Loi Fioraso et usage du français : de pire en pire

Publié le par FSC

Articles d'Indépendance des Chercheurs :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/23/loi-fioraso-et-usage-du-francais-de-pire-en-pire.html

Loi Fioraso et usage du français : de pire en pire

La situation future de la langue française au sein de nos universités apparaît de plus en plus incertaine au fur et à mesure que le projet de loi de Geneviève Fioraso sur l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) fait l'objet d'amendements qui n'améliorent en rien son contenu. Le 23 février 2013, Le Parisien écrit « Hollande réaffirme l'objectif d'un équilibre des finances publiques en 2017 » , tout en rappelant les « sombres prévisions économiques » diffusées la veille par la Commission Européenne. La pression économique résultant de trois décennies de privatisations et de délocalisations semble bien pousser aujourd'hui à l'abandon progressif de la langue française dans des universités dont le présent projet de loi sur l'ESR confirme et aggrave la stratégie de marchandisation. Le blog A la fortune du mot de La Voix du Nord interroge « Désir de français ? » On pourrait, malheureusement, adresser la question inverse « Désir d'anglais ? » a ceux qui ont participé à la rédaction de la loi Fioraso dans sont état actuel. La menace déjà évoquée dans notre article « Loi Fioraso et usage de la langue française dans les universités » semble donc se confirmer. Plus globalement, la consultation en cours du Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) ne semble avoir apporté aucune amélioration au contenu du projet de loi sur l'ESR, dont la dernière version en date confirme entièrement les craintes exprimées dans nos articles récents « CNRS, loi Fioraso : un communiqué intersyndical » , « ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré (I) », « Imposante AG à Paris contre la loi Fioraso » et, en ce qui concerne le numérique, « Enseignement supérieur et numérique : les dangers » (I), (II) et (III). Le 23 février également, France 24 annonce « Londres perd son triple A chez Moody's ». Mais pour quelle raison des Etats souverains devraient-ils ainsi dépendre des agences de notation privées ? Pourtant, c'est bien dans la logique du capital financier privé que trouvent leur origine les pressions croissantes qui poussent à la marginalisation de la langue française au sein de nos universités, fruit de l'évolution abordée dans nos articles « Hollande, Ayrault et la mondialisation » (I) , (II) et (III). En l'espèce, l'attaque contre l'usage du français s'inscrit dans le cadre de la mondialisation de l'enseignement supérieur.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/23/loi-fioraso-et-usage-du-francais-de-pire-en-pire.html ]


et pour rappel :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/18/imposante-ag-contre-la-loi-fioraso.html

Imposante AG à Paris contre la loi Fioraso

Le lundi 18 février 2013, le succès de l'assemblée générale tenue à Paris contre le projet de loi de Geneviève Fioraso sur l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) a largement dépassé les espoirs de des organisateurs. Il en a émergé, notamment, un net rejet du projet de loi actuel, de la LRU (Loi n°2007-1199 relative aux libertés et responsabilités des universités) et du Pacte pour la Recherche comme nous l'avions plaidé dans notre article de ce jour « ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré (I) ». L'assemblée générale (AG) a rassemblé plus de 400 personnes et convoqué pour demain une manifestation à 14h devant le Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), rue Descartes à Paris. En effet, le CNESER examine lundi et mardi le projet de loi de Geneviève Fioraso. L'AG appelle également à une série d'actions la semaine prochaine. Au même moment, le Courrier International écrit « Union Européenne - Libéralisation de la distribution d’eau en Europe », à propos du processus de privatisation et de marchandisation de l'eau à l'échelle de l'Union Européenne auquel s'oppose Right 2 Water. L'attaque en règle contre l'éducation et la recherche publiques est-elle fondamentalement différente de la politique de privatisation de biens aussi vitaux et stratégiques que l'eau ? Partout, le patrimoine public et les services publics sont systématiquement démolis, et peu importe l'étiquette politique affichée par chaque gouvernement. Telle est notamment la politique de l'Union Européenne et de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) évoquée dans nos articles « Hollande, Ayrault et la mondialisation » (I) , (II) et (III) ou, s'agissant du numérique, dans « Enseignement supérieur et numérique : les dangers » (I), (II) et (III). Fort heureusement, la volonté de résistance des personnels de l'ESR en France paraît évidente malgré les difficiles circonstances évoquées dans nos articles « CNRS, loi Fioraso : un communiqué intersyndical » et « Loi Fioraso et usage de la langue française dans les universités ». Poursuivre et renforcer les mobilisations en cours est un besoin impératif pour la survie des services publics de la recherche et des universités. Le soutien citoyen à ce mouvement est indispensable pour préserver l'intérêt général face à l'offensive gouvernementale.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/02/18/imposante-ag-contre-la-loi-fioraso.html ]


Pour ne plus recevoir nos messages, prière d'adresser un courrier électronique avec le titre "désabonnement" ou "désinscription" à l'adresse indep_chercheurs@yahoo.fr

Si en revanche vous avez apprécié le contenu de nos articles, nous ne pouvons que vous encourager à rediffuser autour de vous cette lettre d'information. Merci d'avance.


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

SAID 13/05/2020 16:43

Bonjour chères frères et sœurs

Je m'appelle Delarue Vanessa

Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidable.

Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escrocs je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tombé sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et même au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un intervalle de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grasse à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a ra-pellé au boulot et j'ai même refuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème, vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse

E-email : said.marabout@outlook.fr

Ou vous pouvez l'appelez directement sur son numéro portable 00229 98 98 29 82

Ou sur son Whatsapp: 00229 98 98 29 82