Lettre FSC Nord-Pas de Calais au Président de la République

Publié le par FSC

logo-FSC.jpg

 

Lille, le 11 juin 2012,

Monsieur le Président de la République,

Comment, au vu de certains résultats du premier tour des législatives dans notre région, ne pas vous interpeller dans le respect de votre fonction et des millions de citoyens qui vous ont élus mais sur le ton de la gravité ?...

Comment ne pas faire état de la situation particulière de notre ex-bassin minier et notamment de sa onzième circonscription « remodelée » par le gouvernement précédent ?...

Comment, par là-même, ne pas s'angoisser du sort de la France et de nos concitoyens dans les mois et années prochaines ?...

Dans ce bassin, ferment du prolétariat français dès la première des révolutions industrielles, réputée « Terre de Gauche » et de longue date, bastion de tant et tant de luttes en temps de guerre comme de paix, voilà ce qu'il sort des urnes à ce jour :

  • le Front National a plus de 42% et une majorité de droite avec plus de 51% toutes tendances confondues ;

  • la gauche à peine au dessus de 48% tous alliés objectifs ou supposés confondus !

Certes, le grand vainqueur réel est le « non-dit » (43% d'abstention + 2% de blancs/nuls) mais ceci ne saurait être qu'un facteur d'analyse aggravant.

C'est pourquoi le Front Syndical de Classe du Nord/Pas-de-Calais vous lance cette exhortation citoyenne et vous appelle à faire des 2 points suivants, vos priorités locales, régionales et au delà nationales.

  • La ré-industrialisation assortie de l'interdiction des licenciements boursiers et l'arrêt des délocalisations d'entreprises bénéficiaires vers des pays à bas-coût ce afin que les citoyens retrouvent des emplois, des salaires, une stabilité et surtout une dignité sociales.

Ce ne sont pas des projets « pharaoniques » de musée et autres exutoires pour touristes nantis, qui y pourvoiront ! Outre le fait désormais avéré que les « partenariats public-privé » délèguent la facture aux générations suivantes si ce n'est aux calendes... Grecques.

  • La remise en état de tout le système éducatif public, laïque et républicain, de la maternelle à l'université, ce afin que les jeunes générations qui vont nous succéder puissent non seulement pourvoir aux emplois qualifiés à créer mais surtout devenir des citoyens éclairés.

Que tout ne puisse se faire en même-temps peut éventuellement être pris pour du pragmatisme. Pourtant tout est à (re-)faire et de toute urgence ! Ce qui devra (devrait) nécessiter une programmation quinquennale dont aucune annuité ne devra (devrait) laisser un pan entier de l'enseignement... orphelin.

Ainsi, et ainsi seulement, au delà du gain que représentera une paix entre tous les citoyens vivant de leur travail ou aspirant à en vivre, verrons nous des adultes et une jeunesse moins à-même de se laisser « envouter » par les Circés actuelles ou corrompre par des Sirènes en gestation qui pourraient être bien plus délétères encore...

Nous ne pouvons que vous souhaiter d'avoir tous les pouvoirs entre vos mains – du sommet de l’État aux collectivités territoriales en passant par les 2 chambres du parlement – si c'est pour mener une politique ouvertement progressiste et foncièrement relevante de la souveraineté de notre patrie ! Quitte à déroger aux exigences budgétaires de l'Union Européenne...

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de notre respect vigilant,

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article