Le point du vue de Jacques Tourtaux : REFORME DES RETRAITES : LA LACHETE DES DIRECTIONS SYNDICALES

Publié le par FSC


REFORME DES RETRAITES : CAPITULATION EN RASE CAMPAGNE DES DIRECTIONS SYNDICALES A LA BOTTE DU DESPOTE SARKOZY

 

LA LACHETE DES CONFEDERATIONS SYNDICALES

 

 

 

Comme il fallait s'y attendre, la trahison avérée des directions syndicales est confirmée par un communiqué d'une nullité et d'une hypocrisie quasiment sans précédent.

 

Piloté par le patron de la CFdT CHEREQUE, les responsables syndicaux des autres  organisations prétendument syndicales suivent comme son ombre le baveux de la CFdT.

 

Toutes solidaires, elles ont prises un abonnement aux journées dites revendicatives que nous, militants, qualifions de "saute-moutons".

 

Ces journées ne sont décidées en commun que dans le but de davantage fragiliser le mouvement syndical et ouvrier à la base.

 

SARKOZY vient officiellement d'obtenir la reddition sans conditions de l'ensemble des organisations syndicales.

 

C'est sciemmentque j'écris le mot "ensemble" car, même si FO s'est désolidarisée de ses petits copains de la CGT et de la CFdT, il n'en demeure pas moins qu'elle fricote avec elles au sein de la Kollabo  CES.

 

Par ailleurs, lorsque l'on voit la chochotte MAILLY claironner à qui veut l'entendre qu'il souhaiterait une grève générale avec blocage du pays durant une journée, le MEDEF et SARKOZY se marrent. 

 

Que le petit MAILLY remballe ses charmes et cesse de se fiche du peuple avant que celui-ci ne se fâche pour de bon, ce qui ne saurait tarder devant tant d'adversité.

 

Il ne m'est pas possible de passer sous silence l'attitude scandaleuse des directions de la CGT et de la FSU qui vennent ainsi de confirmer leur entrée dans le club réformiste de la haute trahison en abandonnant les travailleurs et leurs familles à leur triste sort sur l'autel du capitalisme.

 

Voilà ce que tout militant de lutte de classes qui se respecte ressent en lisant le torchon ci-dessous.

 

 

Jacques Tourtaux, Cheminot retraité CGT

 

 

Intersyndicale du 24 septembre

Communiqué commun

CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

vendredi 24 septembre 2010

Les organisations syndicales considèrent que la journée nationale d’action du 23 septembre 2010 est un franc succès. Les salariés du public et du privé, en participant massivement à cette 2ème journée de grèves et de manifestations du mois de septembre, ont réaffirmé leur détermination à ne pas accepter une réforme injuste et inefficace.

La journée d’hier a été marquée par l’engagement de nouveaux salariés du privé, notamment des PME mais aussi par la présence de plus de jeunes et de femmes. Cette vaste mobilisation s’accompagne d’un large soutien de la population qui refuse le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ainsi que celui de 65 à 67 ans pour toucher une retraite à taux plein. Quoi qu’en dise le Gouvernement, la démobilisation suite au vote à l’Assemblée nationale, n’a pas eu lieu.

C’est bien l’exigence d’un véritable débat et l’examen d’autres alternatives au projet de loi qui s’expriment plus fortement.

Les organisations syndicales mettent en garde le Gouvernement sur les conséquences que provoquerait l’ignorance de la colère qui s’exprime profondément.

Les organisations syndicales réaffirment leur totale détermination. Elles confirment les termes de leur lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires, notamment : « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité ».

Elles invitent leurs organisations à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires et les entreprises en interpellant les sénateurs et en utilisant (pétitions, tracts…) très largement cette lettre ouverte.

Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Sénat à partir du 5 octobre et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu’au 20 octobre, elles décident :

• D’une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pour conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action.

• De faire du mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s’est exprimé dans l’action et si le Gouvernement restait intransigeant. Le Gouvernement porterait l’entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre.

Plusieurs organisations participeront à la journée de manifestation européenne du 29 septembre pour s’opposer aux plans de rigueur en Europe. Elle donnera l’occasion à des milliers de salariés français de porter leurs revendications, notamment sur la retraite, à Bruxelles et partout en France.

Les organisations syndicales se reverront le 4 octobre et analyseront la situation.

Le 24 septembre 2010

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

leryjgffau 29/11/2019 19:46

Mariah has an M.