Le congrés CGT des hospitaliers de Dieppe ... et la confiance!

Publié le par FSC

Syndicat des Hospitaliers de Dieppe


          Poste 7594.      cgt@ch-dieppe.fr

 

 Pour vos revendications. Indépendant de la Direction.

 

 

 

Le syndicat CGT des hospitaliers s’est réuni en congrès le 27 septembre 2012 avec 55 participants, en présence de Stéphane Beaufils secrétaire général de l’Union Locale de Dieppe, et de Philippe Lecorre, secrétaire de l’Union syndicale départementale 76 de la Santé action sociale.

Déclaration.

Les hospitaliers (actifs et retraités) ont subi une dégradation de leur situation ces dernières années :

-          Pouvoir d’achat diminué par le gel du point indiciaire, la non revalorisation des pensions, la hausse générale des tarifs (gaz, électricité, loyer, carburants…), l’écrasement des grilles salariales…

-          La dégradation des conditions de départ en retraite, conséquence des lois Fillon 1 et 2, et de la suppression de la catégorie active pour les infirmières.

-          Le manque d’effectifs dans les services, la multiplication des rappels à domicile, la polyvalence de plus en plus systématique.

C’est dans cette situation que Madame Touraine, la Ministre de la Santé, vient d’annoncer la préparation d’un pacte de confiance avec les hospitaliers (Mission confiée par le Ministère à Monsieur Couty).

Comment les hospitaliers pourraient-ils avoir confiance alors que :

-          Les hôpitaux sont asphyxiés budgétairement comme au CHU de Caen. Et Madame Touraine vient de déclarer au Mans que les hôpitaux doivent se tourner vers les banques pour leur financement : Les hospitaliers sont inquiets, pour leur emploi et même pour le versement de leur salaire.

-          Madame Touraine a décidé le maintien de la loi Bachelot avec toutes ses conséquences néfastes : cette loi renforce la gestion par pôle. Cette loi a permis le regroupement de 6 établissements (Luneray, St Crespin, Eu, Le Tréport, Neufchâtel et Dieppe) sous une même Direction.

-          Les salaires sont toujours gelés.

-          Les retraités sont visés par des mesures en préparation : Hausse de CSG, hausse d’impôts…

Le Congrès affirme : Il ne peut y avoir, aucune confiance attribuée au Ministère, aucune approbation de la CGT pour ces mesures qui frappent les hospitaliers et menacent l’hôpital public.

Le Congrès estime qu’il y a urgence que le Ministère réponde aux revendications :

-          Hausse des salaires par la hausse du point indiciaire à 5,629€ (actuellement 4,63€), ce qui correspond à un SMIC brut à 1700€.

-          Révisions des grilles de la catégorie C pour assurer un vraiment déroulement de carrière.

-          Déroulement linéaire des carrières.

-          Revalorisation des pensions.

-          Stopper les restructurations, les regroupements et toute menace de suppression de service.

-          Mesures d’urgence du Ministère pour éponger tous les déficits des hôpitaux.

-          Abrogation de la journée de carence.

-          Stopper les déréglementations et l’extension des 12 heures.

-          Arrêt de la gestion par pôle, maintien des services.

-          Abrogation de la loi Bachelot.

-          Rétablissement de la catégorie active pour tous les agents qui en bénéficiaient (IDE, infirmières spécialisées…)

-          Augmenter les budgets consacrés à la formation.

Les délégués au congrès ont témoigné de conditions de travail particulièrement pénibles et des pressions exercées sur les agents.

Il n’est pas tolérable que les agents hospitaliers, qui travaillent très dur et souvent au-delà des horaires programmés, subissent des propos culpabilisant et des reproches en cas de maladie.

Le Congrès appelle les collègues à se syndiquer, à s’unir, et à agir avec la CGT pour :

-  Faire respecter la réglementation sur l’organisation du travail : Durée hebdo, repos…

-  Stopper les rappels à domicile, et la modification continuelle des plannings.

-  Mettre un coup d’arrêt à la polyvalence.

-  Stopper le travail gratuit : Tout temps travaillé doit être enregistré.

-  Paiement ou récupération des heures supplémentaires, non au Compte Epargne Temps.

-  Droit à la formation, en particulier, pour l’accès des ASHQ à l’école d’AS sans concours, et pour l’entrée à l’école d’infirmières.

-  Ouverture d’une crèche pour les enfants des hospitaliers.

-  Pas de remise en cause des RTT par la modification des amplitudes horaires.

-  Prise en compte de la maladie et des recommandations de la médecine du travail pour être affecté sur un poste adapté.

Le Congrès estime que la lutte du syndicat contre la précarité doit rester une priorité.

Il est honteux de vouloir condamner les jeunes à la précarité, en prolongeant les CDD, en leur instaurant des contrats « emplois d’avenir » au lieu des postes statutaires.

Le congrès a pu établir par de nombreux témoignages, que les collègues en situation précaire (CAE, CDD…) subissent des conditions de travail (horaires, polyvalence, fractionnement) que la Direction n’oserait pas imposer à un titulaire.

Le syndicat mènera campagne et prendra toutes disposition, pour obtenir des mises en stage, pour que la période avant mise en stage n’excède pas un an, quelle que soit la catégorie.

Les jeunes ont droit au statut de la fonction publique hospitalière.

Le Congrès condamne toutes les atteintes au droit syndical ou les entraves qui ont pu avoir lieu. Nous agirons ensemble pour que nos droits soient respectés.

Pour défendre vos droits, rejoignez le syndicat CGT.

Adopté le 27 septembre par le Congrès unanime.

 

Commenter cet article