Lettre d’un usager de La Poste

Publié le par FSC

APPEL DU 18 JUIN, ENTRONS EN RESISTANCE !

 

Lettre d’un usager de La Poste

Annecy, le 18 juin 2011

Monsieur le chef du centre de distribution d’Annecy

 

Monsieur le chef d’établissement,

Je dois dire ma stupéfaction lorsque j’ai découvert l’existence de votre courrier, en réponse aux postiers de votre établissement qui par désespoir de cause et bien malgré eux sont poussés à la grève illimitée à partir de ce lundi 20 juin.En effet, la dégradation avancée de notre bien commun qu'était le service public postal me laisse songeur quant à l’avenir.

 Dans le film de Gilles PERRET « Walter retour en résistance » La lettre de M.KESLER, membre influent du MEDEF, adressé à M. ACCOYER, décrie la volonté affirmée de faire table rase des acquis du conseil national de la résistance. Je suis choqué qu’un homme comme vous, simple chef d’établissement, vous mettiez au service de ce projet destructeur et avec une telle arrogance. Qui êtes-vous pour vous prêter à ce point à ce jeu maléfique, quels intérêts avez-vous, financier, jeu de pouvoir, dominer les autres ? Je ne comprends pas.

 

Les bureaux de poste de plein exercice ferment les uns après les autres, les files d’attente se rallongent devant les guichetiers (ères) s’efforçant de faire leur travail du mieux possible, les bureaux de poste restants ressemblent de plus en plus à des supermarchés libre-service. Le rassemblement des boîtes aux lettres en cidex oblige les usagers à se déplacer de plus en plus loin de leurs habitations, par tous les temps, pour chercher leur courrier qui, lui arrive de plus en plus tard (je suis abonné à un journal, distribué par la poste, il n’est pas rare de ne pouvoir en disposer que plusieurs jours après la date). Les personnes à mobilité réduite en sont bien sur les premières victimes.

Les contactes avec le facteur ou la factrice se font toujours plus brefs et espacés. Les têtes changent souvent, on ne sait plus à qui l’on s’adresse. Où est ce lien social historique entre le facteur et l’usager ?

Quel changement dantesque entre le service public postal connu jadis et cette entreprise marchande d’aujourd’hui dans laquelle l’usager n’est plus qu’un simple client.

Comme l’ont fait les 2,5 millions de citoyens à l’automne 2009, je me suis exprimé au référendum contre le changement de statut de la poste. Je ne regrette rien, bien au contraire. Nous voyons aujourd’hui l’ampleur des dégâts, conséquence d’une politique de rentabilité de longue date et accélérée depuis mars 2010, date à laquelle la poste est devenue Société Anonyme.

L’usager ne voit pourtant que l’envers du décore. J’imagine fort bien les conséquences catastrophiques sur la santé des postiers qui voient leurs conditions de travail se dégrader. Le rapport récent du syndicat national des médecins de prévention de la poste en fait état, de même que le journal l’Humanité qui titrait au mois de janvier dernier : « Plus de 70 suicides à la poste dans les 18 derniers mois ».

Quand va-t-on arrêter cette folie ? la poste n’est pas une marchandise pas plus que ne le sont l’éducation, la santé, les transports en commun ou encore la culture. Les indignés d’Espagne et d’ailleurs ne veulent plus respirer à plein nez l’odeur de la misère d’un côté et de l’opulence des décideurs de l’autre.

 

M.le chef d’établissement, ne nous faites pas croire que la tournée du facteur serait plus légère aujourd’hui qu’hier quand on observe les constructions qui autour de nous poussent comme des champignons. Pourquoi supprimer des emplois quand il faudrait au contraire en créer.

 

Je finirais ce courrier en vous disant mon émotion et ma colère profonde que je ressens lorsque j’observe le mépris avec lequel vous vous adressez aux postiers dévoués pour le service public.

Moi qui avais la naïveté de croire que le dialogue social était une valeur partagée à la poste, je m’aperçois que seule la politique du chiffre vous importe. Votre déni de démocratie m’offusque. Décidemment, le pays des droits de l’homme nous apprend chaque jour qui passe qu’il a du plomb dans l’aile, la république bananière n’est pas loin.

Honte à ceux qui comme vous n’ont d’yeux que pour leurs médiocres intérêts personnels et se foutent de l’HUMAIN.

 

Ce sont les postiers, les vrais, ceux que l’on rencontre au quotidien que je respecte profondément.

Je leurs assure mon entier soutien.

 

QUE LA GRÈVE L’EMPORTE !

 

Un usager lambda

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article