LA CSI CONTINUE À FAIRE CONFIANCE AU SYSTÈME CAPITALISTE

Publié le par FSC

 

Dans la web de l'ITUC-CSI, ils ont publié, le 8-8-2011, une note où les dirigeants de cette organisation démontrent sa fidélité continuée avec les gestionnaires du capitalisme. Je parle du G-20.

 

Sa Secrétaire Générale, Sharan Burrow, a déclaré: "Les leaders du G20 ont dit, il fait trois ans, qu'ils ne laisseraient jamais que les marchés financiers dictassent à nouveau la politique économique, mais par malheur ses actions ont été lamentablement inadéquates, et maintenant nous sommes en souffrant les conséquences”. Pour “le remédier” elle demande qu'il soit convoqué une réunion d'émergence du G-20.

 

Si je n’avais pas pris la nouvelle de leur web il y aurait qui pourrait penser que je l’ai manipulée. Mais en réalité cette nouvelle, que la web de la CSI souligne, elle démontre ce que j'ai déjà affirmé en commentant les accords du deuxième Congrès de l'ITUC-CSI (Vancouver, juin de 2.010).  Mon commentaire s'intitulait: <<La CSI occulte son visage et son but: “Employés du FMI">>. (Il se peut consulter ce texte dans le web de la CSU: http://centralsindicalunitaria.wordpress.com/inicio/ ).

 

Comment peux une organisation qui dit défendre aux travailleurs affirmer que “par malheur les actions des gestionnaires du capitalisme ils ont été lamentablement inadéquates”?

 

Ils peuvent confier les salariés avec ceux qui leur exploitent?

 

Le G-20 a toujours pris les décisions qu'intéressaient à l'impérialisme et aux multinationales.

 

Les positions de la CSI sur les privatisations, l'économie de marché, les relations de travail, la santé, l'éducation et le rôle des organisations internationales sont les mêmes que les positions du G-20, la Commission Européenne de l'UE et le FMI. Tous veulent un capitalisme avec "visage humain", mais le capitalisme est cruel et brutal, par nature propre, avec la classe ouvrière.

 

La CSI envisage les multinationales et le capital comme ses collaborateurs pour les changements sociaux, ce qui reflète son caractère et ses buts.

 

Les travailleurs doivent savoir que la CSI continue à défendre, en pleine crise systémique du capitalisme, la continuité de celui-ci au lieu de sa destruction.

 

Les travailleurs, et à sa tête les syndicats de classe (entre lesquels il n'y est pas la CSI), nous devons finir avec le capitalisme car il est  la majeure tare actuelle de l'humanité.

 

 

Quim Boix

Membre du Conseil Présidentiel de la FSM

Fédération Syndicale Mondiale

Août,  2.011

Commenter cet article