"LES 6 DE SAVOIE" SONT PASSES au TRIBUNAL CORRECTIONNEL de CHAMBERY le 27 Janvier ....

Publié le par FSC

Les mouvements sociaux des Retraites ont contribué à la création du Collectif Chambérien Unitaire Interprofessionnel et Citoyen (CCUIC). Composé de 12 associations, syndicats, partis, non syndiqués, chômeurs (Union Locale CGT, Sud - Solidaires, CNT, SNESup/FSU, UNEF, AGI, LDH, Alternatifs, NPA, FA, FASE et PG), le Collectif a multiplié les actions et continue les Assemblées Générales 2 fois par semaine et les actions (dernièrement, il "s'est invité" aux voeux des Associations, a manifesté contre la
LOPPSI 2, la manif de l'Education Nationale, a organisé l'Assemblée Générale des Collectifs et réseaux de France à Chambéry le
22 janvier, la manif de soutien aux peuples tunisiens et algériens.
 
Le Collectif s'était rendu le 2 novembre à la demande des cheminots en grève, à leur AG. Pour cela, ils ont traversé les voies SNCF 
en y stationnant quelque peu. Un huissier est venu constater les faits et la Police à proximité a pris de nombreuses photos qu' elle
a versé au Tribunal........
La SNCF a porté plainte "pour entrave à la circulation des trains" alors qu' une partie des cheminots était en grève.
La Police "a choisi" 6 personnes (dont 1 journaliste indépendant) alors que nous étions une soixantaine, et les a convoquées au Commissariat pour une audition puis au Tribunal Correctionnel devant le Procureur et un Juge le 27 janvier.
Le 27 janvier, un rassemblement devant le Tribunal de plus de 300  personnes à l' appel du CCUIC, d'Ecologie Europe, la
Confédération Paysanne, la FSU, le Front de Gauche, le PCF, les MRJC ainsi que 3 Elus de la Ville de Chambéry a soutenu nos 6 collègues du CCUIC (présnce de Christian MAHIEUX de Solidaires National, d'Elus, citoyennes et citoyens,
syndicats, partis, associations, précaires et chômeurs.
Le procès a duré 2 heures  : 1 500 € d'amende demandé pour chaque militant, la SNCF, qui avait porté plainte, réclame 46 000 € 
de dommages et intérêts (seul son Avocat était présent !) pour perturbation du trafic (préalablement 13 000 € avec une
argumentation complètement "bidon")
Le Jugement est en délibéré pour le 4 mars.
Une caisse de solidarité a été mise en place pour payer les frais d'Avocats et les amendes (si elles sont maintenues) Libellé du compte "Union Syndicale Solidaires - aide juridique"
210, rue François Guisse  74000 CHAMBERY
Cette criminalisation du mouvement syndical et Social est inadmissible !
Dans tous les départements, des jugements contre celles et ceux qui étaient mobilisés se poursuit : Montpellier (étudiants et salariés), Paris à la Poste (militants syndicaux), Lyon (étudiants et lycéens), Toulouse (étudiants), SNCF, Alcatel (où les militants CGT ont gagné sur la discrimination syndicale), les Transports Routiers Dentressangle), Kéolis, transports urbains à Rennes, Transports Commun Lyon (TCL), militants syndicaux, Chambéry ( en plus lycéens, étudiants, chômeurs) .......ne sont que des exmples où la REPRESSION SYNDICALE est de mise.          
Les violences policières dans beaucoup de villes (lacrymos, flashballs, matraques, descentes de la Brigade Anti Criminalite (BAC)
avec arrestations, gardes à vue, condamnations à la prison et amendes ont "accompagné" ces luttes.
Police partout, justice nulle part !
Il faut continuer la mobilisation, c'est à quoi s'engage le CCUIC et l'ensemble des collectifs er réseaux qui se sont rencontrés à Chambéry le 22 janvier 2011;
 
 
Pour le CCUIC, Gérard ETELLIN, adhérent au FSC et Sud - Solidaires
 

Commenter cet article