L’Humanité, Entretien avec Mireille CHESSA : « Le cahier revendicatif s’étoffe »

Publié le par FSC

 UD CGT 13

« Le cahier revendicatif s’étoffe » Pour Mireille Chessa, secrétaire départementale de la CGT des Bouches-du-Rhône, 
la question de la reconduction des grèves est posée par les assemblées générales.

Comment sentez-vous le climat dans les Bouches-du-Rhône quarante-huit heures après la troisième manifestation depuis la rentrée  ?

Mireille Chessa. Le climat est à l’élévation du rapport de forces. 
Il y a ce qui avait été engagé depuis une semaine par les salariés du Grand Port maritime de Marseille (GPMM) et les dockers. Les consultations dans les entreprises se multiplient en vue de prendre des décisions dans la perspective du 12 octobre, avec l’idée avancée par notre union départementale de décider démocratiquement d’une grève reconductible.

Les agents territoriaux de la communauté urbaine de Marseille ont été rejoints par ceux d’Istres, Martigues, Port-de-Bouc et du conseil général, entre autres. Une assemblée générale doit se tenir à Air France. Les marins ont décidé du principe d’une grève reconductible. Les impôts aussi. 
On peut ajouter au paysage la grève de Monoprix qui en est à son 18e jour et qui a été reconduite malgré deux interventions des forces de police. 
Du point de vue du cahier revendicatif, le dossier des retraites continue à fédérer et, dans le même mouvement, ce cahier revendicatif s’étoffe. Il ne s’agit pas d’un feu 
de paille.

Le mouvement semble plus avancé dans les Bouches-du-Rhône qu’ailleurs…

Mireille Chessa. Le mouvement est en effet venu plus tôt dans les Bouches-du-Rhône. L’une des raisons en est que nous avons eu, pour la journée du 23septembre, un niveau d’arrêts de travail et de grévistes très important. La question de la reconduction s’est donc posée naturellement plus rapidement.

Dans ce que vous appelez 
l’élévation du rapport de forces, 
quel niveau vous semble souhaitable en fin de semaine  ?

Mireille Chessa. Que toutes les assemblées aient décidé de la reconduction. Mais d’ici là, des choses vont s’emboîter de manière naturelle. Par exemple, les territoriaux manifestent ce matin devant la mairie de Marseille. Les enseignants, qui s’interrogeaient également sur leur mode d’action, ont décidé de les rejoindre.

 

Entretien réalisé par C.D. L’Humanité - 5 octobre 2010

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article