LA CFDT PLEBISCITE CHEREQUE A SON CONGRES !

Publié le par FSC

Le Congrès Confédéral de la CFDT qui s'est déroulé cette semaine  a accueilli Bernard THIBAULT sous les applaudissements alors que la dernière fois il n' avait pas pu y entrer !
Le Congrès a dit OUI à un allongement de la durée de cotisation pour une RETRAITE à taux plein à 59% des votant-e-s (40, 5 ans puis 41 ans en 2012) alors qu' un amendement demandait de renoncer à un tel allongement. afin de ne pas donner un chèque en blanc au Gouvernement.
 
La Direction Confédérale a demandé et obtenu de repousser cet amendement. La CFDT reste donc conforme avec 2003. Elle réaffime pourtant en pleine contradiction le non - report de l'âge légal de la retraite à 60 ans ! Comprenne qui pourra !
Rappelons qu' en 2003, il y a eu des départs massifs vers SUD Solidaires suite à cette position réformiste
 
Le Congrès a aussi voté le principe d' égalité entre le Public et le Privé, soit la position du Gouvernement (qui va se frotter les mains pour diviser les Confédérations)
.
CHEREQUE a été réélu Secrétaire par un vote albanais pour son 3ème mandat consécutif avec 95, 32% des votants, soit
4 points de plus qu' en 2006.
 
Le Gouvernement retrouve "son allié syndical" et on peut se demander ce que fait cette Confédération dans l'appel du
24 juin ?
Les choses sont claires : d' un côté la CGT, SUD Solidaires et le FSC et de l' autre la CFDT, l'UNSA, la CFTC
Quant à la Confédération FO, elle a décidé SEULE d' appeler à la grève le 19 juin.
 
Le Front Syndical de Classe appelle à la grève interprofessionnelle et aux manifestations le 24 juin mais ce n'est pas avec une nouvelle journée sans lendemain que la position du Gouvernement changera maintenant qu' il a reconquis des Confédérations complètement "recentrées"
 
Gérard ETELLIN, adhérent FSC et SUD RAIL

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rodriguez 12/06/2010 19:55


C'est à propos du dernier congrès de la CFDT jugé contradictoire avec le positionnement qui consiste à acquiescer à l'allongement de la durée de cotisation tout en maintenant l'opposition à la
remise en cause de l'âge légal de départ avec un taux plein (les 60 ans).

Je crois qu'en fait le positionnement sur les 60 ans n'est pas le point clé d'une opposition à la contre-réforme du pouvoir mais qu'il peut être (pour la CFDT comme pour le PS) un positionnement
destiné à MASQUER l'acceptation de la réforme et l'abandon de la lutte pour s'y opposer.
Car ce positionnement est totalement compatible avec l'acceptation de l'idée selon laquelle est incontournable l'allongement de la durée de cotisations (la preuve) en rapport avec l'allongement de
la durée de la vie.
Ce qui revient à accepter l'idée du choc démographique et DONC la NECESSITE de la contre-réforme.

Et effectivement on est bien là dans la logique de 2003 de la CFDT comme du PS d'acceptation de la contre-réforme en ECHANGE de contre-parties de seconde importance.
Avec le souci de faire croire qu'on résiste et qu'on reste ferme sur les principes
Alors que sur bien des aspects l'allongement de la durée de cotisation plombe l'avenir, SOIT en rendant pour de nombreux salariés totalement théorique le départ à 60 ans (par exemple pour les
jeunes entrés tardivement dans la vie active) pour lesquels il faudra aller bien au-delà des 60 ans pour pouvoir prétendre à un taux plein SOIT en partant à 60 ans avec une retraite de misère.

C'est donc clair sur l'attitude réformiste qui persiste à attendre des contre-parties dans une hypothétique négociation avec le pouvoir malgré tous les signes donnés par le même pouvoir du mépris
de fond dans lequel il tient le mouvement syndical.

Reste une inconnue.
SOIT le pouvoir maintient sa volonté de s'en prendre (comme aujourd'hui FILLON) ET à l'âge légal de départ ET à la durée de cotisation au risque d'un front commun syndical puisqu'il n'y aurait
pratiquement rien à négocier et à justifier vis-à-vis de la base, indiquant par là une volonté de confrontation passant par un message à l'égard de l'électorat le plus conservateur et dans la crise
un signe de fermeté face aux revendications populaires pour les marchés financiers.
SOIT c'est une tactique puis le moment venu céder sur les 60 ans pour ouvrir la voie à une division du mouvement en avançant malgré les apparences sur les objectifs de la contre-réforme
L'essentiel pour nous est donc de maintenir l'ensemble de notre plate-forme tout en essayant de faire comprendre les obstacles auxquels la lutte est confrontée.

Amicalement
Gilbert