Lettre ouverte suite aux dérives internes de la CGT Air France

Publié le par FSC

A LA CGT : personne n’est de trop et personne ne doit manquer !

 

Le 29.03.10

Chers camarades,

C’est parce que nous sommes meurtris par les dérives internes de la CGT à Air France que nous nous adressons à vous. Partie intégrante des syndicats CGT et UGICT-CGT d’Air France, l’USRAF par son silence cautionne ces pratiques, ce que nous désapprouvons. Les purges qui sont pratiquées auprès de nos collègues actifs nous ramènent à des temps peu glorieux. Revisitons l’Histoire pour ne pas oublier.

Que nous soyons actifs ou retraités, nos intérêts convergent… encore faut-il se donner les moyens d’être efficace pour s’opposer à une politique ultra-libérale qui détruit des décennies d’acquis et promet un avenir désespérant pour la jeunesse.

Dans ce combat, personne n’est de trop et personne ne doit manquer pour la poursuite de nos luttes… il n’y a pas de retraite pour la nécessité à réagir collectivement, mais la continuité syndicale dépend de la capacité que devrait avoir notre syndicat à circonscrire la fuite de syndiqués et à maintenir et attiser l’intérêt que nous portons au syndicalisme de lutte de classe.

L’avenir de l’USRAF est en jeu : ses effectifs syndiqués dépendent du nombre de camarades syndiqués actifs qui voudront bien rejoindre ses rangs.

Mais aujourd’hui quelques dirigeants, trop longtemps à la direction de la CGT d’Air France, ont préféré oublier la démocratie, détruire des sections syndicales de proximité, menacer des militants trop actifs, exclure les lutteurs sociaux. On abandonne le terrain des luttes pour se cantonner au rôle de « partenaires sociaux »…

Le plus aisé serait de laisser faire au prétexte qu’il ne faut pas « détruire l’image de notre syndicat », mais ce n’est pas avec une belle image de façade qu’on va se préoccuper de l’intérêt collectif, bien au contraire, car la « purge » qui règne actuellement dans les rangs de nos collègues actifs, s’accompagne évidemment, d’une absence de luttes syndicales massives et surtout coordonnées qu’il serait vital de mettre en œuvre au moment où l’on voit concrètement disparaître des milliers d’emplois à Air France (déjà près de 4.000 emplois ont disparu ces deux dernières années). Il est donc temps de dénoncer et de combattre, à Air France, les déviances de la direction du syndicat, qui accompagne les mesures de plus en plus destructrices de la Direction AF.

Comment pourrions-nous accepter l’application de pratiques anti-démocratiques qui cooptent des dirigeants non élus par les syndiqués, qui détruisent des sections syndicales de proximité : 4 sections de la Maintenance disséminées sur toute la France regroupées en une seule, qui refusent de respecter nos statuts syndicaux, qui repoussent les congrès de section pour garder toujours les mêmes aux directions syndicales, qui retirent arbitrairement les mandats de certains délégués syndicaux au prétexte qu’ils seraient des agitateurs, qui réduisent les moyens locaux au profit des moyens centraux….et qui profitent d’obligeantes attentions et de confortables promotions ; en bref, un syndicalisme qui s’éloigne toujours plus loin des syndiqués qui n’ont plus matière à réflexion, qui n’ont plus le choix de leurs représentants, mais qui gardent le droit de « payer » des cotisations !

 

 

NOUS VOULONS UN SYNDICALISME QUI RASSEMBLE dans lequel toutes les sensibilités politiques ou religieuses, comme le prévoit les Statuts, puissent s’exprimer et se respecter et donc garder à nos côtés TOUS nos militants, d’autant qu’ils ont fait les preuves de leur engagement à la CGT et à ses valeurs, sur le terrain (ateliers, bureaux), bref ce sont des camarades reconnus et élus par les syndiqués et salariés.

Nous avons toujours l’objectif de lutter pour un monde meilleur et pour cela, non seulement nous devrons nous renforcer, mais il faudra arrêter l’épuration de militants.

Comment vouloir fédérer, rassembler pour mieux LUTTER si nous sommes incapables de nous écouter, de nous respecter avec nos différences, car nous partageons des valeurs communes, des idéaux forts et ce, à travers une ligne de conduite, une seule : celle de la « lutte des classes » trop galvaudée de nos jours.

Mais aussi, rendre la parole et respecter les choix de nos syndiqués(es), le « noyau dur », mais bien vivant de notre syndicat, noyau dur qui aujourd’hui malheureusement s’effrite dans plusieurs secteurs de la Compagnie AF.

C’est à ce prix là, et seulement à celui là, que nous pourrons de nouveau, TOUS ENSEMBLE, continuer à lutter, résister pour mieux se renforcer.

Nous vous proposons, lors d’une prochaine CE élargie, de venir développer notre ressenti afin d’impulser une réflexion pour remettre sur les rails à AF, une CGT digne de ce nom, héritière de Benoît Frachon telle que nous l’avons pratiquée au cours de notre militantisme. En tout état de cause, nous soutenons les revendications suivantes :

  • Retour des mandats de délégués syndicaux de sept militants Orly nord, du Bourget et du Siège Roissy

  • Maintien des structures syndicales DGI de proximité : section CGT Orly Nord/Eole, section CGT Le Bourget, section CGT Toulouse, section CGT Roissy DM

  • Respect des statuts de la CGT Air France, notamment par l’ouverture d’un congrès au Commercial France

  • S’épauler étroitement, actifs/retraités pour coordonner les luttes contre les suppressions d’emploi et les menaces d’abandon d’activités.

Enfin, nous vous souhaitons de bons travaux au cours de cette AG

 

Serge Anglard – Claire Bochard - Gisèle Darras –

Guy Lachaud - Guy Le Louer – J.R. Perrin - Christian PIN

 

. Documents justificatifs à votre disposition

Dernière minute : Soutien aux élus CHSCT d’Orly Nord mutés arbitrairement à Roissy et opposition ferme contre de tels procédés

Publié dans CGT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article