LA LOI NOME, VOUS NE CONNAISSEZ PAS ??

Publié le par FSC

Si vous n’avez pas saisi la nuance qu’il y a entre service public et service au public 
alors vous allez bientôt comprendre, car c’est un des premiers cadeaux du patronat – servi par le gouvernement du locaractériel de l’Elysée –
qui vous attendent dès janvier 2011 !
Loi sur la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité (NOME) :
un mauvais coup de plus contre le service public de l’électricité !
Lisez bien, même si ça doit ‘plomber’ votre réveillon du 31 prochain.

C’est dans la nuit du 24 novembre 2010 que l’Assemblée Nationale a voté le texte définitif. Depuis début juin 2010, les parlementaires ont entre les mains l’avenir du service public de l’électricité. Les 27, 28 et 29 septembre derniers, le Sénat avait adopté le projet de loi.

Du jamais vu : obliger une entreprise, dans le monde de la concurrence libre et non faussée, à céder une partie de ses atouts à des concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité.

Cette loi est une étape supplémentaire vers la déstructuration complète du secteur électrique, sous le prétexte fallacieux de permettre la sacro-sainte concurrence, qui dans le domaine de l'électricité, tout le monde le constate désormais, fait augmenter les prix.
 
Simplement, les profits engendrés iront directement dans les poches de responsables patronaux dont la collusion avec les dirigeants politiques actuels n'est plus à prouver.
 
Ne nous y trompons pas, ce n'est pas du dogmatisme. C'est la prise en compte de leurs intérêts communs au détriment de ceux des usagers.
 
Nous n'avons cessé de dénoncer les conséquences néfastes de cette loi, et nous allons continuer à nous battre pour mettre en évidence les liens qui vont exister entre augmentations de prix, insuffisance des investissements en moyens productifs, conséquences sur les usagers, les collectivités, l'industrie et toute l'activité économique.

Ce sont ces raisons qui ont conduit à ce qu’aucun débat contradictoire n’ait pu avoir lieu. Aucun Député, Sénateur, dirigeant de l’UMP n’a osé affronter le débat et défendre ses arguments dans des rencontres publiques. A l’Assemblée, le vote s’est effectué dans la plus grande discrétion !

 
Les trois points cruciaux de cette loi :

1.       Les tarifs : ils vont mathématiquement augmenter puisqu’il est reconnu que la concurrence ne peut s’exercer parce qu’ils sont trop bas. Quelque soit le prix de rachat, tous les fournisseurs chercheront à faire une marge. Les fournisseurs de tous bords se frottent les mains et attendent impatiemment l’application de la loi.

Cela touchera lourdement :

• Tous les usagers qui vont subir des hausses importantes.
Dans les appartements collectifs, la hausse des charges locatives fait l’objet de discussion.

• Le secteur industriel, déjà mal en point, quand on sait que le prix de l’électricité est un facteur important de localisation industrielle.
Certains industriels annoncent que, dans ce cas de figure, ils préféreront transférer leurs usines dans des pays qui leur permettent une stabilité et une visibilité à long terme à un tarif intéressant, comme le Canada ou les Etats-Unis, voir d’autres pays d’Europe.
L’originalité de la France dans cette affaire, c’est d’accepter d’auto saborder son avantage compétitif, son système électrique.

2.       Les investissements : les fournisseurs profiteront de la manne nucléaire sans aucun investissement. On a vu ce que cela a donné il y a plusieurs années en Californie avec la grande panne électrique. Là-bas comme ailleurs, l’Etat s’est réapproprié le secteur. Quant à nous, nous privatisons à tour de bras !

3.       La clause de destination : la loi stipule que les fournisseurs accédant à la « rente nucléaire » devront justifier d’un portefeuille de clients équivalent sur le territoire national.
Tout le monde sait pertinemment que cette clause ne tient pas juridiquement, et qu’au moment opportun elle sera remise en cause et permettra à n’importe quel fournisseur d’aller spéculer partout en Europe.

Va-t-on finir par réaliser que la concurrence sur un produit qui ne se stocke pas et se transporte mal est une aberration ?

Le résultat de ce mauvais compromis risque de mettre à mal, non pas l’entreprise EDF mais toute l’organisation du secteur électrique.

Rien n'est jamais définitivement acquis et, plus encore qu'à un retour en arrière, nous tenons à une réelle avancée du secteur public de l’énergie, et nous allons continuer à agir en ce sens.

Notre proposition de pôle public de l'énergie, impliquant la propriété publique et la maîtrise publique de tout le secteur, doit permettre de reconstruire un secteur public de l'énergie au service de l'intérêt général.
 
La France qui a fait depuis des décennies les bons choix en matière de production d’électricité, offre aujourd’hui un kWh parmi les moins chers et les moins carbonés
d’Europe. Pour le gouvernement, il faut que cela cesse !

Constatant l'échec de la concurrence sur le marché français de l'électricité (plus de 96% des français sont restés aux tarifs régulés chez l'opérateur historique EDF),
le gouvernement prépare un véritable hold-up sur le marché de l'énergie : la loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l'Électricité).

Pour le gouvernement, les choses sont très simples : ce sont les tarifs régulés d'EDF, TROP BAS, qui nuisent à la concurrence...
Il faut donc créer artificiellement une concurrence !!!

Ce projet de loi prévoit :

- d'obliger EDF (dont le parc à été financé par les factures des français) à céder, à prix coûtant, 25% de sa production annuelle à ses concurrents,
pour qu'ils puissent réaliser des profits au seul bénéfice de leurs actionnaires privés (concurrence libre et non faussée ?).

- de supprimer les tarifs réglementés d'EDF (calculés sur la base des coûts de production, transports et distribution) pour les aligner progressivement d’ici 2015 sur le prix du marché (plus élevé de 27% pour les particuliers et de 33% pour les industriels)…

RÉSULTAT :

LES TARIFS DE L'ÉLECTRICITÉ VONT FORTEMENT AUGMENTER, PESANT SUR LES CHARGES DES MÉNAGES  
ET DES ENTREPRISES (RISQUES DE DÉLOCALISATIONS ET DE DESTRUCTIONS D’EMPLOIS)
 

SOUVENEZ-VOUS : LA CONCURRENCE DEVAIT FAIRE BAISSER LES PRIX...


Par ses conséquences sur l’économie et sur notre vie quotidienne et professionnelle, ce projet vous concerne tous !


IL FAUT LES ARRÊTER, OU C’EST VOUS QUI PAIEREZ !

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Papy Mouzeot 29/12/2010 01:40


Ça fait plus que plomber mon réveillon ! Grrrrr
En adoptant cette loi l'Assemblée Nationale vient de donner carte blanche aux vampires capitalistes qui gravitent autour du Conte Sarközila. En ouvrant le marché de l'électricité à la concurrence,
les vampires se léchaient les babines à l'avance, sur les nouveaux bénéfices qu'ils allaient pouvoir engranger. Pas de bol pour eux, à la diète les vampires, 96 % des français sont restés fidèles à
l'opérateur historique EDF. Problème de stratégie ou insuffisance de marketing ?
Les vampires n'ont que faire de ces considérations, ils vont encore plus loin. Avec cette nouvelle loi, EDF aura obligation de revendre à ses concurrents jusqu’à 25 % de sa production d’électricité
à partir du 1er janvier 2011 !

ON ASSASSINE LE SERVICE PUBLIC... A grands renforts d'annonces dans les JT de France en manipulant les français à qui on dit que ce sont les services publics qui conduisent le pays à sa ruine ! Que
la concurrence favorisera le consommateur...
C'est ça, on a bien vu les récentes augmentations successives du tarif de gaz etc...
Les fournisseurs privés de l’électricité vont se voir offrir un quart de la production, que les français ont déjà payée sur facture, pour qu’ils puissent réaliser des profits, au seul bénéfice de
leurs actionnaires.
Le prix de l'électricité fixé par ces groupes privés va exploser ! Évidemment avec nos impôts qui entretiendront les vieilles centrales nucléaires. Tout comme cela a déjà été fait avec GDF, France
Telecom, les autoroutes et comme cela va arriver à la SNCF où les compagnies privées vont s'adjuger les services commerciaux et laisseront le coût de l'entretien aux contribuables. C'est un
véritable pillage du service public auquel se livre Sarkozy et ses sbires.

Il existe une pétition en ligne intitulée HOLD-UP SUR L'ÉNERGIE et que vous pouvez trouver à cette adresse :
http://www.poursavoir.fr/petition.php



Amitiés fraternelles du Papy Mouzeot