a empêché le changement de statut d'EDF-GDF. Par contre il affaiblit le mouvement syndical enseignant, déjà émietté à la suite de l'exclusion de la FSU de la FEN.
Ne faut-il pas revenir aux fondamentaux du syndicalisme, c'est à dire ceux qui ont permis d'arracher les acquis sociaux: le syndicat unique des salariés, face au syndicat unique patronal ?